Couple de policiers agressé en Seine-et-Marne. Et Macron utilisa (enfin) le mot juste : "des voyous" ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Couple de policiers agressé en Seine-et-Marne. Et Macron utilisa (enfin) le mot juste : "des voyous" !
©Sarah BRETHES / AFP

C'est pas trop tôt.

Couple de policiers agressé en Seine-et-Marne. Et Macron utilisa (enfin) le mot juste : "des voyous" !

Certes il y a mis du temps. Mais ne lui en voulons pas : ses prédécesseurs se contentaient de dire « des jeunes ».

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Ils sortaient de dîner chez des amis. Lui : policer. Elle : policière. Dans leur voiture leur fillette de trois ans. Deux hommes les attendaient et les ont roués de coups avant de prendre la fuite. Ils connaissaient leur cible et la pistait depuis plusieurs jours. 

Les deux policiers en effet les avaient, peu de temps avant, contrôlés à Aulnay-sous-Bois. « Nous nous vengerons » avaient hurlé alors les deux individus. Promesse tenue... L’agression a suscité des protestations d'une ampleur et d'une vigueur jamais vues. Des « lâches » et des « voyous » a dit Macron. « Odieux » a déclaré Collomb. « Ignoble » a renchérit Ferrand.

Mais que s’est il donc passé pour qu'on s'indigne ainsi, de façon concertée, au sommet de l'Etat ? Une seule explication : la colère et l'exaspération des policiers. Ils n'en peuvent plus d'être agressés, frappés, ou brûlés dans leur véhicule de service. « Ignoble », « lâche », « odieux » : ces expressions sont supposées les apaiser. 

Ce qu'on retiendra surtout, c'est le « voyous » de Macron. Jusqu'à maintenant c'étaient des « jeunes ». Les « jeunes » attaquaient des policiers, caillassaient des pompiers, frappaient des facteurs et brutalisaient les médecins du Samu. 

Nous n’avons pas attendu Macron pour parler de « voyous ». Mais on peut espérer que les journaux, inspirés par la haute autorité présidentielle, changeront à leur tour de vocabulaire. Bye bye « les jeunes de banlieues »... Bonjour les « voyous de banlieues »...

Formulons un autre vœu. Il y a un collectif qui connaît un grand succès dans les cités : « Urgence la police assassine ». Les t-shirts avec ces mots se vendent comme des petits pains. Difficile de ne pas y voir un appel à frapper et peut être à tuer. Ce collectif devrait être interdit. Sinon il faudra former un collectif « Urgence les voyous assassinent ». 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !