"Sainte Anne Sinclair", au secours de son mari | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
"Sainte Anne Sinclair",
au secours de son mari
©

Affaire DSK

"Sainte Anne Sinclair", au secours de son mari

Coordinatrice du livre "Un troussage de domestique", Christine Delphy reprend l'expression de Clémentine Autain pour décrire l'attitude de la femme de Dominique Strauss-Kahn lors de l'affaire a laquelle est mêlé son mari.

Christine Delphy

Christine Delphy

Christine Delphy est docteure en philosophie de l'Université du Québec à Montréal, docteure honoris causa de l'Unversité du Soutwest of England et de l'Université de Lausanne, et directrice de recherche émérite au CNRS.

Elle a publié, entre autres, Un universalisme si particulier, féminisme et exception (Syllepse, 2010).

Voir la bio »

Atlantico : Quelle image Anne Sinclair véhicule-t-elle selon vous à travers son soutien à Dominique Strauss-Kahn, son mari inculpé, entre autres, de tentative de viol ?

Christine Delphy : Clémentine Autain, qui participe au livre que je coordonne, "Un troussage de domestique", qui sortira en septembre prochain, le dit très bien : c'est sainte Anne Sinclair. C'est un personnage très traditionnel, celui de la femme qui est là pour seconder son mari et le soutenir, sans se demander s'il a tort ou raison.

Que pensez-vous de la mobilisation des femmes de ménage devant le tribunal lors du rendez-vous de DSK, du 6 juin dernier, quand celui-ci a plaidé "non coupable" des chefs d'inculpation ?

La mobilisation des femmes de ménage d'hôtels était tout à fait prévisible. A New York, elles ont un  syndicat fort, UniteHere. Leurs principales revendications portent sur le harcèlement sexuel qu'elles subissent de façon routinière de la part des clients. Nous publierons aussi, dans le livre "Un troussage de domestiques" un texte d'une des responsables de ce syndicat. Il est dommage que l'équivalent n'existe pas en France, où les problèmes sont exactement les mêmes.

Pouvons-nous comparer l'attitude d'Anne Sinclair avec celle d'Hillary Clinton lors de "l'affaire Monica Lewinsky" qui a touché son mari ?

On ne peut pas comparer la situation d'Anne Sinclair avec celle d'Hillary Clinton. Cette dernière était une femme politique. Et surtout, le président Clinton n'était accusé d'aucun crime. Il n'était pas accusé d'avoir eu une liaison avec Lewinski. Avoir une liaison extra-conjugale n'est pas plus un délit ( encore moins un crime) aux Etats-Unis qu'en France. Il était accusé d'avoir menti sous serment à propos de sa liaison. Les deux situations ne sont donc comparables en rien.

Le soutien d'Anne Sinclair à son mari véhiculé par la presse vous a-t-il agacé ?

Que la presse people parle de la réaction d'Anne Sinclair me semble tout à fait dans le rôle de cette presse. La France est un pays traditionnel, qui aime les femmes traditionnelles.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !