Ces entreprises occidentales qui continuent à se rendre complices de la féroce répression par la Chine de ses opposants politiques | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
L'artiste chinois Ai Weiwei, est photographié lors du montage de son installation "Law of the Journey (Prototype B)", au parc Ibirapuera, à Sao Paulo au Brésil, le 12 octobre 2018.
L'artiste chinois Ai Weiwei, est photographié lors du montage de son installation "Law of the Journey (Prototype B)", au parc Ibirapuera, à Sao Paulo au Brésil, le 12 octobre 2018.
©NELSON ALMEIDA / AFP

Emprise de Pékin

Ces entreprises occidentales qui continuent à se rendre complices de la féroce répression par la Chine de ses opposants politiques

L'artiste et dissident chinois Ai Weiwei a déclaré que le Credit Suisse lui avait annoncé que le compte bancaire de sa fondation en Suisse serait fermé en raison de son "casier judiciaire" en Chine.

Emmanuel Lincot

Emmanuel Lincot

Professeur à l’Institut Catholique de Paris et Chercheur-associé à l’Iris, Emmanuel Lincot est sinologue. Son dernier ouvrage, écrit avec Emmanuel Veron est La Chine face au monde : une résistible ascension (éditions Capis Muscat). Il est également l'auteur de Chine, une nouvelle puissance culturelle ? Sharp Power et Soft Power aux éditions MkF et de Géopolitique du patrimoine. L’Asie d’Abou Dhabi au Japon aux éditions MkF.

Voir la bio »

Atlantico : L’artiste et opposant chinois Ai Weiwei a vu son compte au Crédit suisse fermé à cause des poursuites judiciaires dont il est la cible en Chine. Quels liens entretiennent les banques avec la Chine ? Certaines sont-elles prêtes à se compromettre pour attirer les nouveaux ultra-riches chinois ?

Emmanuel Lincot : Concernant l’artiste Ai Weiwei nul ne peut dire à ce stade si les banques suisses ont subi des pressions du gouvernement chinois à son encontre. La seule chose que l’on sache c’est que l’artiste a exposé en Suisse et collaboré avec les architectes Herzog et de Meuron pour la réalisation du fameux Bird’s nest en vue des Jeux Olympiques de Pékin de 2008. Ai Weiwei a donc des contacts en Suisse. C’est un pays qu’il connaît. Alors pourquoi cette décision que l’artiste a d’ailleurs pris sur le mode de la dérision, lui, qui chaque année, se voit un peu plus censuré par le gouvernement chinois (Ai Weiwei pourtant présent dans la collection de l’ancien ambassadeur de Suisse Uli Sigg, ne sera pas exposé au M+ de Hong Kong…) ? Nul ne peut le dire d’une manière concrète à ce jour sans spéculer. Ce que je me garderais bien de faire.

Toutefois, et pour répondre à votre question, les liens entretenus par les banques suisses avec la Chine sont importants. De même que les relations diplomatiques entre la Confédération et la Chine. Ainsi, la Suisse est devenue le quatrième pays européen à avoir rejoint les Nouvelles Routes de la soie. Berne espère de cette coopération un avantage compétitif face à la France et à l'Allemagne sur le plan des exportations. En contrepartie, Pékin cherche aussi à accroître la puissance de sa monnaie et à intensifier sa puissance financière en coopérant avec un Etat financier influent. Dès 2018, la Chine est devenue le troisième partenaire commercial de la Confédération, après l'Allemagne et les Etats-Unis mais devant la France. La Suisse a été d’ailleurs l'un des premiers pays du Vieux Continent à signer en 2013 un accord de libre-échange (entré en vigueur en 2014) avec la République populaire. Et elle ne peut que s'en féliciter : c'est même l'un des rares pays au monde dont la balance commerciale dégage un solde positif dans ses échanges avec la nouvelle super-puissance : plus de 15 milliards de Francs suisses (CHF) (soit 13,5 milliards d'euros). En comparaison, la France accuse un déficit commercial d'environ 30 milliards d'euros avec Pékin. La seconde contrepartie concerne la finance internationale et la monnaie. Grand rival commercial des Etats-Unis, Pékin souhaite contourner l'obstacle que représente à ses yeux le dollar qui règne en maître sur le commerce international. D'où les bonnes relations que Xi Jinping entretient avec la Confédération. Elles apportent à Pékin de l'influence, notamment auprès des organisations internationales (Organisation des Nations unies, mouvement olympique…) et du secteur de la finance. Les fondements de ces liens sino-suisses reposeraient alors sur des transferts économiques contre l'expertise et le réseau suisse, ainsi que sa crédibilité et sa légitimité au sein de la communauté internationale.

À Lire Aussi

Ces deux échecs de la Chine qui soulignent (pour ceux qui commençaient à y croire) que l’efficacité des régimes autoritaires n’est pas sans limite

En asseyant la crédibilité de sa monnaie auprès des places financières de stature mondiale que sont Genève et Zurich, les banques chinoises peuvent aussi embaucher des experts locaux et mieux s'intégrer dans le système financier international. Ainsi, le recrutement de cadres recrutés par UBS en Chine n’a cessé d’augmenter. Placements offshore d’une clientèle chinoise très fortunée et marché onshore (qui regroupe les avoirs déposés en Chine), et qui constitue en quelque sorte une nouvelle frontière de la gestion de fortune émanant de de l’expansion de la classe moyenne (son patrimoine cumulé devrait croître de quelque 3000 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années) sont les deux axes principaux des activités bancaires suisses dans leurs rapports avec la Chine.

Que ce soit sur le territoire chinois ou depuis l’étranger, quelles autres entreprises occidentales ont pu fermer les yeux sur la répression chinoise pour poursuivre ou faire croître leur activité ?

Emmanuel Lincot : Nombreuses sont les entreprises occidentales, notamment les fabricants de vêtements de marque et les entreprises agroalimentaires, à se retrouver impliquées, parfois malgré elles, dans des chaînes de recrutements de leurs personnels le plus souvent opaques, et qui échappent à leur contrôle ; elles-mêmes étant poussées par leurs partenaires chinois dont les activités sont orientées par le Parti. Adidas, H&M, Kraft Heinz, Coca-Cola et Gap figurent parmi ces multinationales que l’on trouve au bout de longues chaînes logistiques, qui transitent par la région du Xinjiang, au nord-ouest de la Chine, par exemple. Une chose demeure cependant : « L’argent n’a pas d’odeurs » et le capitalisme international s’embarrasse bien peu de morale. Il est d’ailleurs intéressant de constater que si le découplage industriel qu’appellent de leurs vœux gouvernements américains et japonais commence à se ressentir dans le domaine des microprocesseurs, dans les autres secteurs d’activités, cela reste en revanche beaucoup plus difficile. Nous assistons par conséquent à une séparation de plus en plus nette entre des intérêts économiques qui semblent souscrire à la norme d’un business as usual d’une part et des enjeux stratégiques entre la Chine et l’Occident de l’autre qui, eux, sont diamétralement opposés. C’est de cette tension que peut émerger le pire. C’est-à-dire la guerre.

À Lire Aussi

Les jeunes Chinois se rebellent de plus en plus contre la compétition sociale qui leur est imposée dès la naissance

La mobilisation contre l’utilisation de la main d’œuvre ouïghoure par certaines marques de vêtement montre-t-elle que les consommateurs ont leur rôle à jouer ? 

Emmanuel Lincot : C’est avant tout symbolique. Les entreprises incriminées s’implanteront ailleurs. Au Bangladesh ou en Birmanie. Cette mobilisation a un impact sur les opinions occidentales dans l’immédiat mais l’enjeu le plus structurant ne se situe évidemment pas à ce niveau dans le rapport de forces qui oppose désormais la Chine à l’Occident.

Professeur à l’Institut Catholique de Paris et Chercheur-associé à l’Iris, Emmanuel Lincot est sinologue. Son dernier ouvrage, écrit avec Emmanuel Veron est La Chine face au monde : une résistible ascension (éditions Capis Muscat).

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

La France doit-elle saisir la main tendue par Xi Jinping ?La Chine ne veut plus voir d’hommes efféminés (ni d’autres influenceurs supposés) sur ses écrans

Mots-Clés

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !