De petits oiseaux cachés dans le pantalon ou quand les fouilles à l'aéroport réservent des surprises | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
De petits oiseaux cachés dans le pantalon ou quand les fouilles à l'aéroport réservent des surprises
©

Bonnes feuilles

De petits oiseaux cachés dans le pantalon ou quand les fouilles à l'aéroport réservent des surprises

Huit heures avec 400 personnes à bord et pas un rouleau de papier-toilette, des commandants qui s’offrent un petit somme sans personne aux commandes, un passager qui passe son trajet coincé dans les toilettes... Ces histoires délirantes, mais vraies que se racontent les personnels naviguant entre deux voyages sont croustillantes. Extraits de "Vols de merde - Les pires histoires de l'aviation", de François Nénin, aux éditions Mazarine 1/2

François  Nénin

François Nénin

François Nénin est journaliste enquêteur spécialiste de l'aérien et professeur d'investigation au CFPJ. Il a publié trois livre-enquêtes sur l'aérien dont Transport aérien le dossier noir et Ces avions qui nous font peur aux éditions Flammarion. Collaborateur des magazines Marianne et VSD, il a réalisé le film "Air France la chute libre" pour l'émission Special Investigation de Canal Plus et "Où est passé le MH 370" pour Complément d'enquête (France 2). Ayant suivi une formation de pilote privé, il avait créé le site bénévole securvol.fr pour combler le manque d'informations sur les compagnies. Il vient de sortir deux livres de récits : "Oups, on a oublié de sortir le train d'atterrissage" et "Vols de merde, les pires histoires de l'aviation".

Voir la bio »

Un truc en plus

Quand Shadi, 41 ans, auteure de BD américaine, passe les contrôles de sécurité avant de rejoindre la zone d’embarquement à l’aéroport d’Orlando, en Floride, un agent procède à une palpation corporelle. Jusque- là, rien d’anormal. Sauf que l’agent remarque quelque chose caché sous le pantalon que porte Shadi. Il renouvelle la fouille et sent une protubérance au niveau de… l’entrejambe de la demoiselle. Problème, d’après ses papiers d’identité, Shadi est une femme.

L’agent de sécurité prévient tout de suite sa hiérarchie qu’une passagère pourrait avoir trouvé une nouvelle technique pour transporter des explosifs. Toutes les précautions sont prises, un léger périmètre de sécurité est établi autour de la zone de contrôle. Pour écarter tout soupçon, l’agent demande à Shadi de bien vouloir se soumettre à un scanner corporel. Comprenant qu’on la suspecte, elle finit par entrer dans la cabine à rayon X. Sur l’écran de contrôle, l’image en 3D : la femme ne cache rien d’autre… que son pénis ! Tenue de s’expliquer, Shadi est manifestement très gênée. D’autant que les passagers qui attendent depuis déjà un moment commencent à s’impatienter et la fixent lourdement du regard. Un policier insiste devant tout le monde : « Madame, êtes- vous sûre d’être une femme ? »

Shadi est bien forcée d’apporter une explication, aussi intime soit- elle : « Je suis ce qu’on appelle un transgenre. Vous savez ce que c’est ? » Les flics se regardent d’un air moqueur et l’un d’eux finit par lâcher : « Oui, oui, on sait ce qu’on fait. » Outre leur petit interrogatoire en public, ils semblent résolus à faire du zèle. À moins qu’ils ne soient toujours persuadés qu’elle ment et transporte des explosifs ? La femme, en pleurs, est emmenée dans un bureau de la police aéroportuaire. Elle est interrogée pendant deux heures. Shadi explique qu’elle doit en avoir une ultime dans quelques mois pour changer définitivement de sexe.

Au final, la jeune femme est relâchée, mais elle a raté son vol !

Birdman

En mai 2014, des douaniers cubains ont arrêté de justesse un trafiquant qui venait d’entrer en zone d’embarquement. L’individu avait pourtant passé le portique de sécurité sans le faire sonner. Mais il avait attiré l’attention par sa démarche étrange et son pantalon large aux bosses suspectes…

Surprise : à l’intérieur se trouvaient 66 petits oiseaux préalablement endormis et placés dans des poches cousues sur le revers ! Le but ? Revendre les pinsons, colibris et autres spécimens d’espèce plus rare – notamment des sporophiles petits- chanteurs –, sur le marché noir américain. Détail « amusant », les deux volatiles situés le plus près de ses parties génitales n’ont pas survécu. L’individu a été placé en détention et condamné à quatre mois de prison. Si les oiseaux sont restés en cage, l’homme  a, quant à lui, pu rapidement reprendre son envol.

Extraits de "Vols de merde - Les pires histoires de l'aviation", de François Nénin, publié aux éditions Mazarine, juin 2016. Pour acheter cet ouvrage, cliquez ici

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !