Programmes Hollande et Sarkozy : Les mesures les plus connues des électeurs sont celles auxquelles ils adhèrent le moins | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Programmes Hollande et Sarkozy : 
Les mesures les plus connues des électeurs sont celles auxquelles ils adhèrent le moins
©

Le poids des mots, le choc des idées

Programmes Hollande et Sarkozy : Les mesures les plus connues des électeurs sont celles auxquelles ils adhèrent le moins

Enquête exclusive Mediaprism Atlantico sur le taux d'adhésion et de notoriété de l'intégralité des mesures de Nicolas Sarkozy et François Hollande. Handicap Sarkozy : 7 des 10 des mesures préférées ou les mieux attribuées par les Français sont issues du programme socialiste.

Alain Renaudin

Alain Renaudin

Alain Renaudin dirige le cabinet "NewCorp Conseil" qu'il a créé, sur la base d'une double expérience en tant que dirigeant d’institut de sondage, l’Ifop, et d’agence de communication au sein de DDB Groupe.

Voir la bio »

Atlantico : Quels sont les principaux enseignements de l'enquête que vous avez réalisée ?

Alain Renaudin : Cette enquête est la seule où l'intégralité des mesures des programmes de François Hollande et Nicolas Sarkozy a été testée auprès d'un large échantillon de 2286 Français. Au total, plus de 80 mesures ont été testées à l'aveugle, c'est à dire sans mentionner de quel candidat elles émanaient. Cela nous a permis d'avoir un jugement plus neutre, ainsi que la possibilité de juger à qui les mesures étaient attribuées. Il y a en effet beaucoup plus de mesures que celles dont on parle dans les médias.

Chaque mesure des candidats a été évaluée auprès des français sur 3 indicateurs : la notoriété : en avez-vous entendu parler ? L'adhésion : y êtes-vous favorable ? Attribution : lequel de ces deux candidats l’a proposé selon vous ?

Sur ces trois indicateurs, on a un rapport de 70-30% pour François Hollande. Parmi le top 10 des mesures qui suscitent les plus forts taux d’adhésion, de notoriété et d'attribution, 70% sont des propositions du candidat socialiste.

(Cliquer pour agrandir)

Le match des Top 10 entre les 2 candidats


Le deuxième enseignement de l'enquête est que les mesures qui remportent le plus fort taux d'adhésion ne sont pas les plus connues. Par exemple, la proposition de François Hollande qui consiste à dire : "On a le droit de finir sa vie dans la dignité" est la première mesure en terme d'adhésion parmi toutes celles qui ont été testées. Il y a aussi un très fort taux d'adhésion pour l'idée de Nicolas Sarkozy de renforcer l'accueil des étudiants handicapés dans les lycées et les universités.

(Cliquer pour agrandir)

Le TOP 10 de l’adhésion


On se rend compte que les mesures qui remportent le plus l'adhésion sont des mesures très consensuelles, pas politiques ou partisanes, avec donc un faible clivage gauche/droite. Ce ne sont donc pas les mesures qu'on voit dans les médias, car celles dont on parle le plus sont celles qui font débat. 

Les mesures que les Français connaissent le mieux sont la taxation à 75% des hauts revenus et le droit de vote des étrangers aux élections locales. Ils en ont énormément entendu parler, mais elles ne remportent pas de fort taux d'adhésion. Il y a un décalage entre les mesures qui intéressent les électeurs et celles dont ils entendent parler dans les médias.

(Cliquer pour agrandir)

Le TOP 10 de la notoriété

 

Le troisième enseignement de l'enquête est que les mesures de Nicolas Sarkozy ne lui sont pas suffisamment attribuées. Sur ses 10 mesures aux plus forts taux d’adhésion : quatre sont majoritairement attribuées à François Hollande (l’accueil des étudiants handicapés, les 200 000 places de garde d’enfants, l’impôt minimal sur les grands groupes, les 750 maisons de santé) et trois à plus de 40% (l’impôt sur les exilés fiscaux, réserver une part des commandes publiques aux PME européennes; réduire le nombre de parlementaires avec une dose de proportionnelle).

Nicolas Sarkozy est parti plus tardivement en campagne. Il a donc besoin de rentrer dans un exercice de répétition pour que ses mesures lui soient plus attribuées. Le président sortant n'a d'ailleurs pas encore son "idée force", comme le "travailler plus pour gagner plus" de 2007. Il a besoin de trouver cet axe très différenciant qui concerne l'ensemble des Français dans leur quotidien et qui soit structurant. La taxation des très hauts revenus par François Hollande est une mesure anecdotique, car elle ne touche pas le quotidien de la majorité des Français. C'est pour cela que ça ne touche pas tant d'adhésion.

François Hollande a une série de mesure qui ont été repérées et suscitent une bonne adhésion, il peut donc jouer là-dessus. Quant à Nicolas Sarkozy, il risque de ne pas trouver cette idée forte, il devrait donc se placer sur le tempérament et la personnalité.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !