Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
©FREDERICK FLORIN / AFP

Abstention

Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes

Selon la dernière intention de vote pour les européennes IFOP -Paris Match/Cnews/SudRadio, la liste LREM prendrait la tête avec 24% des voix, contre 20% au RN, dans un contexte d'affaiblissement des diverses oppositions.

David Nguyen

David Nguyen

David Nguyen est directeur conseil en communication au Département Opinion et Stratégies d'Entreprise de l'Ifop depuis 2017. Il a été conseiller en cabinet ministériel "discours et prospective" au ministère du Travail (2016-2017) et au ministère de l'Economie (2015-2016). David Nguyen a également occupé la fonction de consultant en communication chez Global Conseil (2012-2015). Il est diplômé de Sciences-Po Paris. 
 
Twitter : David Nguyen
Voir la bio »

Atlantico: Alors que la crise des Gilets jaunes ne semble véritablement "profiter" à aucun parti, ne peut-on pas craindre une forte abstention au prochain scrutin, alors que les européennes de 2014 avaient déjà conduit à une abstention de plus de 57% des inscrits ? Le retour de l'abstention ne pourrait-il pas s'anticiper au travers de ce sondage ? 

David Nguyen: Les élections européennes sont traditionnellement marquées par un très haut niveau d'abstention et rien ne dit que le mouvement des gilets jaunes va infléchir cette tendance. Sur le papier, cette mobilisation massive de Français qui s'étaient durablement éloignés du débat public, pourrait se traduire par un vote plus important pour les listes d'opposition au gouvernement ou estampillées gilet jaune. Le problème c'est que ce mouvement rejette le fonctionnement démocratique traditionnel et notamment le principe de la représentation. L'impossibilité pour Ingrid Levavasseur de monter une liste illustre bien cette impasse. Dans ces conditions, on peut penser que les 13% de Français qui se disent gilets jaunes aujourd'hui risquent effectivement de s'abstenir et le passage de 7,5% à 3% d'intention de vote pour une liste gilet jaune entre janvier et février 2019 accrédite cette hypothèse. 

 

Alors qu'une part importante des abstentionnistes soutenait le mouvement des Gilets Jaunes, ne peut-on pas voir la configuration actuelle comme le symptôme d'une inadéquation de l'offre politique à une demande formulée par le corps électoral ? 

Plus qu'un problème d'adéquation entre les demandes des gilets jaunes et l'offre politique actuelle, je pense qu'il y un décalage entre le désir de démocratie directe exprimée par ce mouvement et un système politique qui fonctionne essentiellement sur le principe de la démocratie représentative. Ce que veulent les gilets jaunes ce n'est pas un leader, c'est le RIC. Ils veulent pouvoir s'exprimer et décider plus directement et plus fréquemment. Le retour durable des abstentionnistes dans le jeu politique passe probablement par une injection de dose de démocratie directe dans le système actuel. A défaut, on peut penser néanmoins que si une formation similaire au mouvement 5 étoiles italien émergeait en France, une partie des gilets jaunes pourrait le soutenir. 

 

Alors qu'Emmanuel Macron et Marine Le Pen tentent de transformer cette élection en un duel opposant les "progressistes" et les "nationalistes", peut-on estimer qu'un tel changement de paradigme puisse aboutir à une moindre abstention ? 

C'est vrai qu'il y a une dramatisation inédite du scrutin qui pourrait en principe conduire à une participation accrue. Pourtant, comme je le rappelle dans une note pour le think tank Hémisphère gauche, les Français s'intéressent très peu à cette élection et passeront probablement à côté de cet affrontement. Pour rappel en 2014, seuls 35% des Français déclaraient s’être intéressés à la campagne électorale européenne contre 72% pour la présidentielle de 2017. Les électeurs macronistes et frontistes vont probablement se mobiliser un peu plus que les autres, mais un sursaut de participation général semble improbable. Notamment parce que les têtes de liste comme François Xavier Bellamy ou Jordan Bardella sont inconnus du grand public. 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !