Comment reprendre le contrôle de sa vie après une arnaque aux sentiments | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Comment reprendre le contrôle de sa vie après une arnaque aux sentiments
©

Bonnes feuilles

Comment reprendre le contrôle de sa vie après une arnaque aux sentiments

Si souvent les femmes sont prises pour cible, l'adolescent, le retraité ou encore la working girl divorcée peuvent aussi se faire piéger. Lorsque la vérité éclate, il est difficile de s'en sortir : l'ado ne sait pas comment avouer qu'il est victime de chantage à la webcam sexuelle ou le retraité que sa belle arlésienne est partie avec ses économies. Tous doivent faire face à la honte et l'humiliation. Cet ouvrage décrypte les mécanismes de l'escroquerie sentimentale. Extrait de "Amour, emprise et [email protected] sur internet" de Stéphanie Vigne, publié aux éditions Eyrolles. 2/2

Stéphanie Vigne

Stéphanie Vigne

Stéphanie Vigne est certifiée coach et trainer par L'International Society of Neuro-Semantic aux USA. Spécialisée en neuro-sémantique, elle a elle-même été victime d'escroquerie sentimentale. 

Voir la bio »

Pour travailler sur soi et reprendre le contrôle de sa vie, il est important de chercher à sortir de son état de victime et de clarifier sa part de responsabilité dans ce qui vient de se passer, et surtout dans ce qui va suivre ! Certes, vous ne pouvez pas revenir en arrière, le mal est fait, mais vous pouvez aller de l’avant et devenir proactif dans votre changement de vie. 

Comme le montre le schéma ci-contre, Michael Hall a créé la zone de puissance personnelle1 pour aider à comprendre quelles sont les actions que nous pouvons engager et la marge de manœuvre que nous avons sur notre vie. Ce processus permet de reconnaître et de se réapproprier les pouvoirs centraux liés à nos fonctionnements neurolinguistiques et d’établir aussi les bases de notre puissance personnelle, de notre responsabilité et de notre passage à l’action.

Nous avons, en tant qu’être humain, quatre capacités ou pouvoirs qui nous sont propres : deux sont d’ordre privé et intime et deux sont publics.

Les deux pouvoirs privés sont ceux de penser et de ressentir. En effet, personne ne peut être dans votre tête et penser à votre place. Vous êtes maître de votre cerveau et des pensées qui le traversent. Il en va de même avec les émotions. Ce que vous ressentez en vous n’est pas perceptible par les autres, ou à peine. Personne ne peut vivre l’exacte émotion que vous êtes en train de vivre. Même si nous observons une personne en train de pleurer, nous ne pouvons pas affirmer à 100 % que ses larmes sont des larmes de tristesse, de soulagement, de joie, de fatigue, etc. Ces deux pouvoirs de penser et ressentir sont intimes et privés et n’appartiennent qu’à vous.

À l’inverse, vous n’êtes pas responsable de ce que les autres pensent et ressentent. Vous n’habitez pas leur corps, et vous ne pouvez pas savoir ce qui se passe vraiment en eux.

Imaginez un cas assez classique. Un automobiliste vous insulte alors que vous êtes en train de conduire votre voiture. En entendant cette insulte, vous sentez la colère monter en vous et vous vous mettez à crier. Vous devenez fou. Parfois, nous disons: «Celui-là m’a rendu fou. » Qu’est-ce que cela veut dire ? Cela veut dire que vous avez laissé l’autre vous rendre fou. Vous lui avez donné ce pouvoir en prenant en considération ses paroles. Pourtant, il vous est certainement arrivé dans d’autres situations de ne pas prêter attention aux paroles désobligeantes lancées par quelqu’un. Vous ne démarrez pas toujours au quart de tour quand on vous critique. Il y a bien des situations où vous résistez à l’emportement, n’est-ce pas? Il est donc bien clair que vous avez la capacité de choisir de vous mettre en colère ou non. Vous avez la possibilité de choisir ce que vous voulez penser et ressentir. Certes, l’exercice n’est pas toujours aisé et une multitude de facteurs influencent votre emportement, mais vous constatez que vous êtes tout de même le seul maître à bord de votre esprit. Personne ne peut venir contrôler votre cerveau et vous commander de ressentir une émotion ou une autre.

Vous êtes responsable de vos pensées et de vos ressentis. Souvenez-vous de Victor Frankl que je nomme précédemment comme le fondateur de la logothérapie. Enfermé dans un camp de concentration, ce psychothérapeute disait en substance : « Ils peuvent me faire subir toutes les abominations et tortures, jamais ils ne m’enlèveront ma liberté de penser. » Vous êtes libre de penser et de vos pensées.

Se positionner en victime, et donc choisir de continuer à penser que le monde est injuste envers vous, ne vous permettra pas de retrouver votre sourire. Vous avez la possibilité de devenir proactif dans votre vie et de choisir de sortir de votre état de torpeur. Certes, le chemin n’est pas aisé, mais il est possible.

Vous êtes le seul responsable de vos pensées et de vos émotions. Vous êtes également responsable envers les autres de ce que vous dites et de ce que vous faites. Voilà encore deux aptitudes et pouvoirs dont chaque être humain est doté : le pouvoir de parler et le pouvoir d’agir. Ceux-ci sont dits «publics » car ils sont observables par tous. Chacun de nous a une responsabilité envers l’autre de ce qu’il dit et fait, mais en aucun cas, nous ne sommes responsables de ce que les autres pensent, ressentent, disent ou font.

Si vous avez été vous-même victime d’escroquerie, le pré- judice que vous avez subi est énorme, mais vous avez le pouvoir de penser, ressentir, dire et faire en fonction de ce que vous désirez pour votre avenir. Devant vous s’ouvre une phase de reconstruction et grâce à votre attitude proactive, vous allez réussir à surmonter cette épreuve.

Extrait de "Amour, emprise et [email protected] sur internet" de Stéphanie Vigne, publié aux éditions Eyrolles.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !