Comment les plus-values immobilières vous appauvrissent | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Comment les plus-values immobilières vous appauvrissent
©

Décod'Eco

Comment les plus-values immobilières vous appauvrissent

Savoir que sa maison achetée il y a 15 ans a doublé de valeur, en voilà une information qui fait plaisir ! Sauf que... Bercy fait en sorte que vous ne voyiez pas la couleur de cette plus-value.

Simone Wapler

Simone Wapler

Simone Wapler est rédactrice en Chef des Publications Agora (analyses et conseils financiers).

Elle est l'auteur de "Comment l'Etat va faire main basse sur votre argent: ... et ce que vous devez faire pour vous en sortir !", paru chez Ixelles Editions en mars 2013.

Voir la bio »

L'inflation est simplement un impôt qui n'est pas voté, mais il est tellement sournois que les gens sont contents de le payer !

Prenons un exemple, l'immobilier. Un bien immobilier n'a aucune raison de prendre de la valeur. Absolument aucune, sauf, bien sûr, si vous effectuez des travaux d'embellissement et d'agrandissement.

Prenons un cas très simple. M. Dahut a acheté ce ravissant petit chalet 100 000 euros en 2000. Depuis, il n'a fait que l'entretenir amoureusement, sans plus.

Ce coquet chalet vaut 200 000 euros en 2013. Voilà notre M. Dahut riche de plus-value !

En 2000, Monsieur Kermoisi a préféré acheter cette ravissante longère, pour la même somme de 100 000 euros. Comme M. Dahut, il n'a fait que l'entretenir amoureusement. Elle vaut aujourd'hui 200 000 euros.

M. Kermoisi, comme M. Dahut, est donc lui aussi riche de plus-value.

Nous avons donc :

1 chalet = 1 longère = 100 000 euros en 2000

1 chalet = 1 longère = 200 000 euros en 2013

Et deux personnes qui se sont enrichies. Nous vivons dans un monde merveilleux, inutile d'aller rêver à Disneyland !

Des goûts et des couleurs, on ne discute pas. Treize ans plus tard, M. Dahut pense que finalement les thalassothérapies en Bretagne, c'est plus son truc que le sauna en montagne. M. Kermoisi fait de son côté le constat inverse. Il a des envies de raclette plutôt que de dos de cabillaud.

Où sont passées les plus-values ?

En toute logique M. Kermoisi et M. Dahut pourrait prétendre l'un à une plus grande longère et l'autre à un plus grand chalet, puisqu'ils sont riches de plus-values.

Hélas, ce n'est qu'une illusion puisque pour 200 000 euros, ils auront un bien équivalent à celui qu'ils avaient chacun acheté en 2000.

Mmmmm, non, même pas un bien équivalent, car vous avez oublié Bercy (et je vous rappelle que d'oublier Bercy, c'est grave et ça peut vous coûter très, très cher).

M. Kermoisi et M. Dahut vont devoir acquitter de l'impôt sur la plus-value à hauteur de 100 000 euros avec abattement de 6% par année de détention (à partir de la sixième année) et 4% la dernière année, soit 46 000 euros.  Le barème appliqué sera celui de l'impôt sur le revenu. Et il faut ajouter les 15,5% de prélèvements sociaux, CSG -- CRDS. Bref, dans les poches de nos héros heureux de leurs plus-values, il reste moins de 180 000 euros.

Damnation, Dahut ne peut pas acheter la maison de Kermoisi ! Evidemment la réciproque est vraie et Kermoisi ne peut acquérir celle de Dahut. En réalité, Dahut et Kermoisi ont perdu du pouvoir d'achat immobilier, au nom de la "justice sociale". Car souvenez-vous, ils sont riches de plus-values. Que le malheur partagé soit plus facilement supportable est une piètre consolation.

Dans la pratique, Dahut et Kermoisi ne  s’aperçoivent que rarement de l’injustice car, bien souvent, ils ont acheté à crédit. Donc par augmentation de leur apport initial, ils arrivent à acquérir un bien plus grand que celui qu’ils ont vendu en réempruntant.

Qui s'est enrichi dans cette affaire ? Bercy !

Le plus beau est que ces transactions vont créer du PIB puisque Dahut et Kermoisi  vont dépenser pour racheter un bien immobilier. Vous lirez peut-être dans les commentaires des statistiques nationales que la croissance repart. Mais la croissance de quoi ? Qui s'est enrichi dans cette affaire en dehors de l'Etat ?

Et si les biens se sont valorisés parce que le TGV ou qu'une autoroute y conduit qui n'existait pas en 2000 ? Rassurez-vous, cette amélioration, Dahut et Kermoisi l'ont déjà payée dans leurs impôts nationaux et locaux... et on la leur refait payer en plus-values.

Voilà, vous avez maintenant compris comment des plus-values -- qui sont en réalité les stigmates de l'érosion monétaire -- nous appauvrissent mais enrichissent l’État. Le plus drôle, c'est que les gens sont contents de leurs plus-values immobilières ; ça les flatte, ils pensent qu'ils ont fait un investissement habile. L'inflation est un impôt populaire... et c'est pour cela que tous les gouvernements en rêvent.

[Les moyens de vous protéger et de mettre votre argent à l'abri de cette "taxe" silencieuse existent bel et bien ! Pour tout savoir, continuez votre lecture...

100 000 euros

200 000 euros

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !