Citroën, Yves Rocher, Miko… : 5 choses insolites que vous ignorez sur l’origine de nos grandes entreprises françaises | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
La marque Miko est originaire de la Haute-Marne.
La marque Miko est originaire de la Haute-Marne.
©DR

Pour vos dîners en ville

Citroën, Yves Rocher, Miko… : 5 choses insolites que vous ignorez sur l’origine de nos grandes entreprises françaises

Ni spécialiste du marketing, ni expert en stratégie d’entreprise : la plupart des grandes entreprises françaises ont débuté, ou ont trouvé leur nom et leur logo, sur un simple concours de circonstance. Cinq histoires qui racontent l’origine de grandes marques qui font partie de notre quotidien.

Et oui, entre Citroën et les citrons il y a bien un lien

En 1810 Napoléon 1er annexe le Royaume de Hollande. Il y a là-bas, un dénommé Roelof qui vend des agrumes dans les rues d’Amsterdam. Comme tous les juifs néerlandais, il est soumis au code de Napoléon et doit se trouver un nom. Il choisira Limoenman, traduisez l’homme-citron. Barend, son fils, choisira de devenir diamantaire et, en vue d’émigrer vers la France, choisit de franciser son nom : Limoenman devient alors Citroën, toujours en référence aux fruits de son père. Quelques années plus tard à Paris, l’un de ses petits-fils, André, commence à se passionner pour un secteur en plein essor : la mécanique automobile...

Danone, un surnom espagnol à la conquête du monde

Au début des années 1900, Isaac Carasso, un commerçant espagnol veut introduire le yaourt. L’homme, originaire de Turquie, connait bien la recette puisque le produit y est largement démocratisé. Ce dernier se met alors en quête d’une marque et décide de baptiser son entreprise Danon, le surnom en catalan de son fils Daniel. Problème, l’administration espagnole refuse d’enregistrer la marque, en raison de sa ressemblance avec le dit prénom. Isaac Carasso va donc ajouter un "e" final : Danone est né.

Yves Rocher s’est fait connaitre en fabriquant des crèmes anti-hémorroïdes

Yves Rocher reprend à l’âge de 15 ans le magasin de chapeaux de son père qui vient de décéder. Le jeune Yves a pour cliente régulière une vieille guérisseuse de la commune voisine. Cette dernière lui confie un jour la recette d’une pommade à base de plantes pour traiter les hémorroïdes et les varices, devait-il en avoir besoin... Séduit par l’efficacité du produit, le jeune Yves va, après ses journées au magasin, produire la précieuse pommade dans un laboratoire qu’il aménage dans le grenier de sa maison. Yves Rocher la vendra sur les foires, cela fera son succès. Il décidera par la suite de vendre d’autres produits à base de plantes : le début d’une aventure internationale.

Auchan, un pré et un annuaire

Au début des années 1960, à tout juste 30 ans, Gérard Mulliez veut prendre part au développement des premiers supermarchés. Il négocie facilement avec quelques grossistes et cherche un endroit suffisamment pour grand pour accueillir la marchandise. Son père, qui a réussi dans l’industrie textile, lui prête un dépôt situé à Roubaix dans le quartier des "Hauts-Champs". Malin, Gérard Mulliez transformera le nom en Auchan pour que l’enseigne apparaisse en première position dans l'annuaire.

Les esquimaux Miko, une anecdote qui a du chien

La marque Miko est originaire de la Haute-Marne. Au début des années 1950, une fratrie d’artisans glaciers, les frères Ortiz, veulent conquérir la France avec leur nouvelle création : une glace à la vanille entourée de chocolat qu’ils baptisent esquimau. Première glace qui se mange avec un bâton, les frères Ortiz vont vendre leurs esquimaux dans les cinémas de la région : le succès est foudroyant. Ces derniers décident donc d’adopter un nom plus commercial pour leur entreprise. Le nom Miko viendra simplement du chien de l’un des frères qui, selon la légende, se mis à aboyer alors qu’ils étaient en pleine concertation.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !