Comme la Société Générale, Laurent Wauquiez ne veut pas de Marine Le Pen ! Mais pas pour les mêmes raisons… | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Comme la Société Générale, Laurent Wauquiez ne veut pas de Marine Le Pen ! Mais pas pour les mêmes raisons…
©Reuters

Malheur aux blondes

Comme la Société Générale, Laurent Wauquiez ne veut pas de Marine Le Pen ! Mais pas pour les mêmes raisons…

Le candidat à la présidence des Républicains fait son timide. La banque, elle, est bien plus expéditive.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Le monde change. Les femmes s'émancipent. Deviennent entreprenantes. Et même dévergondées. Au temps de l'Espagne des Rois très catholiques les caballeros allaient faire la sérénade sous les fenêtres de leurs belles. Aujourd'hui ce sont les belles qui poussent la chansonnette devant les domiciles des hommes qu'elles convoitent.

Ainsi, Marine Le Pen n'a pas hésité à faire des avances extrêmement pressantes et très équivoques, à Laurent Wauquiez. Séduite par le timbre de sa voix et par le contenu de ses mélopées, elle lui a proposé une alliance. "Tu parles comme moi : unissons-nous !". Wauquiez, oublieux de ce qu'est la galanterie, l'a envoyé paître. Quel goujat !

Pauvre, pauvre Marine le Pen ! Un malheur n'arrivant jamais seul elle avait déjà été brutalement éconduite la veille par la Société Générale. La banque a en effet décidé de clôturer le compte du Front National jugeant que son endettement dépassait l'entendement. En un mot, la Société Générale reproche au parti de Marine le Pen de lui piquer des sous.

Tel n'est pas le propos de Laurent Wauquiez : lui ce qu'il veut c'est piquer des électeurs au Front National ! Dans un passé lointain le Parti communiste mit au point une stratégie visant à "plumer la volaille socialiste". Et ça marcha du tonnerre de dieu. Jusqu'à Mitterrand qui s'employa avec succès –sa maestria était grande - à "plumer la volaille communiste".

Wauquiez veut "plumer la volaille frontiste". Et il ne s'y prend pas trop mal. Marine le Pen, il la veut sans plumes. A poil si on peut se permettre cette expression ! La présidente du Front National se consolera d'avoir été plaquée par la Société Générale : les banques russes sont d'habitude bienveillantes à son égard…

Avec Laurent Wauquiez, c'est une autre paire de manche. Reprendrait-elle à son compte la phrase de son père "les électeurs préféreront toujours l'original à la copie" que cela ne servirait pas à grand-chose. Car ses électeurs ont quand même compris que l'original n'arriverait jamais au pouvoir. Tandis qu'avec la copie… 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !