Costa Concordia : comment les ingénieurs projettent de le remettre à flot | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
La première étape de la remise à flot du Costa Concordia s'est bien déroulée
La première étape de la remise à flot du Costa Concordia s'est bien déroulée
©reuterspic

Finesse et calculs

Costa Concordia : comment les ingénieurs projettent de le remettre à flot

Pour y parvenir, les équipes sur place ont commencé à injecter de l'air dans les 30 caissons entourant l'épave longue de près de 300 mètres et pesant 115 000 tonnes, afin qu'elle se relève.

La semaine prochaine, les Italiens pourront enfin dire adieu au Costa Concordia, le navire de croisière naufragé qui est resté couché au large des côtes de l'île de Giglio pendant deux ans et demi. Si tout se passe comme prévu, le navire sera remorqué jusqu'au port de Gênes, où sa feraille sera découpée pendant plusieurs années. Mais d'abord, les ingénieurs doivent remettre à flot le Costa Concordia. 

Le soulèvement de l'épave a été long à se décider. En septembre dernier, les ingénieurs ont remis le bateau chaviré en position "debout" alors qu'il était en partie submergé, lors d'une opération qui a coûté des centaines de millions de dollars aux compagnies d'assurance. Aujourd'hui, le navire se trouve sur une énorme plate-forme sous-marine construite pour l'occasion. Il est encore en partie sous l'eau et ne peut absolument pas espérer naviguer. 

Soulever les 150 000 tonnes du navire grâce à des flotteurs

Pour y remédier, l'équipe de relèvement des épaves a installé 30 réservoirs métalliques étanches, appelés flotteurs, de chaque côté du navire. À l'heure actuelle, les flotteurs sont remplis d'eau. Si le temps le permet, à partir de lundi, ils seront progressivement remplis d'air comprimé. Cela va créer une flottabilité suffisante pour lever les 115 000 tonnes du navire rempli d'eau. 

Pour commencer, les ingénieurs vont soulever le navire de deux mètres pour éviter d'endommager la structure. Si celle-ci s'avère trop endommagée pour se déplacer, le navire sera démonté sur place. Une sorrte de plan B dont personne ne veut avoir à faire. Ce serait malheureux, car il est actuellement couché dans un sanctuaire marin qui ne demande qu'à reprendre de l'air, pas de la feraille supplémentaire. Il est également dangereux pour l'environnement, les éléments pourrissant et tout les matériaux qui ont servi à le tenir en un morceau avec.

Si la structure tient le coup, le bateau sera déplacé à environ 30 mètres de la rive avant le renflouement complet. Les ingénieurs souhaitent soulever le navire progressivement, en vérifiant à chaque étape qu'ils n'y a pas de substances toxiques qui pourraient fuiter dans la Méditerranée. A la fin de l'opération qui devraient durer plusieurs jours, le navire fera un trajet jusqu'à Gênes, à seulement 2 noeuds, sur cinq jours. 

Un contrat de démolition à 345 millions

Le processus semble propre et bien rangé, mais il n'est pas sans controverse. En octobre, Costa Croisière, qui exploitait le Costa Concordia, a choisi la Dockwise Vanguard, un navire hollandais conçu pour transporter la cargaison énorme et enlever l'épave. Problème : Enrico Rossi, président de la région  Toscane, a promis de bloquer physiquement le Vanguard s'il s'approchait de la zone. De cette façon, il veut être certain que l'épave restera en Italie, et le contrat de démolition de 348 millions d'euros qui va avec.

Plus récemment, Greenpeace a annoncé son intention d'envoyer son navire Rainbow Warrior pour bloquer le retrait du Costa Concordia. Le porte-parole de Greenpeace Italie Luca Lacoboni estime que les fluides toxiques comme l'huile et le carburant diesel pourraient s'infiltrer dans l'environnement et que les ports italiens proches pourraient être atteint "facilement et avec moins de risques".

Les étapes de la remise à flot :

Le Costa Concordia est couché en position verticale sur une plate-forme juste à côté de l'île de Giglio.

Le bateau est dangereux pour l'environnement, que ce soit  la nourriture avariée, les effets personnels des clients, ainsi que l'argenterie et les matelas qui a été ensevelis à l'intérieur pendant plus de deux ans.
Des cordes métalliques vont être attachées au Costa Concordia qui sera soulevé tout doucement de deux mètres. Là, s'effetueront les vérifications des dommages structurels. A ce moment, on décidera si le navire peut être démonté sur place.
Si la structure tient en place, le bateau sera déplacé à environ 30 mètres de la rive avant le renflouement complet.
Pour ce faire, les ingénieurs ont prévu de soulever le navire progressivement, en vérifiant à chaque étape qu'il n'y a pas de substances toxiques qui pourraient fuiter dans la Méditerranée.

Enfin, après plusieurs jours de travail minutieux, le navire sera remorqué à Gênes avec un impact minimal sur l'environnement.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !