Contrat État - SNCF Réseau : quand l’Etat se résigne sans le dire à renoncer au train | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Le contrat de performance qui fixe la trajectoire de SNCF Réseau jusqu'en 2030 a été discrètement signé avec l'Etat le 6 avril dernier.
Le contrat de performance qui fixe la trajectoire de SNCF Réseau jusqu'en 2030 a été discrètement signé avec l'Etat le 6 avril dernier.
©STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Futur réseau ferroviaire

Contrat État - SNCF Réseau : quand l’Etat se résigne sans le dire à renoncer au train

Le contrat de performance qui fixe la trajectoire de SNCF Réseau jusqu'en 2030 a été discrètement signé avec l'État le 6 avril dernier, juste avant le premier tour de l'élection présidentielle.

Laurent Durand

Laurent Durand

Laurent Durand est un cadre très au fait de la réalité ferroviaire en France.

Voir la bio »

Atlantico : Vous révélez des imprécisions et des financements problématiques dans le contrat qui lie lEtat et SNCF Réseau. Quels sont-ils ? 

Laurent Durand : La dotation de financement donnée à SNCF Réseau est tellement insuffisante pour permettre un entretien normal de lensemble du réseau.

Dans cet entretien, on compte les interventions pour les réparations tout au long de lannée ainsi que les régénérations complètes.

Le gouvernement a lâché une enveloppe de 2,8 milliards là où il en faudrait 1 milliard de plus. La moyenne d'âge du réseau ferroviaire français et de 30 ans quand il est de 15 ans en Allemagne. Sans régénération, l’âge moyen continuera de grandir.

Les syndicats, les médias professionnels du transport ou bien même Jean-Pierre Farandou, le grand patron de la SNCF et Luc Lallemand, le patron de SNCF Réseau, saccordent à dire que ce contrat pose de nombreuses problématiques. Comment expliquer cette situation ? 

Il est assez rare de voir tous les acteurs de la chaîne ferroviaire, des patrons jusquaux syndicats et aux agents, tous ensemble daccord pour dire que ce contrat est largement sous doté. Il est plus difficile pour la direction de communiquer dessus car ils sont nommés par le Conseil des ministres. Les syndicats ont fait leur travail dinformation mais il na pas été entendu.

Quelles seront les conséquences de ce nouveau contrat, tant pour la SNCF que les utilisateurs du réseau ? Faut-il craindre un appauvrissement de loffre de transport, voire de possibles fermetures de lignes dans un avenir plus ou moins proche ?

Sans entretien, un réseau se dégrade mais le haut niveau de sécurité du réseau de la SNCF fait quil va se dégrader très lentement. Et pour éviter de prendre des risques, SNCF Réseau va devoir petit à petit diminuer la vitesse sur certaines lignes. Ce phénomène peut durer sur des années. Par exemple sur une ligne où actuellement on roule à 160 km/h on peut lannée prochaine ne rouler qu’à 140 km/h puis dans deux ans à 120 puis à 80 km/h dans cinq ans. Ce qui rend le chemin de fer de moins en moins compétitif par rapport à dautres modes de transport.

Une partie des lignes UIC 7 a 9 sont en cours de transfert vers les régions. Le contrat entre l’État et SNCF réseau dont on parle ne couvre que les lignes de un à six.

À Lire Aussi

SNCF : ce que le gouvernement ne comprend pas au train

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !