Economie, justice, affaires étrangères : les trois axes de Cameron “pour reconstruire la Grande-Bretagne” | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Economie, justice, affaires étrangères : les trois axes de Cameron “pour reconstruire la Grande-Bretagne”
©

So British!

Economie, justice, affaires étrangères : les trois axes de Cameron “pour reconstruire la Grande-Bretagne”

Chaque année à Londres, l’ouverture officielle du Parlement britannique réunit le monarque, les membres de la Chambre des Pairs et des Communes, pour rappeler l’unité du Parlement et annoncer les réformes à venir. Résumé du sérénissime "Discours du Trône", dans lequel la Reine lit les orientations fixées par son Premier ministre.

Sophie Loussouarn

Sophie Loussouarn

Sophie Loussouarn est spécialiste de l’histoire politique et économique du Royaume-Uni et proche du monde politique anglo-saxon.

Voir la bio »

Chaque année à Londres, l’ouverture officielle du Parlement britannique réunit le monarque, les membres de la Chambre des Pairs (Lords) et des Communes (Commons), pour rappeler l’unité du Parlement. Elle a coutume de se tenir au début du mois de novembre et c’est la première fois, depuis le 25 mai 2010, que la Reine se rend au Parlement pour cette cérémonie. Exceptionnellement, l’an dernier, aucune ouverture officielle du Parlement n’avait eu lieu et la première session parlementaire du gouvernement de coalition a duré deux ans.

Cette année de célébration du Jubilé de Diamant de la Reine Elisabeth II, l’ouverture officielle du Parlement s’est déroulée mercredi, selon un rituel immuable. La Reine, accompagnée du Duc d’Edimbourg, a quitté le Palais de Buckingham en carrosse à 11 heures du matin pour se rendre au Palais de Westminster. Accueillie par le duc de Norfolk et le Grand Lord Chamberlain, la Reine a pénétré dans l’enceinte du Parlement par l’entrée du souverain et s’est dirigée vers la salle où elle a revêtu ses vêtements d’apparat et mis la couronne impériale.

Après avoir traversé la galerie royale (royal gallery), la Reine a pénétré dans la Chambre des Pairs et a pris place sur l’un des deux trônes aux côtés du Prince Philip, entourée de ses pages. Un officier parlementaire tout de noir vêtu (Black Rod) s’est alors rendu à la Chambre des Communes et a frappé trois fois à la porte avec sa baguette pour inviter les députés à venir assister à la lecture du "Discours du Trône" dans la Chambre haute, puisque la Reine n’a pas le droit de pénétrer dans la Chambre des Communes. En tête de la procession, le Sergent d’armes (Serjeant at Arms), le Président de la Chambre des Communes (Speaker), John Bercow, et Black Rod, sont suivis par le Premier ministre David Cameron et le chef de l’Opposition Ed Miliband, côté à côté ainsi que par les membres du gouvernement de coalition et du gouvernement de l’opposition (Shadow Cabinet). Les membres du gouvernement et les députés se tiennent debout face au Trône, tandis que les membres de la Chambre des Pairs, vêtus de pourpre et d’hermine sont assis. Le Lord Chancellor, Kenneth Clarke, porte le Discours du Trône à la Reine dans une pochette aux armoiries de la Couronne (purse).

Le Discours du Trône est un des temps fort de la vie parlementaire britannique. La Reine lit le Discours rédigé par le Premier ministre et approuvé par le gouvernement de coalition. Ce texte énonce les grands axes de réformes du gouvernement pour l’année parlementaire à venir. Le Discours d’aujourd’hui s’inscrit dans le contexte des élections locales où les conservateurs et les libéraux démocrates ont perdu de nombreux sièges dans les conseils municipaux.

La politique économique, la justice et l’ordre et les affaires internationales sont les trois grands axes de ce discoursqui annonce les 19 lois que le Parlement aura à adopter au cours de la session parlementaire.

L’économie est au cœur du travail du gouvernement. La réduction des déficits et la relance de la croissance sont les deux grandes priorités. L’objectif de cette session parlementaire est de rétablir l’équilibre économique, de créer des emplois et d’améliorer la compétitivité de l’économie britannique. Le gouvernement veut lutter contre la bureaucratie et limiter les contrôles de l’État sur les entreprises, afin d’encourager le nombre d’embauche dans le secteur privé. La Reine annonce la création d’une banque verte, la création d’une agence de contrôle des supermarchés. Une loi réformera le marché de l’électricité et de l’eau, afin d’en réduire les prix. Parmi les mesures économiques, le gouvernement souhaite moderniser le système des retraites et améliorer la vie des enfants et des familles. Un texte de loi sera consacré aux enfants handicapés et améliorera l’accès des enfants défavorisés à l’éducation. Le gouvernement encouragera la flexibilité du marché du travail et l’équilibre entre la vie professionnelle et familiale.

En matière de justice et d’ordre public, le gouvernement poursuivra la réforme de la succession au Trône, et présentera un texte de réforme de la Chambre des Pairs, malgré l’hostilité des pairs conservateurs, mais la réforme de la Chambre haute n’est pas une priorité. La réduction et la prévention des crimes sera un des objectifs majeurs de cette législature. Une agence nationale de lutte contre la criminalité sera créée afin de cibler les réseaux de drogue et de lutter contre la prostitution des mineurs. Les caméras de télévision pourront pénétrer dans les cours de justice. La liberté d’expression sera protégée. Les services de sécurité seront surveillés. L’accès aux données personnelles sera facilité afin de lutter contre le terrorisme.

En matière de politique étrangère, un texte de loi préparera l’entrée de la Croatie dans l’Union européenne. Le gouvernement légiférera sur l’Afghanistan et le Pakistan et soutiendra le passage à la démocratie des pays en transition. Le gouvernement souhaite construire un partenariat avec les pays émergents. Enfin, la Reine a réaffirmé sa participation à de nombreuses cérémonies pour fêter ses soixante années sur le Trône. La souveraine a également exprimé sa joie de prendre part aux jeux olympiques qui se dérouleront à Londres.

Le Discours du Trône souligne le rôle de la Reine dans le processus législatif, puisqu’un projet de loi ne peut être entériné sans l’approbation du souverain (Royal Assent). En sept minutes, la Reine a lu le programme législatif de son Premier ministre. Elle  a quitté la Chambre des Pairs pour regagner le Palais de Buckingham en carrosse, tandis que les députés ont traversé le couloir qui sépare la chambre haute de la chambre basse.

Ce Discours du Trône est sans surprise. Il est plus court que d’habitude. Il présente les priorités du gouvernement de coalition à mi-mandat, alors que de grandes réformes en matière de santé, d’éducation et de protection sociale ont déjà été adoptées pendant les deux premières années de mandature. Ce Discours parviendra-t-il à réconcilier les Britanniques avec les mesures du gouvernement conservateur et libéral démocrate après la cruelle défaite électorale du 3 mai 2012 ? Ce Discours aura-t-il répondu aux préoccupations des Britanniques frappés de plein fouet par la récession, parviendra-t-il à redonner espoir aux populations les plus vulnérables et à améliorer la vie quotidienne des ménages les plus en difficultés ?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !