Discours de François Hollande : ces messages cachés derrière une intervention éclair | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
François Hollande lance un appel à "l'apaisement et au rassemblement".
François Hollande lance un appel à "l'apaisement et au rassemblement".
©

Déjà vu

Discours de François Hollande : ces messages cachés derrière une intervention éclair

Au lendemain de l'adoption du mariage homosexuel, François Hollande s'est une nouvelle fois exprimé à la sortie du Conseil des ministres et a lancé un appel à "l'apaisement et au rassemblement". Mais le cœur de son message n'était pas là...

Qu’est ce que l’intervention de François Hollande de ce matin traduit de la communication présidentielle?

Jean-Luc Mano : Ces interventions traduisent sa sarkosisation. Ce qui était critiqué lors de la dernière mandature – l’omniprésence, la réactivité, un président qui fonctionnait au rythme des chaines d’info – s’est finalement imposé également pour François Hollande. La volonté du président et de ses communicants dans les six premier mois de mandats réside dans le fait qu’il ne voulait pas subir le rythme médiatique et gérer le temps présidentiel de manière mitterrandienne (donner du temps au temps). Ce n’était pas la parole rare théorisé par le communicant Jacques Pilhan mais plutôt la volonté d’imposer sa loi au temps médiatique. Cette stratégie s’est heurté à la force médiatique. Le rythme médiatique n’est pas le même qu’il y a vingt-cinq ans, aujourd’hui les choses se passent à la minute.

La deuxième raison c’est la crise, très difficile à gérer sur le plan politique. François Hollande a décidé de prendre sa communication en main.

La raison politique de cette intervention c’est qu’il faut se féliciter d’un engagement tenu parce qu’il ne sont pas si nombreux. Et surtout faire écran à une très mauvaise nouvelle pour la gauche de la gauche qu’est l’annonce du refus d’amnistie pour les syndicalistes. François Hollande  se satisfait une nouvelle fois en public d’avoir réalisé cette loi pour le mariage gay, grand espoir de la gauche, et espère que ça va estomper la douche froide à venir.

Qu’est ce que cela traduit politiquement ? Pourquoi s’exprimer à la sortie du Conseil des ministres et non plus à 20h comme la tradition présidentielle le demandait ?

Jean-Luc Mano : Il y a dans cette démarche  l’idée de frapper en premier, de prendre la main. Dans le tumulte médiatique ambiant ce n’est pas sans intérêt d’ouvrir le feu. Il ne peut pas faire autrement aujourd’hui, l’évolution des médias l’oblige. L’héritage de Nicolas Sarkozy est également très présent. L’ex président  a rempli l’espace médiatique et a habitué le pays à être  extraordinairement présent.  C’est un processus irréversible.

La stratégie mise en place essaye de montrer qu’il fait le job, qu’il décide. L’inconvénient est qu’il est en complète contradiction avec son engagement de campagne. Il critiquait la communication de Sarkozy et finit par s’en inspirer.

En particulier la fréquence des interventions sur l’actu, le fait de légiférer a chaque évènement  (Cahuzac = une loi) et on l’annonce 48h plus tard, c’est exactement le même schéma selon lequel opérait l’ancien président. Le dernier exemple en date a eu lieu lundi matin, après une nouvelle chute dans les sondages, le président est allé à  Roissy pour démarrer une séquence régalienne et de communication. Il n’y a aucune invention stratégiques dans sa communication. Il y a juste le renoncement à une posture de normalité.

L'intervention présidentielle est-elle de nature à rassembler les Français ?

Thomas Guénolé : Le problème fondamental de François Hollande est dans le fait qu’il pratique la communication sans message. Pour son équipe de communicant, l’intervention est en soi un but, sauf qu’il n’a rien à dire. François Hollande est un récidiviste en la matière et c’est un vrai problème parce que lorsque vous émettez en ayant rien à dire vous prenez le risque de ne plus être écouté (prendre une position, faire une annonce ou désigner un problème). A la rigueur le message est peut-être minimaliste : François Hollande appelle au rassemblement et souhaite se concentrer sur l’économie et le social désormais mais il manque le message pratique, le projet du gouvernement, et quel réforme prendra la suite du mariage gay. Il a exprimé l’intention qui était requise par l’opinion mais il manquait une nouvelle fois le cap pour y arriver.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !