Ces "experts" qui recommandent la création d’un Commissaire à la Réalité à l’administration Biden | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
1984 ministère de la vérité fake news Joe Biden New York Times
1984 ministère de la vérité fake news Joe Biden New York Times
©JOEL SAGET / AFP

Big Brother : 1984, c’est maintenant

Ces "experts" qui recommandent la création d’un Commissaire à la Réalité à l’administration Biden

C’est la découverte que l’on fait à la lecture du New York Times parti à la recherche de solutions contre les Fake News. Difficile pourtant de ne pas y voir une réédition du Ministère de la Vérité imaginé par George Orwell.

Frank Furedi

Frank Furedi

Frank Furedi est universitaire et professeur émérite de sociologie à l' Université du Kent. 

Voir la bio »

Au début, je n'arrivais pas à croire ce que je lisais. Un écrivain du New York Times soutenait avec enthousiasme l'appel lancé par "plusieurs experts" de l'administration Biden en faveur de la création d'un tsar de la réalité. Apparemment, un "tsar de la réalité" est nécessaire pour contrer la campagne de désinformation menée par les conservateurs aigris.

Le commentateur du NYT admet que donner à quelqu'un l'autorité de se prononcer sur ce qui est et n'est pas réel "semble un peu dystopique", mais il suggère que cela est justifié par la menace de "désinformation et d'extrémisme intérieur". Les experts qui promeuvent l'intronisation d'un "tsar de la réalité" sont des partisans inconditionnels de l'idée de donner au gouvernement le pouvoir de décider de ce qui est vrai, de ce qui n'est pas réel. Ils espèrent que la création d'un groupe de travail sur la réalité "pourrait devenir le fer de lance pour la réponse du gouvernement fédéral à la crise de la réalité".

Le NYT n'est pas le seul à exiger que le gouvernement joue un rôle actif dans la détermination de ce qui est vrai. Récemment, le Stern Center for Business and Human Rights de l'Université de New York a publié un rapport alarmiste sur les perceptions prétendument déformées de millions de conservateurs. Apparemment, un grand nombre de conservateurs croient à tort que leurs opinions sont réprimées par les plateformes numériques pour des raisons partisanes. Pour empêcher que cette opinion ne gagne en influence, les auteurs du rapport appellent le gouvernement à mettre en place une "nouvelle agence de régulation numérique". Il ne fait aucun doute que cette agence deviendrait un autre fer de lance à proposer à quiconque accuse les géants des réseaux sociaux de faire preuve de partialité contre la droite politique.

L'objectif principal du rapport du Stern Center est de restaurer la confiance dans l'autorité morale des grands médias aux États-Unis. Il craint que des millions d'Américains ne fassent plus confiance aux médias comme source d'information fiable parce qu'ils ont cru qu'ils étaient biaisés. Il affirme que la méfiance des gens envers les médias et leur croyance "erronée" que les réseaux sociaux sont biaisés contre les conservateurs va s'intensifier dans les années à venir, en particulier à mesure que les sociétés de réseaux sociaux augmentent leurs opérations de "vérification des faits". 

La désinformation sur les préjugés contribue à la délégitimation des plateformes à un moment où elles expérimentent des formes plus agressives de vérification des faits et de modération du contenu - pas seulement dans le cas de Donald Trump, mais aussi en ce qui concerne les mensonges sur les vaccins contre la Covid-19 et les théories de conspiration comme QAnon".

Depuis l'invention des médias modernes, les gens ont émis des critiques sur leur nature parfois biaisée. C'est une caractéristique assez peu exceptionnelle du paysage culturel. Aujourd'hui, les "tsars de la réalité" en herbe qualifient ces critiques de "faux récit" et d'exemple de "désinformation politique". Lorsque des allégations de partialité des médias sont dénoncées comme une forme de désinformation malveillante, ce n'est qu'une question de temps avant que ces allégations ne soient criminalisées.

L'un des objectifs de la campagne actuelle contre la désinformation est de légitimer et de normaliser le contrôle des contenus médiatiques. Les militants défendent l'idée absurde et longtemps discréditée de la neutralité des médias afin de discréditer les comptes rendus alternatifs sur ce que font les médias et ce que font les géants des médias sociaux. Mais ils veulent aussi aller au-delà de la protection de la réputation des grandes entreprises technologiques. Certains ne veulent rien de moins que de créer une agence gouvernementale qui agirait comme la source infaillible de la vérité et de la réalité.

L'un des experts cités par le NYT suggère que l'administration Biden mette en place une commission de la vérité. Il ne fait aucun doute que quiconque remettrait en question les préjugés d'une commission vérité dirigée par M. Biden serait considéré comme un dangereux extrémiste colporteur de désinformation.

Tout cela soulève une question très importante : qui décide de ce qui est réel ?

Même dans les meilleurs moments, il convient d'aborder les médias et les sources d'information avec un esprit critique. À l'époque actuelle - avec la floraison des fausses nouvelles et des théories de conspiration - il peut être difficile de faire la distinction entre les faits et la fiction. Le vrai problème n'est pas que les médias colportent des mensonges, même s'ils le font parfois. Non, le problème est que les opinions à motivation politique se font maintenant passer pour des nouvelles. De plus, dans notre environnement politique et culturel extrêmement polarisé, les freins et contrepoids habituels qui contribuent à maintenir un minimum d'objectivité sont devenus de plus en plus faibles.

La polarisation culturelle a conduit à une situation dans laquelle il existe un manque de consensus sans précédent sur les réalités auxquelles la société est confrontée. En tant que lecteur de nombreux journaux et publications en ligne, je suis frappé par le nombre de vérités et de versions contrastées de la réalité que je rencontre quotidiennement.

Lorsque je veux m'engager dans une narration qui remet en question ma réalité et mon expérience de vie au Royaume-Uni, je me tourne vers le New York Times. L'un de ses titres récents m'a frappé comme un exemple classique de désinformation. Il disait : "Les minorités ethniques de Grande-Bretagne sont laissées pour mortes". Tout lecteur de cette histoire fantastique croirait fermement que la Grande-Bretagne est une société exceptionnellement malveillante. Cette réalité inventée de la Grande-Bretagne en tant que pays presque malfaisant fait partie d'un schéma plus large au NYT. Le journal semble toujours déterminé à présenter la société britannique sous le pire jour possible. La Grande-Bretagne traverse une véritable crise d'identité", s'est récemment réjoui un journaliste, avant d'ajouter qu'il s'agit d'un "pays vidé de sa substance", "mal à l'aise avec lui-même", "profondément provincial" et engagé dans un "suicide contrôlé".

Un tsar de la réalité vraiment objectif devrait sûrement s'occuper à remettre en question les représentations douteuses que le NYT donne de la Grande-Bretagne du 21e siècle. Cependant, il serait tout aussi erroné pour un ministère de la vérité nommé par le gouvernement de donner son verdict sur la campagne de désinformation du NYT contre le Royaume-Uni que de se prononcer sur ceux qui prétendent que les réseaux sociaux ont des préjugés contre les conservateurs.

Depuis des siècles, les partisans de la démocratie, de la tolérance et de la liberté d'expression ont soutenu la croyance selon laquelle le gouvernement ne devrait pas dicter une version doctrinale de la Vérité. Le gouvernement ne devrait pas non plus essayer de diriger ou de supprimer les croyances et les opinions des gens. Cette conviction contribue à protéger la liberté d'expression dans la société américaine. Comme l'a fait valoir le juriste Steven Gey, selon l'interprétation libérale du premier amendement, "il est beaucoup plus facile de défendre la protection de la liberté d'expression, car le gouvernement est privé de ses justifications habituelles pour supprimer cette liberté".

La liberté d'expression est véritablement protégée lorsqu'il est reconnu que "le gouvernement n'a pas le pouvoir d'utiliser son autorité légale pour identifier et appliquer une version particulière du bien et du mal, de la vérité et du mensonge", a déclaré Gey. Et c'est lorsque le public accepte que le gouvernement "n'a pas de rôle paternaliste sur les questions d'intellect, tout comme il n'a pas de rôle paternaliste sur les questions d'âme", que la tolérance devient un mode de vie plutôt qu'un simple geste superficiel.

Chaque fois que l'État se voit accorder le pouvoir d'identifier ou d'appliquer une "version particulière du bien et du mal, de la vérité et du mensonge", les libertés de croyance, d'expression et de parole sont gravement menacées. La création d'un tsar de la réalité et, en fait, d'un ministère de la vérité priverait les gens du droit de déterminer ce qu'ils considèrent comme vrai. L'un des privilèges d'un citoyen dans une démocratie est qu'il a à la fois le droit et le devoir de participer à la recherche de la vérité. La vérité n'est pas quelque chose qui nous est transmis d'en haut ; c'est quelque chose que nous acquérons par la délibération et le débat.

L'idée selon laquelle l'administration devrait avoir le pouvoir de se prononcer sur ce qui est vrai et ce qui ne l'est pas, repose sur l'idée que les gens ordinaires n'ont pas la capacité morale et intellectuelle de se comporter en citoyens indépendants. Un tsar de la réalité ne se contenterait pas d'expliquer "la vérité" aux gens, il chercherait également à modifier la façon dont les gens malavisés conçoivent la réalité. L'un des experts cités par le NYT dans son appel en faveur d'un tsar de la réalité affirme qu'aider les personnes malavisées à voir la lumière est une "question de santé publique". En d'autres termes, ceux qui pensent que les médias ont un parti pris contre les conservateurs, ou qui croient à d'autres choses que le NYT et les experts qui soutiennent Biden désapprouvent, sont non seulement dans l'erreur, mais aussi malades. 

L'article du NYT suggère que les personnes qui ont des opinions dissidentes marquées devraient être ciblées par des "messages sur la santé mentale et la pleine conscience". Ainsi, la méthode préférée de ces policiers de la réalité n'est pas de trouver la vérité par l'argument et le débat, mais plutôt d'utiliser les mesures paternalistes, douces-totalitaires de la manipulation psychologique pour modifier la vision des gens sur la réalité. 

Quels que soient les problèmes posés par les fausses nouvelles et la désinformation aujourd'hui, les campagnes contre ces choses sont une menace bien plus grande pour la liberté et la démocratie. Il ne s'agit pas de campagnes désintéressées visant à défendre la vérité. Elles visent plutôt à défendre l'autorité morale des plates-formes médiatiques contre la suspicion et la méfiance du public. Et en présentant l'opinion dissidente comme une menace pour la société, elles créent également un climat de peur qui sera plus favorable à la censure des médias.

La campagne contre la désinformation consiste en fait à contrôler et à censurer les opinions de millions de personnes qui, à tort ou à raison, pensent ne pas pouvoir faire confiance aux médias. Il est de plus en plus fréquent que des experts et d'autres personnes affirment que les opinions dissidentes s'apparentent à la théorie de la Terre plate et à d'autres théories du complot. Cette campagne de délégitimation va probablement se poursuivre et s'intensifier. 

Les campagnes zélées de censure étaient autrefois confinées aux campus universitaires. Mais plus récemment, surtout après le déclenchement de la pandémie de Covid, les appels à la police de la communication et de la parole se sont généralisés. Le retour de la censure médiatique à l'ancienne est aussi inquiétant que la campagne des partisans de Biden pour que l'État devienne l'arbitre de la vérité.

Le principe fondamental d'une société libre et démocratique est que la vérité est obtenue par la lutte et le débat politiques. Personne n'a expliqué ce point de vue avec plus de clarté que le théoricien politique libéral, John Stuart Mill. Dans son puissant essai sur la liberté (1859), Mill a déclaré que censurer les opinions de quelqu'un est toujours une erreur, même si ces opinions sont fausses. Pourquoi ? Parce que la connaissance et la compréhension de la société évoluent par la "collision" de la vérité avec l'"erreur".

Dans un monde où les mensonges prolifèrent, le libre débat est plus important que jamais pour aider les gens à apprendre par eux-mêmes ce qui est réel. Mill a compris que le fait de limiter la liberté d'expression constitue une menace bien plus grande pour la démocratie que les opinions erronées promues par les théoriciens de la conspiration et les faux entrepreneurs de l'information. Car une fois que l'autorité de la liberté d'expression est sapée, c'est la vie publique elle-même qui est menacée, car les gens se voient privés de la possibilité de discuter, de débattre et de clarifier les problèmes auxquels notre société est confrontée. 

Le dernier livre de Frank Furedi, "Democracy Under Siege : Don't let Them Lock It Down" est publié par Zer0 Books.

Cet article a été initialement publié sur le site de SPIKED : cliquez ICI

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !