David Guetta, dans la lignée de Pierre Perret | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Le DJ français le plus populaire du moment s'inscrit dans la continuité de la variété française.
Le DJ français le plus populaire du moment s'inscrit dans la continuité de la variété française.
©

Mass music

David Guetta, dans la lignée de Pierre Perret

Adulé par le grand public mais souvent critiqué, David Guetta ne laisse pas indifférent. Selon un spécialiste de l'électro, le DJ français le plus populaire du moment s'inscrit dans la continuité de la variété française.

 Fred

Fred

Fred est disquaire spécialisé en musique électro dans sa boutique de Rennes -Blind Spot- depuis trois ans. Il suit la techno depuis ses débuts et a découvert les raves à leur arrivée en France.

Voir la bio »

Atlantico : Votre magasin de disques spécialisé Electro ne propose pas un album de David Guetta, pourquoi ?

Fred : Parce que Guetta est l’incarnation de la culture de masse à l’opposé de la musique électronique. J’ai un peu suivi son parcours : c’est un très bon DJ que j’ai connu en France dans des raves avec de la musique électronique, de la techno ou de la house. En tant que disquaire spécialisé, je considère sa musique de bas niveau et pour tout dire assez horrible.


Quels sont les critères objectifs qui vous poussent à le juger si sévèrement ?

Il a renié les fondamentaux de l'electro. La techno, au départ, est une musique contre le phénomène du star-system, du groupe ou de l’individu mis en avant sur scène. C’est une musique à 100%, sans parole. L’idée de la techno était de faire le contraire de la musique “populaire” qui utilise le rock, les couplets et les refrains, etc. Lui, au contraire s’est même plié au format radio et au format télé. Ca marche, sauf que c’est une techno à l’américaine, pour faire danser tout le monde, avec des refrains des montées, de beaux clips... Tout dans l’esthétique de la musique populaire d’aujourd’hui.



Comprenez-vous la fronde anti-Guetta aux Francofolies où des chanteurs de chanson françaises voulaient l'interdire de jouer le concert de clôture ? Croyez-vous que la chanson française ne comprenne pas le mouvement électro ?

Non, dire que c’est mauvais parce que c’est de la musique électronique est ridicule. La musique électronique sort de très bonnes choses - notamment en techno ou en housse. Guetta appartient à la pop culture voilà la vérité ! Sa musique de masse est consensuelle... Il revendique une musique pour le plus grand nombre. Au fond, la musique de Guetta repose sur les mêmes valeurs que la variété. Je ne comprends pas cette opposition...


Pourquoi ça marche ?

Parce c’est de la musique de mariage ! De la musique simple qui ne fait pas réfléchir et facile d’accès à la première écoute avec un refrain qu’on retient. Ajoutez à ça le matraquage en radio... Il fait venir du monde : du petit au papa, en passant par l’adolescente. Toute la famille peut aller voir David Guetta.


Aux "Vieilles charrues", Guetta a brillé devant 60 000 personnes, un record que seul Manu Chao a pu égaler depuis la naissance de ce festival...

Oui. Justement ! Aux Vieilles charrues, il y avait aussi Pierre Perret. Et le soir, deux à trois heures plus tard, il y avait David Guetta. C’est presque une continuité de la musique populaire, celle qui parle à tout le monde sur le mode d’une culture de masse où toute la famille est contente.


Que répondez-vous à ceux qui prétendent que ne pas aimer Guetta, ce n’est pas aimer la musique électronique ?

C’est l’argument de quelqu’un qui ne connaît pas la musique ! Guetta est à l’opposé de la musique électronique ! A l’origine, la musique électro était contre la musique pop, tout comme pouvaient l’être les musiques savantes comme les musiques classique ou contemporaine.


Quand, selon vous, est-il passé de la techno à la pop ?

Je crois que c’est quand il s’est mis à produire ses propres morceaux, dans les années 2000. Il a commencé en tant qu’organisateur de soirées au Palace ou aux Bains Douches et il jouait avec les grands DJ de la scène de Detroit ou d’Allemagne... Mais en 2002, il a revendu toutes ses discothèques pour se consacrer à la production. C'est là que sa techno est devenue de la pop.


Iriez-vous jusqu'à dire qu’il ne sait pas composer de musique ?

Il doit avoir des compétences musicales, au même titre qu’un amateur pourvu qu’il ait les logiciels appropriés. Il ne faut pas, de toute façon, une grande culture du solfège pour faire de la musique électronique. Ce n'est pas le plus important. Et il doit être très bien entouré...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !