Comment l'intuition fonctionne (et jusqu'où il est possible de s'y fier) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Les personnes qui manquent de confiance en elles réfrènent leur ambition.
Les personnes qui manquent de confiance en elles réfrènent leur ambition.
©Flickr

Mon petit doigt m'a dit...

Comment l'intuition fonctionne (et jusqu'où il est possible de s'y fier)

Des chercheurs de l'université de Sussex auraient prouvé que l'anxiété provoque une sur-utilisation de l'intelligence analytique plutôt que de se référer à leur pensée intuitive. Rassurez-vous cependant si vous êtes dans ce cas, car si l'intuition n'est pas un muscle, elle se travaille tout de même.

Sylviane Barthe-Liberge

Sylviane Barthe-Liberge

Sylviane Barthe-Liberge est psychologue clinicienne et psychothérapeute. Elle anime et publie sur son site personnel : www.consultations-psychologue.com.

Voir la bio »

Atlantico : Selon des chercheurs de l’université de Sussex, les personnes anxieuses ont tendance, pour prendre des décisions, à davantage se reposer sur une pensée analytique que sur leur intuition. Faut-il en déduire que les personnes dites intuitives sont celles qui ont le plus confiance en elles ? Pourquoi ?

Sylvianne Barthe Liberge : Être à l’écoute de son intuition, c’est déjà se faire confiance et ne pas avoir peur de sortir des sentiers battus ou d’aller à l’encontre de ce que pense la majorité. C’est, d’une certaine manière, avoir la foi, mais en soi. C’est être à l’écoute de l’ensemble de ses sens, donc être en empathie avec l’environnement. On peut alors percevoir des choses qui ne sont pas visibles au premier coup d’œil.

Les personne, qui manquent de confiance en elles ne vont pas être à l’écoute de cette intuition, au contraire, elles vont la refréner, par peur de se tromper ou d’avoir l’air ridicule.


Pour en savoir plus sur le sujet, retrouvez le livre de Rolf Dobelli : Pourquoi vous vous trompez tout le temps publié aux Editions Atlantico.

Lorsque l’on est confronté à plusieurs choix, il est souvent recommandé de « faire confiance à son intuition ». Mais au fond, qu’est-ce que l’intuition ? Quels en sont les ressorts psychologiques, et qu’a-t-elle de supérieur aux autres formes de réflexion ?

D’après les neurosciences, l’intuition est une forme d’intelligence présente en chacun de nous. Ce qui veut dire qu’elle peut se travailler et se développer.Encore faut-il se faire confiance !

La partie rationnelle de notre cerveau gère nos apprentissages et la partie plus émotionnelle, relationnelle et adaptative nous permet de sortir des contraintes logiques répétitives. L’intuition aurait à voir avec cette capacité à imaginer des réponses et des solutions hors logiques prédictibles. Vous avez une intuition quand la réponse s’impose à vous comme une évidence.

Jusqu’où peut-on faire confiance à son intuition ? Existe-t-il des domaines dans lesquels il faut la mettre à profit, et d’autres où, au contraire, il fait s’en méfier ?

Il n’y a sans doute pas de limite à faire confiance à son intuition si l’on sait faire la différence entre intuition et désir. Le désir est ce que l’on souhaite. L’intuition est ce que l’on a inconsciemment analysé. Ce n’est pas du tout pareil !

Si on reprend les théories neuropsychologiques, l’intuition est favorable pour tout le monde, mais certains métiers ne peuvent se contenter de reposer uniquement sur l’intuition (comme les comptables ou les analystes programmeurs). Mais en règle générale, l’intuition est une formidable boussole qui permet de modeler son quotidien au plus près de ses besoins, de ses envies et de ses compétences.

L’intuition est-elle un équivalent humain de l’instinct animal ? Pourrait-il s’agir d’une caractéristique dont la fonction serait d’assurer la survie de l’espèce ?

L’instinct est un « mouvement intérieur » naturel aux animaux et qui les fait agir sans le recours à la réflexion, pour accomplir des actes conformes à leur espèce et adaptés à leurs besoins. La nature a donné à tous les animaux l'instinct de leur propre conservation. Chaque espèce a son instinct particulier. Les bêtes se conduisent, se gouvernent par pur instinct.

Si on transpose ce mouvement involontaire à l’homme, mouvement auquel on attribue des actes non réfléchis, non délibérés, cela se rapproche de l’intuition. Dans des circonstances exceptionnelles, on entend souvent après coup les gens dirent : « Il a fait cela plutôt par instinct que par raison. » Peut-être un reste de notre cerveau reptilien…

Propos recueillis par Gilles Boutin

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !