Crash du vol MH17 : 298 morts, une enquête en cours et encore beaucoup d'interrogations | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Il n'y a eu aucun survivant au crash de l'avion de la Malaysia Airlines.
Il n'y a eu aucun survivant au crash de l'avion de la Malaysia Airlines.
©Reuters

Drame aérien

Crash du vol MH17 : 298 morts, une enquête en cours et encore beaucoup d'interrogations

L'avion de ligne malaisien a été abattu jeudi dans l'est de l'Ukraine, aggravant brutalement la tension dans le conflit entre Kiev et les rebelles pro-russes.

  • Le Boeing 777-200ER de la compagnie Malaysia Airlines assurant le vol MH 17 faisant la liaison entre Amsterdam et Kuala Lumpur s'est crashé
  • 298 personnes étaient à bord de l'avion
  • Des experts des services de renseignements américains ont indiqué que l'avion a été abattu par un missile sol-air.
  • François Hollande a affirmé jeudi soir à Abidjan que "plusieurs Français pourraient avoir été" dans l'avion de ligne malaisien

"Un drame international". Voilà comment le Premier ministre malaisien a qualifié la catastrophe. Jeudi, le Boeing 777-200ER de la compagnie Malaysia Airlines assurant le vol MH 17, faisant la liaison entre Amsterdam et Kuala Lumpur a été abattu par un missile, dans l'est de l'Ukraine avec à son bord 298 personnes (parmi lesquelles 154 Néérlandais, 27 Australiens, 23 Malaisiens, 11 Indonésiens, six Britanniques, 5 Belges, 4 Allemands, 3 Philippins et 1 Canadien). François Hollande a affirmé jeudi soir à Abidjan que "plusieurs Français pourraient avoir été" dans l'avion de ligne malaisien mais il n'y a toujours pas de certitude. 

Le drame s'est déroulé sur les coups de 17h jeudi soir, quand les agences Itar-Tass et Interfax-Ukraine ont fait savoir qu'un avion malaisien avait disparu des radars puis s'est écrasé près de la ville de Chakhtarsk, dans la région de Donetsk, dans l'est de l'Ukraine selon une source "au sein des forces de l'ordre ukrainiennes".  Une information corroborée par la compagnie aérienne Malaysia Airlines à qui appartenait l'avion. 

Voici l'une des vidéos prises sur place par des habitants de Gabrovo : 


Crash d'un avion de la Malaysia Airlines en...par lemondefr

Aucun survivant au crash : 295 morts

Le bilan des victimes est lourd. Les 295 personnes à bord - 280 passagers et 15 membres d'équipage - sont toutes mortes, a déclaré, Anton Gerachtchenko, conseiller du ministère ukrainien de l'Intérieur. Selon Interfax, l'appareil, un Boeing, volait à une altitude de 10.000 mètres lorsqu'il a été abattu. L'avion serait tombé dans une zone séparatiste pro-russe. Des affrontements récents y ont opposé insurgés pro-russes et forces gouvernementales ukrainiennes.

Map showing the #MH17 crash site (via Reuters) pic.twitter.com/AhhDw95uGc

Un tiers des passagers se rendait à une conférence sur le Sida en Australie

Une centaine des 283 passagers de l'avion malaisien qui s'est écrasé jeudi en Ukraine se rendaient à une conférence mondiale sur le sida qui démarre ce week-end à Melbourne, expliquent ce vendredi les médias australiens. Chercheurs, praticiens et militants, tous spécialisés dans le domaine du sida, représentaient un bon tiers des passagers du vol MH17, rapportent les quotidiens The Australian et le Sydney Morning Herald, dont les informations ne pouvaient pas être confirmées dans l'immédiat.

A la recherche du coupable : intimidations et accusations mutuelles

Des victimes françaises dans l'avion ? 

La situation était assez confuse jeudi soir suite aux déclarations contradictoires de Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères et de François Hollande. Laurent Fabius avait annoncé dans un premier temps que quatre ressortissants "au minimum" étaient à bord, avant de se raviser. "Il y aurait - je parle au conditionnel - plusieurs Français qui pourraient avoir été dans cet avion et n'être plus aujourd'hui", a averti François Hollande jeudi soir. Par ailleurs, le président français a demandé que "tout soit mis en œuvre pour faire la lumière sur les circonstances qui ont provoqué" le crash du Boeing, a indiqué l'Elysée jeudi soir. Dans un communiqué, le président François Hollande fait part de son "immense émotion" en apprenant la nouvelle et exprime "toute (s)a solidarité" aux proches des passagers du vol reliant Amsterdam à Kuala Lumpur, qui selon la présidence ukrainienne pourrait avoir été abattu. Une cellule de crise a été mise en place avec un numéro spécial. 

Un couloir humanitaire va être mis en place

Sur le site du crash, entre la ville de Chakhtarsk et le village de Grabove – une région contrôlée par les rebelles prorusses – il n'y avait plus aucune chance de retrouver des survivants parmi les décombres calcinés. Les rebelles ont annoncé qu'ils étaient prêts à observer un bref cessez-le-feu pour permettre l'évacuation des corps, après avoir été accusés d'entraver les recherches. Le gouvernement ukrainien, qui se dit prêt à ouvrir un "couloir humanitaire", affirme que des dizaines de cadavres avaient été aperçus, avec des morceaux de corps éparpillés jusqu'à 15 km aux alentours. L'espace aérien de la région a été fermé jusqu'à nouvel ordre, tandis que les dirigeants occidentaux ont demandé à l'unisson l'ouverture d'une enquête internationale pour élucider les circonstances de ce crash. De son côté, le Premier ministre malaysien a indiqué que les autorités ouvraient une enquête sur la disparition du Boeing de la Malaysia Airlines.  

Un entretien téléphonique entre Obama et Poutine

Poutine et Obama ont abordé au téléphone le crash de l'avion. Le président russe Vladimir Poutine a abordé jeudi soir au cours d'une conversation téléphonique avec son homologue américain Barack Obama le crash de l'avion de Malaysia Airlines a annoncé le Kremlin dans un communiqué. "Le président russe a informé le président des États-Unis d'un rapport des contrôleurs aériens qui est arrivé juste avant leur conversation téléphonique et qui indique qu'un avion malaisien s'est écrasé en Ukraine", est-il écrit dans le communiqué.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !