Chômage : derrière le record absolu une nouvelle fois battu, enfin une lueur d'espoir | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Chômage : derrière le record absolu une nouvelle fois battu, enfin une lueur d'espoir
©Reuters

Pas si simple

Chômage : derrière le record absolu une nouvelle fois battu, enfin une lueur d'espoir

Bien que le nombre de chômeurs en catégorie A est en baisse de 15 000 personnes, la France vient de battre un nouveau record du chômage toutes catégories confondues ; soit 6,475 millions de chômeurs. Reste une raison d’espérer, car le rythme de reprises d’emplois est en forte progression.

Nicolas Goetzmann

Nicolas Goetzmann

 

Nicolas Goetzmann est journaliste économique senior chez Atlantico.

Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :

 

Voir la bio »

Ce 24 décembre, la DARES publiait les derniers chiffres du chômage sur le territoire français, et annonçait une baisse de 15 000 chômeurs de catégorie A, c’est-à-dire les personnes n’ayant eu aucune activité au cours du mois de novembre. A l’inverse, le nombre de chômeurs toutes catégories confondues à continuer de progresser pour atteindre un record absolu en France, soit 6,475 millions de personnes. (catégories A,B,C,D,E, sur l’ensemble du territoire).

Si la ministre de l’emploi, Myriam El Khomry, se veut positive au regard de ces derniers chiffres, la soi- disante stabilisation du nombre de chômeurs a encore du mal à convaincre. En effet, et malgré un tassement réel de la progression, la moyenne mobile (chaque série prend en compte la moyenne du nombre de chômeurs au cours des trois derniers mois, ce qui permet de lisser la volatilité de court terme) a bien continué son inexorable hausse au cours des 3 derniers mois :

Moyenne Mobile 3 mois. Nombre de chômeurs de catégorie A. Source DARES. En milliers

Ainsi, et en comptabilisant la progression du nombre de chômeurs depuis l’arrivée de François Hollande au pouvoir, il apparaît qu’aucune classe d’âge n’a été épargnée. Et la communication relative à une hypothétique baisse du chômage des jeunes est bien contredite par les chiffres.

Evolution du nombre de chômeurs (Cat A,B,C) par classe d’âge depuis mai 2012. En Milliers. Source DARES

Mais la spécificité de la hausse du chômage de ces trois dernières années est la forte progression du nombre de chômeurs de longue durée. Signe que les personnes éloignées de l’emploi subissent les plus grandes difficultés à pouvoir se réinsérer. En effet, et c’est la principale source d’inquiétude de la crise que connaît le pays depuis 2008, plus le temps de chômage subit par une personne est long, plus celle-ci aura du mal à retrouver un emploi. Signe qu’une situation purement conjoncturelle peut progressivement dériver vers un ancrage structurel, en raison de l’incapacité des politiques publiques à répondre aux défis posés par le contexte économique. Et c’est bien l’absence de réponse adaptée qui a produit cet état de fait.

Evolution du nombre de chômeurs par catégorie d’ancienneté depuis mai 2012. En Milliers. Source DARES

Pourtant, et en dépit de ces mauvaises nouvelles, certaines raisons d’espérer qu’une baisse réelle du chômage puisse s’amorcer au cours de l’année 2016 se mettent en place. En effet, si le début du quinquennat Hollande avait été catastrophique sur le front de l’emploi, c’est l’intensité de la progression qui a pu se réduire au cours des années. Ainsi, l’année 2015 a été la moins mauvaise des années depuis 2010. De 300 000 chômeurs supplémentaires en 2012, le rythme de progression s’est réduit à une hausse de 88 000 chômeurs supplémentaires en 2015. En d’autres termes, et pour faire simple, le chômage progresse encore, mais moins qu’avant.

Nombre de chômeurs supplémentaires en cat A. de novembre à novembre. Source DARES. En milliers

Et cette perte d’intensité a une cause, qui est, elle, une vraie bonne nouvelle. Car comme avait pu l’indiquer l’INSEE au cours de ces dernières semaines, la création d’emploi a repris une certaine vigueur durant l’année 2015, et celle-ci est en voie d’accélération. En effet, le nombre de chômeurs en situation de « reprise d’emploi » a progressé de façon substantielle depuis la fin du premier trimestre 2015, et retrouvé un rythme proche de 100 000 reprises d’emplois par mois (99 700 pour le mois de novembre 2015).

Moyenne mobile de 3 mois sur les reprises d’emploi déclarées. Source DARES. En milliers

Ainsi, si ce rythme de création d’emplois poursuit sa tendance au cours des prochains mois, notamment sous l’influence de la politique menée par la Banque centrale européenne, la courbe du chômage devrait, enfin, parvenir à s’inverser durablement. Tout doit donc être fait pour soutenir Mario Draghi dans son action, afin que le plan de relance monétaire initié au cours de l’année 2015 puisse monter en puissance au cours des prochains mois et des prochaines années. Car si le pays se contente d’une baisse de 15 000 chômeurs par mois, il faudra encore attendre 9 années pour que le pays retrouve le nombre de chômeurs comptabilisé avant la crise, c’est-à-dire au début de l’année 2008.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !