Pourquoi les femmes veulent des enfants alors que les hommes hésitent | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
La principale angoisse des hommes à l’idée d’être père c’est la perte de leur liberté.
La principale angoisse des hommes à l’idée d’être père c’est la perte de leur liberté.
©Reuters

Arheu arheu

Pourquoi les femmes veulent des enfants alors que les hommes hésitent

Le Dr Gérard Strouk et le Dr Guénolée de Blignières-Strouk expliquent pourquoi l'éducation donnée aux petits garçons fait rimer "bébé" avec "anxiété". Extraits de "Devenir papa pour les nuls" (1/2).

Gérard  Strouk et Guénolée de Blignières-Strouk

Gérard Strouk et Guénolée de Blignières-Strouk

Gérard Strouk est gynécologue-obstétricien, ancien chef de service de la maternité des Lilas (Seine-Saint-Denis), maternité pilote dans laquelle il a créé des "groupes pères".

Guénolée de Blignières-Strouk est pédiatre, formée à l'haptonomie. Elle est aussi homéopathe.

Ils sont les auteurs du livre "Devenir papa pour les nuls" chez First éditions

Voir la bio »

Si vous êtes un couple amoureux, que vous êtes tous les deux bien portants et sains d’esprit (et en âge de procréer !), il n’est pas anormal qu’au bout de quelques mois ou de quelques années passés ensemble à batifoler vous décidiez de faire un bébé. L’avez-vous vraiment décidé ensemble ? Ça reste à prouver… Du calme, nous ne sommes pas en train d’accuser votre compagne de vous faire un enfant dans le dos ! Nous avons simplement compris en observant de plus près le désir d’enfant chez l’homme et la femme qu’il se construit tout simplement de manière… opposée !

Le désir d’enfant du côté de votre femme

Nous allons voir que l’envie impérieuse de votre femme d’avoir un bébé, là maintenant tout de suite, se fabrique en réalité depuis longtemps, discrètement mais sûrement. Et la source de ce désir si fort est multiple. Elle est à la fois culturelle et sociale. Ce sont les images vues et imprimées depuis l’enfance qui lui dictent qu’un jour elle aussi sera une maman : sa mère à elle, les publicités, les jouets qu’on lui a offerts, etc.

Ce désir « naturel » d’enfant est aussi physique, physiologique, inné. C’est le corps qui sait que c’est « l’heure ». 

[...]

C’est culturel

Vous avez remarqué (oui forcément vous avez remarqué) que contrairement à vous, depuis qu’elles sont petites, les filles jouent à la poupée. Dès leur plus jeune âge, elles adorent lui choisir un prénom (variable certes mais à leurs yeux adorable), la coiffer, la déshabiller, la décoiffer, la rhabiller, la redéshabiller et même lui changer sa couche ! En quoi est-ce si intéressant, vous demandez-vous ?

C’est tout simplement pour imiter leur maman à elles (comme vous votre papa), essayer d’être à sa hauteur en quelque sorte, de l’égaler. Et ce n’est pas facile ! Elles ont donc besoin de « s’entraîner » ! Ainsi depuis des générations, les poupons en plastique semblent s’adresser aux petites filles pour délivrer un message subliminal qui dirait en substance : « Prépare-toi, parce que dès que tu pourras tu en auras un en vrai, de bébé ! » Il faut dire qu’on leur en vend certaines qui disent « Maman », voire « Je t’aime Maman » ! Difficile de résister…

[...]

Le désir d’enfant de votre côté

Assez parlé de votre compagne ! Et chez vous alors comment s’est manifesté ce fameux désir d’enfant ? Allez, autant être honnête avec vous-même, et malgré tout ce que vous avez bien voulu laisser croire (on n’a pas dit que vous aviez menti, hein… juste omis de préciser) à votre chère et tendre, vous ne vous êtes jamais levé un matin en vous disant « je veux un bébé ». Vous avez peur d’être anormal ? Eh non ! Vous êtes comme tous vos camarades mâles (si si, même vos copains qui soutiennent le contraire) incapable de désirer un enfant de la même façon que votre compagne le ressent.

Alors qu’elle en a un besoin impérieux, parce que son corps et son éducation le lui dictent, vous en avez – à peu près pour les raisons inverses – une peur panique.

Eh oui, c’est bête à dire mais la principale angoisse des hommes à l’idée d’être père c’est la perte de leur liberté. Liberté de mouvement, liberté de pensée. Et ils ont raison, par définition, un père a moins de temps pour lui qu’un homme sans enfant. Mais un papa n’est pas vissé à la maison, il pourra justement en sortir de ce foyer aussi rassurant qu’inquiétant pour montrer le monde à son petit et le lui faire découvrir main dans la main. Et ça, quel cadeau !

[...]

On signe à vie alors ?

La liberté sexuelle n’est pas plus remise en question à l’arrivée d’un bébé qu’à la signature (réelle ou symbolique) d’un contrat de mariage ! Vous vous êtes promis la fidélité ? Avoir un enfant ne rendra pas ce pacte plus difficile à tenir. Au contraire, vous aurez du respect et de l’amour en plus pour votre compagne avec qui vous avez conçu cet enfant, et qui l’aura porté et mis au monde.

__________________________________________

Extrait de "Devenir papa pour les nuls", First Editions (janvier 2012)

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !