Sarkozy/ Hollande : démonstrations de force et dernières petites retouches de part et d'autre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Sarkozy/ Hollande : démonstrations de force et dernières petites retouches de part et d'autre
©

Un dimanche à la campagne

Sarkozy/ Hollande : démonstrations de force et dernières petites retouches de part et d'autre

Les deux favoris de l'élection s'affrontaient à distance ce dimanche par meetings interposés. Bilan : Sarkozy veut organiser les "Trente Glorieuses du XXIe siècle", Hollande se pose en rassembleur de la Gauche. Deux discours de mobilisation et l'apparition de la croissance comme enjeu européen pour Nicolas Sarkozy, de la nation pour François Hollande

Anita Hausser

Anita Hausser

Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003). Elle a également réalisé les documentaires Femme députée, un homme comme les autres ? (2014) et Bruno Le Maire, l'Affranchi (2015). 

Voir la bio »

La symétrie était  presque parfaite entre les deux meetings parisiens des deux favoris de la présidentielle 2012. Sur le plan numérique d’abord; tous deux « ont fait le plein » et on ne se lancera pas ici dans une bataille de chiffres invérifiables. Tous les deux poursuivent le même objectif : réaliser le meilleur score possible au premier tour pour gagner le 6 mai . Pour Nicolas Sarkozy, qui marque le pas dans les sondages après une brève embellie, il fallait prouver sa capacité de mobilisation. La puissante machine UMP a mis tous ses moyens à la disposition du candidat pour organiser la  manifestation de la Concorde en un temps record. Opération réussie, et revendiquée par Jean-François Copé qui marque ainsi des points dans sa stratégie pour conserver son fauteuil de secrétaire général du Mouvement.

Quant au discours du candidat, il s’est voulu moins droitier,  plus rassembleur, plus positif que celui de Villepinte dont on n’avait retenu que la volonté de remettre en cause les accords de Schengen. Normal quand on s’adresse à la majorité dite silencieuse dont on a apparemment sondé les cœurs. Aujourd’hui Nicolas Sarkozy a parlé d’un « Nouveau Modèle Français »  et de son désir d’organiser «  les trente Glorieuses du 21e siècle ».

Et comme les esprits mûrissent toujours au cours des campagnes électorales, le président candidat a compris qu’on ne peut pas uniquement parler de résorber la dette quand on parle d’Europe et qu’il faut aussi parler de croissance. Il le fait timidement : «Si les Français me renouvellent leur confiance, j’ouvrirai ce débat et je mettrai la même énergie, la même détermination à faire avancer l’Europe de la croissance, l’Europe qui investit dans son avenir, que celles que j’ai mises à combattre la crise financière et à sauver l’euro »… Après avoir raillé François Hollande, qui revendique un ajout sur ce thème au  futur Traité européen.       

Le meeting du candidat socialiste était prévu de longue date. Pour François Hollande, ce succès était d’autant plus indispensable que les «  marches » de Jean-Luc Mélenchon remportent un immense succès (la dernière en date, celle de Marseille aurait rassemblé plus de cent mille personnes selon ses organisateurs). Favori des sondages, François Hollande veut consacrer la dernière semaine de campagne avant le premier tour à convaincre qu’il est le candidat de toute la Gauche : « Tous ceux qui veulent l’alternance, doivent la vouloir tout de suite, le 22  avril !» a-t-il lancé s’adressant implicitement aux électeurs tentés par les sirènes lyriques du candidat du Front de Gauche. Lui aussi mâtine son discours de termes nouveaux ; s’il a toujours invoqué la République, aujourd’hui François Hollande a évoqué  la Nation, thème cher à Jean-Pierre Chevènement qui l’a rallié.

Accusant Nicolas Sarkozy de jouer à « Moi ou le Chaos », François Hollande , se veut rassurant «  j’ai des propositions qui permettent à la fois de tenir nos engagements (…) de respecter les disciplines indispensables et en même temps d’ouvrir un nouveau chemin pour la croissance (…) pour la solidarité,  pour la jeunesse de France » et confiant : « Rien ne nous arrêtera, nous serons là demain au service de notre pays ».

François Hollande qui multiplie les interventions médiatiques et va poursuivre sa campagne jusqu'à dernier moment, espère transformer en victoire la dynamique que lui prêtent les derniers sondages.

Nicolas Sarkozy, lui, espère que les sondages se trompent et que la mobilisation de son électorat, à laquelle viendrait s’ajouter un réflexe de vote utile d’une partie des électeurs de François Bayrou, créera les conditions d’une dynamique comparable à celle de 2007.

Réponse , dimanche prochain…

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !