Ces start-up qui ont cartonné pendant que vous étiez en vacances | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Le tourisme a permis a de nombreuses start-up de se développer.
Le tourisme a permis a de nombreuses start-up de se développer.
©BORIS HORVAT / AFP

Business estival

Ces start-up qui ont cartonné pendant que vous étiez en vacances

Certaines start-up du secteur du tourisme et des transports ont bien profité de la saison estivale pour lancer leur business ou accélérer leur croissance, portée par le regain d'activité du tourisme français. Tour d'horizon de ces entreprises pour qui les vacances ont été juteuses.

Julien Gagliardi

Julien Gagliardi

Julien Gagliardi est journaliste pour Atlantico. Il couvre l’actualité des entrepreneurs et des start-up.

Voir la bio »

Eh non, la France ne s’est pas totalement arrêtée pendant la période estivale. Pendant que vous vous faisiez dorer la pilule sur une plage paradisiaque, une poignée d’entrepreneurs ont profité de la manne touristique française, en bonne forme cette année, pour lancer leur business ou accélérer la croissance de leur affaire. Hébergement touristique, nouvelles formes de voyage ou transport alternatif, rencontre avec 6 start-up dont les business ont décollé en même temps que votre avion.

Chez Sharette les vacances ont été studieuses. La plateforme de covoiturage propose de mettre en relation des Franciliens dans leurs petits trajets du quotidien. "Le conducteur publie son trajet sur le site et l’utilisateur peut constituer son itinéraire en combinant transport en commun et l’offre de notre plateforme" explique Catherine Vallet, responsable communication de Sharette.

Un service qui a séduit la RATP au point de proposer à ses usagers les services de la start-up pendant les travaux d’été de son RER A. "Ce qui a été déterminant pour la RATP c’est cet ADN transport en commun que nous avions". Depuis sont lancement en 2013, l’entreprise s’adressait à quelques milliers d’utilisateurs et affiche sur la période estivale une progression impressionnante. "On a fait environ "fois 6" en volume d’utilisateurs" commente Catherine Vallet. Un succès en partie dû à la communication de la RATP, qui poursuit par ailleurs son partenariat avec Sharette jusqu’à la fin de l’année.

Dans les bureaux parisiens de Carnomise on a aussi le sourire. L’entreprise lancée il y a deux ans permet de louer votre véhicule pendant que vous partez en vacances au lieu de le stationner à l’aéroport, une source d’économies non négligeable. "Nos clients déposent leurs clés aux bornes Carnomise dans les halls de l’aéroport et nous louons le véhicule à des voyageurs, qui atterrissent, pendant la durée de votre absence" décrit Gui Bulaty le co-fondateur de Carnomise. "Sur l’été 2015 nous avons multiplié par 4 notre volume de location par rapport à la même période de 2014, contre une progression moyenne de 20% le reste de l’année" poursuit l’entrepreneur présent dans les aéroports parisiens, à Beauvais et à Lyon.

Deuxième saison estivale également pour TripConnexion. La start-up termine un été euphorique en annonçant jeudi 27 août une levée de fonds de 250.000 euros. "Notre plateforme propose la mise en relation de voyageurs avec des acteurs locaux. Nous sommes d’une certaine manière un média qui permet d’organiser son voyage sans intermédiaire" indique Guillaume Jorand, co-fondateur de l’entreprise. "Nous avons multiplié par 6 notre volume comparativement à l’année dernière. Là où nous étions à environ 8000 visiteurs uniques par mois, nous sommes plutôt sur des tendances à 25.000 – 30.000 pour cet été".

Chez Carnomise comme chez TripConnexion, on s’accorde à dire que les taux de change favorables et la reprise du tourisme français sont les facteurs principaux de la bonne saison des deux entreprises.

Du côté des lancements, MyRoomInParis a aussi profité à plein de la manne touristique dans la capitale. Le site, lancé juste avant l’été, propose une sélection de chambres d’hôtel haut de gamme à Paris. "Les premiers indicateurs sont particulièrement prometteurs" explique Marie le Roy, la fondatrice de MyRoomInParis qui a déjà séduit près de 100 hôteliers et propose 300 chambres sur son site. "La bonne saison touristique a joué en notre faveur. Cet été Paris était la ville phare en terme de destination comme le confirment les chiffres de l’Office du Tourisme de la capitale". Fort de son succès, la start-up envisage le lancement en fin d’année de son service à Rome et Londres, deux autres places touristiques européennes.

Un été sous le signe du travail également chez RoomRoom, une place marché qui offre la possibilité à des voyageurs de revendre leur chambre d’hôtel non annulable à prix cassé. "Le démarrage au printemps a immédiatement provoqué un appel d’air grâce à la couverture médiatique qui était bonne et parce que, cette année, la saison touristique était propice à ce type d’offres" explique Michel Athenour, le fondateur de RoomRoom. Selon les calculs de la start-up ce sont 11.000 euros qui été économisés par les acheteurs et 9000 euros par les vendeurs juste sur la période estivale.

De l’autre côté du Rhin, premier test français pour HomeToGo. La start-up allemande qui se définit comme "le Trivago des vacances" est déjà présente dans 10 pays et ce, en l’espace de deux ans.Le comparateur de locations de vacances jouait gros en implantant ses services dans la première destination touristique mondiale. « Les premiers chiffres sont très satisfaisants, sur l’ensemble de nos pays l’objectif était 2,5 millions d’offres sur 2015. Nous sommes déjà à 3 millions » commente Rachel Tabellion, responsable du marché français. «Évidemment, notre ouverture au marché hexagonale a permis en partie ce bon résultat. Cela devrait nous permettre de renforcer notre offre en France en signant dans les prochains mois des partenariats avec de grands acteurs français de la location de vacances ».

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !