Certaines montres connectées sont particulièrement propices à la triche aux examens (et certains en font leur beurre...) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Certaines montres connectées sont particulièrement propices à la triche aux examens (et certains en font leur beurre...)
©Reuters

Tic-tac

Certaines montres connectées sont particulièrement propices à la triche aux examens (et certains en font leur beurre...)

Les montres connectées représentent 50% des ventes d'objets connectés en France. Les possibilités technologiques qu'elles présentent en font un nouveau moyen pour les candidats à un concours ou un examen de tricher. Un filon que certains fabricants n'hésitent pas à exploiter ouvertement.

Finies les antisèches dans la copie, la formule de mathématiques enregistrée dans la calculette ou l'œil fuyant sur la copie du voisin. Avec l'évolution de la technologie, même les techniques de triche évoluent.

Si les smartphones constituent une source d'informations sans fin, leur maniabilité lors d'un examen reste compliquée à gérer même pour les plus débrouillards. Par contre, les Google Glass, déjà interdites dans de nombreux lieux publics, les bracelets connectés (comme le Razer Nabu ou le Samsung Gear Fit) ou les fameuses montres connectées (Apple Watch, LG Gwatch, ou la Moto 360), peuvent permettre aux plus malins de ne plus sécher devant leurs copies.

Interdire la technologie pour éradiquer le problème

Et certains fabricants ne s'y trompent pas. Jusqu'à récemment, en Grande-Bretagne, on pouvait acheter sur Amazon des montres spécifiquement faites pour tricher aux examens. La description du produit est éloquente : "Cette montre est spécifiquement conçue pour tricher dans les examens avec un logiciel programmé spécialement. Elle est parfaite pour les notes et stocke le texte et les photos. Elle a un bouton de secours : ainsi quand vous le pressez s'affiche horloge régulière, et ce bouton bloque tous autres boutons."

Joe Sidders, directeur adjoint du lycée de Monkton Combe a Bath, a déclaré que ce phénomène était "un cauchemar pour l'administration". Si toutes les montres ne permettent pas d'afficher des documents, l’Université de Londres a néanmoins décidé de jouer la carte de la précaution en interdisant purement et simplement les montres connectées lors des examens.

La City University a précisé au site Buzzfeedque les élèves devraient placer leurs montres dans des bacs en plastique sous les bureaux avec les téléphones portables. De nombreuses universités anglaises ont sauté le pas pour suivre l'exemple de la faculté londonienne.

Mais cela n'arrive pas qu'au Royaume-Uni. En France, l'année dernière, un candidat à l'agrégation a été recalé pour avoir triché avec une montre connectée. Qu'on se le dise…

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !