Pourquoi le chanteur chrétien Grégory Turpin, malgré de très bonnes ventes, ne pouvait pas entrer au Top 50 (jusqu'à présent) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Pourquoi le chanteur chrétien Grégory Turpin, malgré de très bonnes ventes, ne pouvait pas entrer au Top 50 (jusqu'à présent)
©Capture d'écran

Top 10

Pourquoi le chanteur chrétien Grégory Turpin, malgré de très bonnes ventes, ne pouvait pas entrer au Top 50 (jusqu'à présent)

Les ventes réelles le mettent dans le Top 10, mais il n'apparaît que 113ème dans les classements.

Grégory Turpin est un chanteur qui a fait assez parler de lui en popularisant un courant musical qu'on appelle la "pop-spi" : la musique pop inspirée par la spiritualité, chrétienne en l'occurrence. Ce fut un mini-événement dans le monde musical quand ce chanteur décrit par certains comme "confessionnel" fut pris en main par un major comme Universal.

Et c'est un succès commercial. Le nouvel album de Grégory Turpin, "Changer de vie", est dans le Top 10. Ou pas. Selon les chiffres d'Universal, Grégory Turpin a vendu 5624 albums sa première semaine, ce qui devrait le faire rentrer dans le Top 10, en 8ème position. Pourtant, dans le classement "officiel" créé par le SNEP (syndicat national des éditeurs phonographiques), le classement le plus lu dans la profession et les médias, il apparaît en 113ème position.

Explication : le SNEP ne prend pas en compte les circuits de distribution "chrétiens" comme La Procure ou Bayard. Selon Antonie Cartier, directrice du SNEP, c'est GFK, un organisme indépendant, qui collecte les données auprès de sociétés de distribution faisant partie d'un panel agréé par le SNEP.

On voit l'impact du procédé : il désavantage fortement non seulement Grégory Turpin, mais les artistes chrétiens en général. D'où l'écart énorme entre les ventes annoncées par le SNEP et les ventes réelles comptabilisées par Universal.

Heureusement, selon nos informations, "l'affaire" Grégory Turpin a poussé le SNEP, avec un peu de pression d'Universal, à décider de prendre en compte le réseau de distribution chrétien et de certifier ses ventes.

Un impact plus large, puisque le secteur musical va prendre en compte, de manière plus générale, les réseaux de distribution périphériques qu'il ne comptabilisait pas avant. Une avancée qui permettra sans doute à beaucoup d'autres artistes "de niche" d'émerger.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !