Double nationalité : la 5e colonne, elle ne passera pas par moi ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Double nationalité : 
la 5e colonne, 
elle ne passera pas 
par moi !
©

Zone franche

Double nationalité : la 5e colonne, elle ne passera pas par moi !

Marine Le Pen a écrit aux 577 députés français pour les alerter sur le risque que représentaient ma femme et mes gosses. Ouf, on l’a échappé belle…

Hugues Serraf

Hugues Serraf

Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019

 

Voir la bio »

Marine Le Pen, je ne m’en rendais pas compte, est extrêmement angoissée par ma femme et mes filles ! Oui, je n’en avais pas conscience et ça a d'abord été un fameux choc, mais la responsable du Front national n’en dort plus, des agissements coupables de mon épouse et de mes rejetonnes...

Tiens, elle vient même de se fendre d'un courrier aux 577 membres de l’Assemblée nationale pour leur demander d'en prendre la mesure… J’espère d’ailleurs qu’elle a pensé à photocopier plusieurs fois la même lettre parce que si elle s’est tapé 577 réécritures, elle risque d'avoir terminé l’exercice encore plus en pétard qu’en l’entamant !

Son problème à l’égard des membres féminins de mon foyer : leur double nationalité. Elle veut à tout prix que les parlementaires mettent un terme à ce scandale de « la double allégeance » et interdise la détention d'un passeport autre que français. Oui, Marine est formelle : deux passeports différents, ça « mine les fondements de l’action de l’État ».

Au début, ça m’a fait drôle et, à vrai dire, j’ai même trouvé ça un peu tiré par les cheveux. Je connais très bien mes filles et ma femme et elles n’ont jamais rien entrepris contre l’action de l’État. Les gosses ont déjà bien assez à faire entre les études et ranger leur chambre, quand ma femme n’est même pas fichue de renvoyer les inscriptions aux colos de la ville de Paris à temps… Alors « attenter à la cohésion nationale », deuxième grand motif d’inquiétude de la responsable du FN !

Mais je suis ouvert d’esprit et, après voir lu la totalité de la lettre, je me suis mis à les observer sous un jour nouveau. Tiens, ce qui m’a vraiment mis la puce à l’oreille, en fait, c’est la manière assez subtile dont Marine Le Pen a fait l'hypothèse d’une guerre qui éclaterait avec l’Algérie et verrait les double-nationaux franco-algériens se demander quel bord choisir. Je ne suis pas stupide, j’ai un peu étudié l’histoire et j’ai vite saisi que ce pays était un exemple volontairement neutre.

Des siècles de guerres et de trahisons

Non, ce que Marine voulait vraiment dire, mais il faut savoir lire entre les lignes, c’est qu’elle était particulièrement alarmée par la présence d’un si grand nombre de détenteurs d’un passeport britannique ― soit de ressortissants d’un pays qui est tout de même notre ennemi héréditaire ―  ce qui est précisément le cas de mes bonnes femmes. Selon certaines sources, ils seraient d'ailleurs quelque 800 000, la population d’une agglomération comme Toulouse !

Les Anglais et nous, ça n’a jamais vraiment été calme bien longtemps. Combien de fois ces perfides ont tenté de faire main basse sur des morceaux de France, j’vous raconte pas... Une fois, on s’est même retrouvé en guerre cent ans durant et heureusement que Jeanne d’Arc est intervenue pour faire pencher la balance du bon côté. Et Jeanne d’Arc, soit en dit en passant, si c’est pas une référence pour le FN…

Bon, les gens, ça va les faire marrer qu’on puisse avoir peur des Anglais comme ça, voire de ma femme et de mes filles. Mais c’est faire l’impasse un peu rapidement sur Azincourt, Crécy ou encore Mers-el-Kébir, quand ces salopards ont coulé tous nos navires au prétexte qu’on allait peut-être les prêter aux Allemands (une autre variété d’étrangers mais ce n’est pas le sujet). Ah, ma femme et mes filles, elles m’ont toujours dit qu’elles n’y étaient pour rien, mais à ce stade, je ne sais plus trop quoi penser.

On croit connaître les gens et, bing, regardez ce type qui a tué toute sa famille du côté de Nantes : un gars pourtant vraiment bien élevé d’après la boulangère.

De toute manière, elle ne demande pas grand chose, Marine Le Pen. Elle veut juste que les députés modifient la loi qui permet à des gens de profiter de notre sécurité sociale tout en applaudissant  sans vergogne à l’écrabouillement de l’OM par le Manchester United ! Elle veut juste qu’elles s’assimilent mieux, ma femme et mes filles. Est-ce que c’est trop exiger ?

S'il faut bouter, boutons !

Je ne sais pas si les députés vont suivre. Marine, elle n’est pas encore au pouvoir et ça n’est pas avec ces timorés qu’on aurait gagné à Hastings. Mais je crois désormais que c’est mon devoir de citoyen mononational, comme ça, à mon petit niveau, de mettre mes troupes en face de leurs responsabilités. Soit elles sont 100% françaises, renoncent à ce second passeport ridicule et arrêtent de regarder ces fichus mariages princiers à la télé, soit elles retournent sur cette île grotesque où il est impossible de trouver un camembert ou un saucisson convenable !

Je sais déjà comment je vais leur présenter la chose : je vais les réunir dans le salon sous un prétexte quelconque et je vais leur expliquer, gentiment mais fermement, que « la multiplicité des appartenances à d'autres nations contribue aujourd'hui, et d'une manière de plus en plus préoccupante, à affaiblir chez nos compatriotes l'acceptation d'une communauté de destin ».  Là, je leur fais confiance, elles vont me filer leurs passeports british, je vais les foutre à la poubelle et on n’en parlera plus. Dans le cas contraire, et je vous assure que ça ne me fait pas plaisir parce qu'avec une épouse et des enfants, même à moitié-étrangères, il y a des liens qui finissent par se créer, on se séparera bons amis.

Enfin, je dis bon amis, mais Waterloo, c’est pas exactement un souvenir qui incite au vivre-ensemble. Bah, quand faut bouter faut bouter.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !