Changements de vie : ces secteurs professionnels largement abandonnés par leurs salariés d’avant le Covid | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Des salariés travaillent à leur bureau au siège de Showroomprive, une société française de vente en ligne, à La Plaine Saint-Denis, au nord de Paris, le 1er mars 2016.
Des salariés travaillent à leur bureau au siège de Showroomprive, une société française de vente en ligne, à La Plaine Saint-Denis, au nord de Paris, le 1er mars 2016.
©Christophe Ena / POOL / AFP

Marché du travail

Changements de vie : ces secteurs professionnels largement abandonnés par leurs salariés d’avant le Covid

La pandémie de Covid-19 a fortement modifié les habitudes et les projets des salariés. Des secteurs professionnels sont délaissés par les salariés, faisant redouter une pénurie de main-d'œuvre. Le processus de déplacement des travailleurs et des capitaux d'une entreprise à une autre ou dans un secteur alternatif peut s'avérer coûteux pour l'économie.

Gregory Thwaites

Gregory Thwaites

Gregory Thwaites est professeur agrégé d'économie à l'université de Nottingham et directeur de recherche à la Resolution Foundation.

Voir la bio »

Atlantico : Votre point de départ est le rétrécissement de la demande dans certains secteurs en raison de la Covid-19 et l'importante question de savoir si oui ou non la demande va croître à nouveau pour revenir à ce qu'elle était dans les secteurs. Votre analyse anticipe une réallocation et des inadéquations potentielles. Quels sont les éléments qui mènent à cela ?

Gregory Thwaites : Dans notre enquête auprès des entreprises, nous les interrogeons sur l'évolution future de l'emploi, des ventes, etc. Nous nous attendons à ce que certaines entreprises diminuent et que d'autres augmentent - c'est-à-dire que nous prévoyons une réaffectation - parce que c'est ce qu'elles nous disent qu'elles attendent.

La redistribution est importante pour garantir que la main-d'œuvre et le capital se déplacent là où l'économie en a besoin. La redistribution est une caractéristique normale de l'économie, et nos données montrent qu'elle a augmenté pendant la récession de 2008. En outre, nous savons que la récession liée à la Covid-19 a touché différemment les multiples secteurs, et elle a également eu des effets très variables au sein des secteurs. Il est donc raisonnable de s'attendre à ce que nous assistions à de nombreuses réaffectations au cours des prochains mois, et c'est effectivement ce que nous constatons dans notre enquête.

En ce qui concerne l'inadéquation, nous savons qu'une fraction plus importante que la moyenne de cette réaffectation majeure se produira entre les secteurs. Dans la mesure où les travailleurs et les entreprises sont spécialisés dans des secteurs particuliers, ils peuvent ne pas être bien adaptés aux nouvelles tâches que d'autres employeurs veulent leur confier. Nous assisterons également à une réaffectation géographique des travailleurs qui fournissent des services aux employés de bureau, des centres-villes vers les lieux de résidence de ces employés. Il faut donc s'attendre à un degré d'inadéquation plus élevé que d'habitude.

La pandémie est commune au monde entier, mais il existe un problème supplémentaire et spécifique au Royaume-Uni : le Brexit. Le Brexit augmentera le degré de réaffectation au Royaume-Uni, car le commerce avec l'UE est devenu plus coûteux, réorientant les ressources vers le marché intérieur et les pays non membres de l'UE. Dans la mesure où les travailleurs de l'UE contribuaient auparavant à atténuer les inadéquations qui apparaissaient sur le marché du travail britannique, cette marge d'ajustement n'est plus disponible.

Vous êtes inquiet que "les aspects réallocatifs du choc COVID puissent ralentir la reprise économique". Dans quelle mesure ? Quelles sont les autres conséquences que vous anticipez ?

Le processus de déplacement des travailleurs et des capitaux d'une entreprise, d'un lieu ou d'une utilisation à une autre peut être coûteux. Les travailleurs doivent se recycler et acquérir un savoir-faire spécifique à leur nouvel emploi. Le capital peut être physiquement détruit lorsqu'il n'est plus nécessaire, comme par exemple lorsqu'un espace commercial est réaménagé en bureau ou en logement.

Ces coûts seront plus importants que d'habitude au cours des prochaines années car, comme le montrent nos données, une plus grande partie de la réaffectation se fera entre les secteurs.

Les coûts seront particulièrement élevés pour les travailleurs âgés et les jeunes, plutôt que pour ceux d'âge moyen. D'autres données montrent que ces groupes ont été les plus touchés par la crise, en termes de chômage et d'ancienneté. Les travailleurs plus âgés auront plus de mal à changer d'emploi et de lieu de travail. Il a été démontré que les jeunes travailleurs subissent d'importantes pénalités salariales s'ils rejoignent le marché du travail.

D'un autre côté, la popularité croissante du travail à domicile, du télétravail pourrait permettre à certains travailleurs de disposer de plus de temps, d'un emploi plus flexible et d'un plus grand choix d'emplois. Cela pourrait être particulièrement utile pour les personnes ayant des responsabilités familiales, qui sont en grande partie des femmes. Un autre point positif pourrait être que certains emplois bien rémunérés se répandent plus largement dans le pays.

Y a-t-il quelque chose à faire pour atténuer les effets négatifs de la réaffectation ?

Le gouvernement devrait apporter un soutien important à la reconversion des personnes, y compris pour les mutations "horizontales" vers des fonctions différentes mais de qualification similaire. En outre, les prestations pendant les périodes de recherche d'emploi devraient être suffisamment élevées pour que les travailleurs puissent prendre un peu de temps pour trouver le meilleur emploi, plutôt que d'accepter le premier. Les coûts de déménagement ne doivent pas être augmentés de manière excessive par des taxes sur les transactions immobilières ou par des difficultés à déménager dans un logement social.

Du côté des entreprises, celles-ci doivent pouvoir accéder au capital pour se développer et restructurer leur personnel sans coûts excessifs. Les locaux commerciaux doivent pouvoir changer facilement d'affectation, afin de s'adapter à la forte évolution de la localisation géographique de la demande de bureaux et de commerces.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !