Ceux qui voulaient changer le monde : les idées pour 2015 de Florian Philippot du Front national | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Ceux qui voulaient changer le monde : les idées pour 2015 de Florian Philippot du Front national
©Reuters

Redonner le pouvoir au peuple

Ceux qui voulaient changer le monde : les idées pour 2015 de Florian Philippot du Front national

Pour le vice-président du Front national, il faut replacer le peuple au cœur du processus décisionnel, notamment au travers d'un recours fréquent au référendum. Troisième épisode de notre série "Ceux qui voulaient changer le monde : les idées pour 2015".

Florian Philippot

Florian Philippot

Florian Philippot est président du parti "Les Patriotes", qu'il a fondé en septembre 2017. Il est également conseiller régional du Grand Est et député européen. Il était auparavant vice-président du Front National.

Voir la bio »

Redonner la parole au peuple

Il faut commencer par redonner le vrai pouvoir au peuple. Il faut renouer avec la démocratie et la souveraineté populaire. Les peuples savent spontanément ce qu'il faut faire, ils ont compris qu'il y a une terrible arnaque dans ce qu'on leur vend depuis des années au niveau de l’Union européenne, de l’ouverture des frontières économiques et migratoires, des transferts de souveraineté, etc.

Lire également : Ceux qui voulaient changer le monde : les idées pour 2015 de François de Rugy d'EELV

Il s’agit donc de mettre fin à la dérive anti-démocratique que nous subissons actuellement particulièrement en France mais aussi dans les pays de la zone euro. Les gens n'ont plus la main sur leur avenir. Ils votent mais on ne tient pas compte de leur vote, ils disent non à un référendum mais cela ne change rien, certaines élections sont annulées… Les citoyens n'ont donc pas la possibilité de s'exprimer, ou leurs voix ne sont pas entendues.

Lire également : Ceux qui voulaient changer le monde : les idées pour 2015 d’Alexis Corbière du Parti de gauche

En France le recours au référendum ne se fait plus depuis une dizaine d’années. Redonner la parole passe par la pratique du référendum d'une manière beaucoup plus soutenue. Il peut s'agir aussi bien de référendums locaux que nationaux. Il faut en faire sur les grands sujets comme les questions européennes, la politique économique, la politique migratoire, les grands enjeux… Il faut peut-être passer par la modification de la Constitution en y inscrivant les grands sujets qui nécessitent un référendum. Modifier la constitution devrait se faire obligatoirement par référendum sans qu'il y ait de possibilité de le faire par le Congrès. Il s’agit de créer la possibilité d’établir des référendums d’initiatives populaires sur le modèle suisse ou italien.

Sur un autre sujet, la proportionnelle devrait être intégrale et pas seulement une dose. Nous avons besoin d'un vrai débat au Parlement plutôt que de faux débats entre de fausses alternances que sont l'UMP et le PS.

Notre projet est fondamentalement anti oligarchique. Nous nous érigeons contre cette oligarchie européaniste qui va connaître des turbulences en 2015, comme une succession de signes le prouvent. Je pense que 2015 va être lié au grand retour des peuples.

Rompre avec l’Union européenne

En deuxième lieu, il s’agit de redonner aux Nations leur liberté. Dans un monde idéal, il n’y a pas d’Union européenne, les Nations sont souveraines et libres, elles ont une monnaie, un budget, des frontières, un Etat digne de ce nom… 95% d'entre elles ont une monnaie qui leur est propre, des frontières, pratiquent le patriotisme économique….

Il faut donc rompre avec ce modèle économique qui ne fonctionne pas, avec des politiques qui sont en échec dans tous les domaines. Il faudrait par ailleurs faire un grand référendum sur notre appartenance à l'Union européenne. 2015 peut être l’année de l’agonie de l’Union européenne, ce qui est le cauchemar de la caste au pouvoir. Ceci est toutefois une très bonne chose pour les peuples et pour les démocraties.

La France est une puissance mondiale qui doit coopérer avec tous les autres pays, pas uniquement en Europe, ce qui passe notamment par une coopération spécifique avec les Etats-Unis, la Chine, le Japon, la Russie, les pays européens…. Cela n'a rien à voir avec un système fédéral qui ne produit rien en termes de coopération car nous ne sommes pas vraiment capables de dire ce qu'a produit l'Union européenne ces 15 dernières années, excepté des normes et donc rien de concret pour les peuples.

Retrouver la confiance et la foi en l’avenir

Il faut avoir confiance en nous, retrouver notre fierté, que la France croie en elle et qu’elle ait conscience de ses atouts. On peut être fier d'être Français, on devrait même enseigner à l’école notre histoire de France glorieuse. L’apparition d’un sentiment positif se matérialise par des réformes notamment au niveau du changement de l'élite au pouvoir. Il faut arborer le drapeau national sur les bâtiments publics, enlever le drapeau européen qui n'a rien à y faire.

La France a deux grands atouts : la francophonie et son espace maritime. La francophonie est une idée moderne et d'avenir. Il va y avoir de plus en plus de francophones dans le monde et on devrait plus miser sur cet atout culturel et politique. L’organisation de la francophonie dispose d’un budget trop marginal alors qu’elle couvre de nombreux pays. La France devrait donc exercer une influence culturelle beaucoup plus importante dans le monde et diffuser sa culture afin d'incarner un contre modèle par rapport à la mondialisation anglo-saxonne.

Nous disposons par ailleurs du deuxième espace maritime du monde. Les Français devraient en être plus conscients mais aucun responsable politique ne leur en parle. C’est une richesse sur laquelle on devrait miser et exploiter. La France et ses responsables politiques doivent davantage voir à long terme et pour cela il faut lever le nez du guidon bruxellois et regarder au-delà des océans, des mers et des frontières. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !