Comment la France insoumise est en train de ravir au FN le titre d’affreux jojos de la politique française | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Comment la France insoumise est en train de ravir au FN le titre d’affreux jojos de la politique française
©AFP

Dangereux ?

Comment la France insoumise est en train de ravir au FN le titre d’affreux jojos de la politique française

Qualifié de "dangereux" par Manuel Valls et nourrissant des "idées de dictatures" pour Sylvain Maillard (élu LREM), La France Insoumise fait l'objet de violentes critiques.

Sylvain Boulouque

Sylvain Boulouque

Sylvain Boulouque est historien, spécialiste du communisme, de l'anarchisme, du syndicalisme et de l'extrême gauche. Il est l'auteur de Mensonges en gilet jaune : Quand les réseaux sociaux et les bobards d'État font l'histoire (Serge Safran éditeur) ou bien encore de La gauche radicale : liens, lieux et luttes (2012-2017), à la Fondapol (Fondation pour l'innovation politique). 

Voir la bio »

Atlantico : N'observe-t-on pas un changement de camps de la diabolisation, jusqu'alors réservée au Front National ? Le FN vient-il de perdre son rôle d'épouvantail au profit de la France insoumise ?

Sylvain Boulouque Plusieurs éléments sont à relever. D'une part, le fait que des responsables politiques comme Manuel Valls ou des membres de la République en Marche qui agitent le chiffon rouge en disant que certains éléments du programme de la France Insoumise rappelle d'anciennes dictatures ou d'actuelles dictatures comme l'URSS ou le Venezuela. L'agitation de ce chiffon rouge est fait pour tenter de discréditer tout ou partie des mouvements sociaux. Cette façon d'agir reprend une ancienne mode du 19ème siècle qui était celle que l'on appelait "la peur du rouge". Elle se fonde pour partie sur une vérité et pour partie sur des fantasmes qui sont d'agiter la menace de transformations sociales violentes. C'est un phénomène qui n'est pas nouveau. 

La deuxième chose, c'est que l'épouvantail de menaces qui servaient pour le Front National sert désormais pour la France Insoumise quand on pense à la situation de laquelle se retrouve le FN. Le pouvoir en place oublie que la France Insoumise, voire le PCF représente des catégories de personnes qui ne sont pas au gouvernement et dans la majorité présidentielle. Il n'y a pas de catégories ouvrières à l'Assemblée Nationale. Cette façon d'agir laisse penser qu'il y a une vision de classe, les possédants contre la classe ouvrière. 

Cette stratégie est elle réellement efficace ? N'est elle pas en train d'aboutir à une nouvelle bipolarisation du système politique français ? 

Cette stratégie semble efficace auprès d'une partie de la sphère médiatique mais je ne pense pas que ce soit efficace auprès de la population. On sent une forme de protestation qui émerge dans tous les sens. Le pouvoir édulcore le fait qu'il n'a pas été élu sur une majorité de plus de 60% des voix mais sa majorité réelle est plus proche de 25%. Au premier tour des présidentielles, Emmanuel Macron est a un peu plus de 20% et pareillement aux législatives avec le fort taux d'abstention. Le pouvoir n'a pas la majorité qu'il prétend avoir. Pendant très longtemps, malgré l'URSS, une partie du monde du travail faisait corps avec le PCF pour faire avancer ses revendications. C'est ce que l'on a appelé pendant longtemps la fonction tribunicienne du PCF. On ne sait pas encore si la France insoumise va réussir à cristalliser l'ensemble des contestations. 

Une telle "diabolisation" permet elle la constitution d'un plafond de verre électoral ? 

La diabolisation du Front National ne s'appuie pas sur les mêmes ressorts dans la mesure ou la diabolisation du FN reposait sur les lien du parti avec une extrême droite historique qui utilisait un certain nombre de références au passé qui ne passait pas. Il y avait chez les membres fondateurs du FN des anciens nazis, des proches de l'OAS. Ce n'est pas comparable avec la France Insoumise d'aujourd'hui. Le plafond de verre électoral pour le PCF faisait que le parti ne dépassait jamais le tiers de l'électorat. Est-ce que l'on va se retrouver dans une situation identique avec le même plafond de verre qui ne correspond pas aux mêmes électeurs, ni même au même programme politique ou est-ce que la France Insoumise va réussir à casser ce plafond de verre ? Je suis incapable de le dire. On est au balbutiement de la construction d'un parti qui réussit un beau score aux élections. On ne sait pas quelle sera la suite, s'ils vont se stabiliser ou s'ils vont finir par s'effondrer aussi rapidement. Il faut voir quelle forme vont prendre les mouvements sociaux. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !