Dukan/Cohen : le match nul des régimes ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Dukan/Cohen :
le match nul des régimes ?
©

Combat de coqs

Dukan/Cohen : le match nul des régimes ?

Non, il n’est pas diffamatoire de pointer la dangerosité du régime hyperprotéiné de Pierre Dukan. C’est ce que vient de conclure le tribunal de grande instance de Paris en donnant raison au docteur Jean-Michel Cohen. De plus en plus populaires, ces méthodes drastiques ne sont pourtant pas forcément la solution miracle. L'avis de Nathalie Hutter-Lardeau, auteur de Mince alors !, une méthode plus douce.

Nathalie Hutter-Lardeau

Nathalie Hutter-Lardeau

Nathalie Hutter-Lardeau est nutritionniste diplômée d'Etat, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet.

Parmi eux La True Food aux Editions du Moment,  dans lequel elle explique comment déguster ses produits préférés en toute lucidité
101 restos, 0 kilo, coécrit avec Nathalie Helal et Catherine Roig (Hachette, mars 2013), Mince Alors ! (Odile Jacob, Juin 2011), Des mots sur les maux du cancer  (Mango, 2009) avec le Professeur David Khayat et Wendy Bouchard, et  Le vrai régime anti-cancer  (Odile Jacob, 2010) avec le Professeur David Khayat et France Carp.
Voir la bio »

Atlantico – Que pensez-vous du résultat du procès qui a opposé les deux grandes pointures actuelles des régimes minceur, Pierre Dukan et Jean-Michel Cohen ?


N. H.-L. – Ce procès n’avait qu’un intérêt limité. Le vrai résultat, c’est qu’il donne un signal fort et résume une situation. Il met un coup d’arrêt décisif au régime hyperprotéiné. Au fond, il sonne la fin des régimes minceur restrictifs et impératifs. Un modèle qui a fait son temps.


Le rapport de l’ANSES avait déjà pointé la dangerosité des régimes minceur déstructurés et trop restrictifs. Il est temps de passer à une autre idée, plus contemporaine, plus durable, plus ouverte de la minceur, libérée des contraintes de la norme, qu’elle soit culturelle, sociale ou nutritionnelle. C’est la méthode que je défends.


A vous entendre, ce n'est ni hyperprotéiné, ni hypocalorique ?


N. H.-L. – Tout ce qui est trop radical, impératif, méthodique et restrictif ne marche pas. Ou pas longtemps. Mais il y a quelque chose à en retenir. Si je devais marquer une préférence, je dirais que le régime hypocalorique reste quand même un bon principe. Avoir un niveau d’apports caloriques inférieur à ses besoins est la seule règle à retenir pour maigrir, mais il s’agit de ne pas s’affamer ni déstructurer son alimentation pour ne pas retomber dans le cycle infernal frustration-tentation.


L’effet booster de quelques jours de régime protéines est motivant. Je le préconise aussi au cours d’une journée blanche en anticipation ou en rattrapage d’un excès. Pas davantage ! Le problème, c’est que, à l’usage, on a tendance à radicaliser ces régimes et à se les imposer trop longtemps ou trop sévèrement. Quand on en a assez et qu’on revient à une alimentation dite normale, les kilos réapparaissent aussitôt.


Mon programme est le contraire de ces méthodes toutes faites qui ne vont bien à personne. Une minceur sur-mesures. Un programme à la carte où l’on définit ses propres priorités en fonction de ses habitudes, ses goûts, ses envies, son entourage et son mode de vie. Gérer son poids au jour le jour comme son agenda ou son budget. Mincir à son rythme. Agréablement et pour longtemps. Voilà mon objectif.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !