Le couple franco-allemand est-il si soudé ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Le couple franco-allemand 
est-il si soudé ?
©

Des deux côtés du Rhin

Le couple franco-allemand est-il si soudé ?

S'ils étaient un vrai couple, ils fêteraient leurs noces de diamant. Le couple franco-allemand a connu des hauts et des bas dans son histoire. Depuis l'après-guerre, les deux pays ont fait un long chemin ensemble. Arriveront-ils à rester aussi unis pendant la crise ?

Gérard Bossuat

Gérard Bossuat

Gérard Bossuat est professeur à l'Université de Cergy-Pontoise, titulaire de la chaire Jean Monnet ad personam.

Il est l'auteur de Histoire de l'Union européenne : Fondations, élargissements, avenir (Belin, 2009) et co-auteur du Dictionnaire historique de l'Europe unie (André Versaille, 2009).

 

Voir la bio »

Atlantico : Quel a été, selon vous, l’acte fondateur du couple franco-allemand ?

Gérard Bossuat : C’est un couple qui a une longue histoire. Il faut remonter à 1950, à la réconciliation franco-allemande autour du projet de la CECA (Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier). C’était alors un moyen d’empêcher une nouvelle guerre entre la France et l’Allemagne. C’est un des premiers pas significatif vers une construction européenne. Il faut quand même noter que, maintenant, l’équilibre n’est plus le même. En 1950, La France avait une position supérieure dans la mesure où elle offrait la réconciliation à l’Allemagne. Tandis que maintenant, en termes notamment de poids économique, l’Allemagne compte bien plus.

Y a-t-il eu des crises marquantes dans l’histoire du couple franco-allemand ?

La crise la plus connue est celle provoquée par le Général de Gaulle. Le général a fait preuve d’ambivalence. A l’époque, il avait complètement ratifié les décisions de la IVeme République en ce qui concerne la réconciliation franco-allemande, et en même temps c’est lui qui a provoqué une crise que l’on appelle la crise du Plan Fouchet (Projet d’union européenne dont les Allemands ne voulaient pas car ils pensaient que la France y aurait tenu un rôle trop important)

Il y eu une autre crise, ou plutôt tension, que l’on retrouve toujours aujourd’hui. En 1971, au moment de la crise du SMI (Système Monétaire International), quand les USA ont refusé de convertir en or les dollars qu’on leur demandait de transférer, les Allemands était d’accords pour réaliser une sorte de fond monétaire européen, mais à leurs conditions. Ils voulaient une rigueur budgétaire que les autres pays n’étaient pas prêts à mettre en œuvre. Les Allemands sont d’ailleurs toujours caractérisés par cette rigueur budgétaire, qui aux yeux de beaucoup d’autres états empêche d’œuvrer pour une relance économique plus importante. Les Allemands c’est la rigueur, les Français ça reste un peu plus flou.

En ces temps de crise, peut-on dire que l’Europe doit son salut à l’unité du couple franco-allemand ?

Je pense que oui. La preuve, c’est que la France et l’Allemagne ont joué un rôle majeur dans les dernières décisions qui ont été prises, notamment la création de ce Fond Européen de Stabilisation Financière (FESF). Dans la presse française, et je le pense aussi dans la presse allemande, on attend du couple franco-allemand qu’il donne une direction, qu’il fasse des propositions. Du moment que le couple est d’accord, on fait avancer l’Europe.

Le couple franco-allemand est-il si soudé que cela ?

Je ne pense pas que ce couple soit si soudé que cela. C’est une union de circonstance, très pragmatique. L’Allemagne a intérêt à ce que la zone euro subsiste, dans la mesure où elle fait la majeure partie de son commerce avec les pays de cette zone. Elle a donc intérêt à ce que ces pays soient en bonne santé. Il en va de sa prospérité. Elle pourrait à long terme réorienter son commerce mais cela serait tout de même une catastrophe.

Je pense que les intérêts franco-allemands sont convergents sur le long terme. Le couple connait des crises mais il subsistera car on a besoin de lui. On ne peut pas revenir à la situation d’une mésentente car les pays sont si proches l’un de l’autre, tellement imbriqués qu’il n'y pas d’autres solutions que l’entente.

Quelles seraient les conséquences si le couple franco-allemand venait à éclater ?

Les conséquences seraient dramatiques. Rien n’avance sans le couple franco-allemand. Le couple franco-britannique nous a bien donné en 1998 les accords de St-Malo. C’est un progrès dans la politique de défense commune européenne mais cela n'a pas abouti à grand chose. Depuis lors, il n’y a toujours pas d’état-major commun européen, les unités européennes prévues ne sont pas encore sur pied. En Lybie, ça ne va pas plus loin qu’une simple action commune. On reste dans l’opportunisme, dans le pragmatisme.

Un couple franco-italien, pourquoi pas ? Mais cela ne mènerait nulle part. La puissance économique, la capacité d’innovation italienne et française est notoirement insuffisante. Il n’y a que le couple franco-allemand qui est valable. L' Allemagne est au cœur de l’Europe, c’est le pays le plus important de la zone euro. Historiquement elle a besoin d’un accrochage avec d’autres pays européens pour montrer qu’elle a évolué par rapport au temps du Nazisme. Il faut que l’Allemagne rassure, car elle est forte et capable de contrôler l’Europe Centrale, même si je suis loin de penser qu’Angela Merkel soit dans ces dispositions-là.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !