Comment le désordre sur votre bureau peut vous permettre de clarifier vos idées | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Style de vie
Des chercheurs constatent un lien entre le fait d'évoluer dans un environnement désordonné et la capacité à avoir des objectifs clairement identifiés.
Des chercheurs constatent un lien entre le fait d'évoluer dans un environnement désordonné et la capacité à avoir des objectifs clairement identifiés.
©Reuters

Le bénéfice du bazar

Comment le désordre sur votre bureau peut vous permettre de clarifier vos idées

Un lien qui pourrait s'expliquer par le besoin de compenser le désordre, dans une culture qui ressent ce qui n'est pas ordonné comme anxiogène.

Atlantico : Dans une récente étude parue dans le Journal of Environmental psychology, des chercheurs constatent un lien entre le fait d'évoluer dans un environnement désordonné et la capacité à avoir des objectifs clairement identifiés. Comment l'expliquer selon vous ? 

Christine Marsan : Une fois posé le fait que l’étude a été faite aux Pays-Bas et que l’une des caractéristiques des Hollandais est le besoin de précision et d’ordre, la suite devient plus claire. Afin de compenser un désordre qu’il soit relationnel, environnemental ou organisationnel, les personnes vont avoir besoin de se fixer des objectifs clairs afin de diminuer l’anxiété liée au désordre.

En tenant compte des caractéristiques interculturelles, l’application au contexte français dépendra surtout de la personnalité des individus. On pourra observer une réduction du désordre soit par la clarification d’objectifs, soit par des procédures plus détaillées (notamment dans les entreprises), ou la quête de sens pour apporter une rationalité à ce qui est vécu et compenser l’aspect anxiogène du déséquilibre apporté par le chaos.

L'étude nous apprend qu'un environnement inconsciemment "abandonné" permet de percevoir un objectif fixé comme un retour à un ordre rassurant. Quelle influence un environnement ordonné et structuré a-t-il sur la capacité à se projeter dans l'avenir ?

Nous ne sommes pas habitués à gérer le chaos, l’impermanence, l’incertitude (habituellement plus aisé pour les Asiatiques, élevés aux lois du Tao). Pour nous, fils de la rationalité cartésienne, l’incertitude, le désordre sont source d’anxiété et nous cherchons alors à le réduire et ceci en nous donnant des objectifs et visions du futur qui permettent de se projeter dans l’avenir, d’imaginer, de déployer notre pensée rationnelle et linéaire et concevoir des étapes logiques pour envisager demain.

Ces résultats permettent-ils de mieux comprendre les interactions entre l'environnement physique des hommes et l'homme lui-même ?

Si nous regardons les méthodes récentes d’agriculture telle la permaculture (mode d'organisation d'une production agricole inspirée d'écosystèmes naturels ndlr), les principes visent à mieux comprendre les lois du vivant que l’on va retrouver décrites notamment par le biomimétisme et qui vont permettre de concilier harmonie et efficacité à partir d’une meilleure compréhension de l’environnement et des différents règnes du vivant. Une des lois fondamentales étant l’interdépendance de tout ce qui est vivant, être humain compris. Ces interactions constantes conduisent à chercher l’harmonie qui repose sur l’ordre qu’il soit pragmatique, ou esthétique.

Comment mettre ces résultats à profit dans la vie de tous les jours ? Un désordre "voulu" peut-il être aussi bénéfique ?

Toute évolution de la vie passe par différentes étapes dont celles de déconstruction d’une phase précédente s’accompagnant de la dissolution des repères qui conduit à faire le deuil du passé. Cette déconstruction peut être vécue comme un chaos, car elle est déstabilisante et souvent comme le dit le proverbe, "il faut faire un nettoyage de printemps", c’est-à-dire réaliser du vide avant d’envisager de remplir à nouveau à partir de nouveaux éléments (objets, projets…).

Alors oui le désordre est bénéfique car il permet une recomposition des basiques, de l’essentiel de sa vie et déterminer quels sont les nouveaux objectifs à atteindre, les nouvelles étapes à construire et en sachant accueillir le chaos, c’est permettre au vide de laisser advenir les nouveaux possibles. En cela le chaos est fertile, d’ailleurs dans toutes les mythologies du monde, la création (et donc l’ordre) est advenue d’un chaos primordial.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !