La "droite populaire" est-elle républicaine ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
La "droite populaire" est-elle républicaine ?
©

Eaux troubles

La "droite populaire" est-elle républicaine ?

C'est la question que se pose le blogueur Koz au regard d'une invitation à la presse pour un « apéritif saucisson vin rouge afin de fêter dignement la fête nationale » lancée par le collectif pour le 14 juillet. Droite dure ou ersatz du Front national ?

 Koz

Koz

Koz est le pseudonyme d'Erwan Le Morhedec, avocat à la Cour. Il tient le blog koztoujours.fr depuis 2005, sur lequel il partage ses analyses sur l'actualité politique et religieuse

Voir la bio »

Les membres du Collectif La Droite Populaire ne sont pas stupides. La prudence et une forme d’éducation chrétienne m’interdisent de le supposer. Ils perçoivent donc les implications de leurs initiatives, et les assument. La question du républicanisme se pose dès lors aujourd’hui et elle se pose à l’UMP.

L’UMP a toujours mis en avant le caractère non républicain du Front National pour rejeter l’idée d’alliances avec cette formation : est-ce pour en couver un ersatz en son sein même ?

Cette question doit aussi inquiéter ceux qui se sentent ou ont pu se sentir naturellement représentés par l’UMP, parce qu’il est lassant autant que sidérant de voir la première formation politique du pays, le parti majoritaire, être pris en otage par un groupuscule identitaire, et sommaire.

L’image ci-contre est le communiqué de presse envoyé à toutes les rédactions françaises afin de célébrer le premier anniversaire de ce funeste collectif. La Droite Populaire y convie la presse à un « apéritif saucisson vin rouge afin de fêter dignement la fête nationale ».

Chacun aura fait le lien avec les opérations saucisson pinard goûtées par les identitaires et autres extrémistes. 

Cette opération-là prend une dimension odieuse par son association avec la fête nationale. Elle est finalement anti-nationale. J’aurais même tendance à penser qu’elle va jusqu’à souiller le drapeau si présent dans leur invitation.

Ne croyez pas que j’aie un souci avec l’identité nationale : nos côtes, nos vallons, nos clochers coulent dans mes veines en même temps que le saucisson et le pinard. Je n’ai aucune leçon à recevoir à cet égard, mais je n’ai pas l’identité exclusive.

Que faut-il donc comprendre par cette invitation ? Qu’il convient de boire du vin rouge et manger du saucisson pour « fêter dignement la fête nationale » ? Qu’un vrai français boit du vin rouge et mange du saucisson ? Bref, qu’un musulman n’est pas un vrai français…

Si cela ne vous convainc pas, reprenons la scène : que doit comprendre un journaliste musulman invité à cette conférence de presse ? Manifestement, le buffet ne lui est pas ouvert. Manifestement, avec la Droite Populaire, il ne lui est pas permis de « fêter dignement la fête nationale ». A supposer qu’il soit seulement digne de fêter la fête nationale. Bref, ce sont des députés de la Nation qui excluent symboliquement des Français de la Nation, en raison de leur religion1. Il faut que cette invitation soit le pas de trop.

Il y a en effet de l’ordre à faire à l’UMP, mais l’UMP le veut-elle seulement ? Après tout, elle s’est tendue son propre piège.

On ne peut pourtant pas imaginer que toute l’UMP ait aujourd’hui soudainement adopté les thèses de La Droite Populaire, dont je peine à distinguer ce qui les différencie du Front National, malgré leurs dénégations. Certains, tels Lionel Tardy, s’agacent de cette prééminence et du bruit médiatique qu’il génère. De fait, les autres courants de l’UMP sont comme tétanisés, réduits au silence, et la Droite Populaire semble tenir le parti à sa main.

Comment comprendre, et comment accepter, que la démission de Lionnel Luca ait suffi à faire revenir Jean-François Copé sur sa décision, et à organiser une convention sur la binationalité ? Faut-il donc que ce sujet, surgi presque de nulle part, c’est-à-dire de la Fédération Française de Football, ait son débat à lui seul, conduit de surcroît par Lionnel Luca, alors que l’UMP achève à peine une convention sur l’immigration ? L’UMP n’en a-t-elle pas marre de faire prévaloir l’islam, le voile, l’identité nationale, l’immigration, la binationalité, sur l’ensemble des enjeux cruciaux qui se posent à la France ?

Lionel Tardy affirme dans LeMonde.fr : « leurs opinions ne sont pas celles de la majorité du groupe, et pour beaucoup de députés de base, ça commence à bien faire ». Tant pis pour les turbulences : il est temps que ceux-là se réveillent et, à leur tour, qu’ils se décomplexent.

La droite décomplexée, c’est aussi une droite qui sait être elle-même, sans complexe par rapport au FN !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !