Cinq ans après Lehman Brothers, rien n'a vraiment changé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Cinq ans après Lehman Brothers, rien n'a vraiment changé
©

Decod'Eco

Cinq ans après Lehman Brothers, rien n'a vraiment changé

Lehman Brothers a fait faillite il y a cinq ans... mais qu'est-ce qui a changé depuis ? A-t-on trouvé des solutions et pris des mesures pour éviter que de telles crises se reproduisent ?

Eberhardt Unger

Eberhardt Unger

Dr. Eberhardt Unger est un économiste indépendant, fort de plus de 30 ans d’expérience des marchés et de l’économie. Vous pouvez retrouver ses analyses sur le site www.fairesearch.de

Voir la bio »

Cinq ans après la faillite de Lehman Brothers, le risque de faillite bancaire, le système financier en crise, l’économie mondiale sens dessus dessous et les déséquilibres mondiaux sont autant de problèmes qui attendent toujours des solutions. Comment en est-on arrivé là ? Quelles leçons en a-t-on tirées ? Qu’a-t-on fait pour améliorer la situation ?

Cela a commencé par le programme d’assouplissement de Greenspan jusqu’à ce que le principal taux directeur de la Fed atteigne 1% en 2004, avec pour conséquences la bulle immobilière aux Etats-Unis et l’invention par les banques d’instruments de financements aventureux.

Puis est arrivée la faillite de Lehman le 15 septembre 2008 et la plus grande récession que le monde a connue depuis les années 1930. Une crise qui tire ses fondements d’un surendettement aussi excessif que grotesque, de tous les secteurs, et dans le monde entier.

Les banques centrales ont tenté de répondre à la crise par une création monétaire sans précédent et les plus importants programmes de relance jamais mis en place, et cela pour quel résultat ? Une mini-reprise célébrée dans quelques médias comme “merveilleuse”.

La dette publique totale des pays du G7 est passée de 18 000 milliards en 2008 à 140 000 milliards de dollars aujourd’hui. Mais ce nouveau record de dettes n’a engendré que 1 000 milliards de dollars supplémentaires au PIB nominal du G7. 5 000 milliards de dettes ont été financés par une expansion des bilans des banques centrales (Fed, BoJ, BCE et BoE).

Au cours des cinq dernières années, les sept plus grands pays industrialisés ont eu besoin de 18 dollars de nouvelles dettes (financées à hauteur de 28% par les banques centrales) pour générer 1 dollar de croissance.

Tous les sermons publics appelant à une consolidation de la dette n’ont été que des paroles en l’air, au regard d’un niveau de la dette à 440% du PIB des pays du G7. La dette totale augmente alors que la croissance nominale reste très faible.

Malgré des taux d’intérêts et des rendements bas, la conjoncture reste sensible et vulnérable au moindre des chocs provoqués par les erreurs en matière de politique économique. Une hausse des taux d’intérêt pourrait provoquer de tels chocs. Le surendettement extrême dans de nombreuses parties du monde est un facteur déstabilisant.

Au final, les banques centrales ne pourront rien faire d’autre que de renouveler le quantitative easing (QE) pour freiner la hausse actuelle des rendements.

Conclusion : la crise économique et financière est loin d’être terminée. Le grotesque surendettement général peut déclencher, d’un jour à l’autre, de nouvelles turbulences.

[Pour vous protéger de cette nouvelle tempête... nos spécialistes vous révèlent leurs analyses et leurs stratégies : retrouvez-les au quotidien en cliquant ici ]

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !