Chirurgie esthétique Made in Gangnam, ce quartier de Séoul qui transforme en masse les jeunes femmes en princesses de dessins animés | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Style de vie
une femme sur cinq a déjà pratiqué de la chirurgie esthétique en Corée du Sud.
une femme sur cinq a déjà pratiqué de la chirurgie esthétique en Corée du Sud.
©Reuters

Métamorphose

Chirurgie esthétique Made in Gangnam, ce quartier de Séoul qui transforme en masse les jeunes femmes en princesses de dessins animés

La Corée du Sud est devenu le pays où chirurgie esthétique rime avec normalité. Que ce soit des Coréens ou des touristes, les cliniques ne désemplissent pas. Au point qu'une Sud-Coréenne sur cinq aurait déjà succombé à cette tendance.

Sur plus de 24,5 millions de femmes qui vivent en Corée-du-Sud, 4,9 millions auraient déjà eu recours à la chirurgie esthétique. Certains parlent même d'une Sud-Coréenne sur trois. Décrit comme le temple de l'agrandissement des yeux ou de l'affinement de la mâchoire, les affiches dans le métro ou dans la rue pour se faire retoucher le visage ou le corps fleurissent proposant chacune de nouvelles techniques ou de nouvelles tendances.

"Quand vous avez dix-neuf ans, toutes les filles ont fait de la chirurgie esthétique, donc si vous n'en faites pas, des années plus tard, tous vos amis auront une meilleure allure que vous", raconte une étudiante au Newyorker. Avec 74 actes chirurgicaux pour 10 000 personnes, la Corée du Sud est le pays où le taux par personne d'actes chirurgicaux est le plus élevé. Loin devant même le Brésil et les Etats-Unis, selon la Société internationale des chirurgiens plastiques et esthétiques (ISAPS, 2009). En 2012, 20% des femmes entre 19 et 49 ans habitant Séoul ont succombé à  la tentation, et notamment au "débridage" des yeux, rapporte le DailymailMais la tendance ne touche pas que les femmes puisque les hommes – même un ancien président s'est laissé tenté -  composeraient 15% du marché.

Le protocole pour passer sur la table d'opération est plutôt simple. D'abord un premier rendez-vous avec un consultant, puis un autre avec un docteur pour tracer les contours du nouveau visage, avant de retourner voir l'assistant pour valider le dossier. Un questionnaire est généralement soumis avec pour question :

Pour quelle raison voulez-vous faire de la chirurgie ?

- Des raisons professionnelles

- Votre mariage

- Retrouver confiance en vous

- Les conseils de vos proches

Quel genre d'apparence voulez-vous avoir ?

- Naturelle

- Très différente

- Complètement différente

A quel artiste voulez-vous ressembler ?

Avez-vous des amis qui ont déjà pratiqué la chirurgie esthétique ?

- 1

- 2-3

3-5

Beaucoup

Si vous obtenez les résultats recherchés avec la chirurgie esthétique, quelle est la chose que vous souhaitez le plus réaliser ?

- Réaliser un selfie sans Photoshop

- Obtenir un amant

- Trouver un travail

- Participer à un concours de beauté

Comme on peut le voir au vu des réponses proposées, cet engouement pour la chirurgie esthétique repose principalement sur la pression sociale. Dans certains secteurs professionnels, le recours au bistouri est même devenu quasiment obligatoire. 75% des recruteurs reconnaissent même que l'apparence physique est un critère d'embauche. Les chanteurs de la K-Pop, la musique ultra-populaire en Corée, n'y sont pas non plus étranger.

Mais les Coréens ne sont pas les seuls à vouloir obtenir le sourire parfait. Un tourisme s'est développé autour de cette activité. Ainsi, entre 2010 et 2012, le nombre de chinois venant à Séoul pour se faire opérer aurait augmenter de 40%. Pour 4 500 euros, ils peuvent bénéficier de facilités de visa et d'un séjour dans un établissement hospitalier. Si bien qu'en 2009, 23 ressortissantes chinoises n'ont pas réussi à repasser la frontière pour rentrer tellement leur visage était différent. Ainsi, les cliniques du pays ont même eu l'idée de délivrer des certificats de chirurgie plastique pour permettre aux étrangers de rentrer sans encombre chez eux.

Avant

Après

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !