Célibataire mais mal à l’aise avec Internet ? Engagez un professionnel de la drague pour qu’il fasse le boulot à votre place | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Célibataire mais mal à l’aise avec Internet ? Engagez un professionnel de la drague pour qu’il fasse le boulot à votre place
©

Big love

Célibataire mais mal à l’aise avec Internet ? Engagez un professionnel de la drague pour qu’il fasse le boulot à votre place

Le marché des sites de rencontres est en plein essor et compte aujourd’hui des milliers de sites différents. Le choix étant difficile, des sites alternatifs voient le jour. C'est le cas de Net Dating Assistant qui propose aux cadres débordés de déléguer leur recherche de l'âme sœur.

Matthieu Banas et Sabrina Philippe

Matthieu Banas et Sabrina Philippe

Matthieu Banas est directeur des opérations chez Net Dating Assistant, un site d'experts en séduction pour les célibataires qui souhaitent déléguer leur recherche de l'âme soeur.

Sabrina Philippe est psychologue spécialiste des relations amoureuses. Elle est l'auteur du livre "Amour toujours : toutes les clés pour réussir votre recontre sur internet", aux éditions Solar. Elle travaille également en tant que sociologue pour le site de rencontres e-darling.

Voir la bio »

Atlantico : Qui sont les professionnels de la drague sur Internet ? Quelles sont les compétences requises pour exercer ce nouveau métier ?

Matthieu Banas : Les compétences sont diverses et variées. Il faut un socle de compétences liées à la qualité d’écriture. Il ne faut pas faire de fautes d’orthographe ni de syntaxe. Il y a également des dating assistant qui ont de l’expérience sur des sites de rencontre, certains ont exercé cette activité pour leurs amis ou collègues et ont un véritable savoir-faire qu’ils mettent à profit pour nous. Nous avons une partie de recrutement « sauvage », des coach en développement personnel ou en séduction qui sont experts dans le domaine puisqu’ils ont déjà développé le relationnel avec le client.

Ce concept qui s’est beaucoup développé aux Etats-Unis marche-t-il en France ? Pourquoi ?

Matthieu Banas : Oui puisque de façon sociétale, le modèle français tend vers le modèle américain. Aujourd’hui, les gens ne souhaitent pas perdre de temps et délèguent volontiers la recherche sur ces sites. Nos clients sont des cadres supérieurs et des chefs d’entreprise. Pour eux, cette activité de recherche est chronophage et ne leur permet pas forcément de faire les rencontres qu’ils « méritent ». Les sites de rencontres se démocratisent et il s’agit d’avoir des conseils de ceux qui connaissent bien le fonctionnement de ces sites.

Combien coûte un tel service ?

Matthieu Banas : Comme les services à la personne, le dating assistant est rémunéré sur la base d’un taux horaire. Nous, nous prenons 16 euros de l’heure. Il y a ensuite différents packs qui correspondent au nombre de rendez-vous, en fonction de l’ancienneté du client. Cela dépend du nombre de personnes que veulent rencontrer un célibataire. Nous avons le pack traditionnel et le pack premium. Une dizaine d’heures permet à la fois la prise en compte de ce que souhaite le client et la délégation de drague. En un peu moins d’un mois on obtient généralement un rendez-vous pour le client.

Quel est le process ?

Matthieu Banas : Le dating assistant prend d’abord contact avec le client par mail puis par téléphone. Il s’agit là d’un entretien pour obtenir des éléments et établir un profil brut que le client peut compléter. Le dating assistant crée ensuite un profil, fait une proposition de pseudonyme et ne commence la drague en ligne qu’à partir du moment où le profil est validé par le client et se trouve sur le site de rencontres. Le dating assistant connaît son client et a un véritable rôle de conseil.

Comment mesurer l’efficacité du concept ?

Matthieu Banas : Nous avons des retours clients sur la réussite, si le couple est durable mais aussi sur la recherche. Un  dating assistant a surtout le rôle de filtrer les contacts. Les chiffres sont bons et nos clients ne reviennent en aucun cas  vers nous pour nous dire  que le dating assistant ne leur a pas permis de faire la bonne rencontre. L’efficacité de nos services se fait surtout par le retour du client, lorsque le client a rencontré quelqu’un, il nous informe que le process est achevé.

Comment expliquer l’émergence d’un tel concept ?

Sabrina Philippe : Il faut savoir que le net est très chronophage. Aller sur un site de rencontres, regarder des profils, les sélectionner prend beaucoup de temps. Il y a aussi des gens qui ne sont pas à l’aise avec internet, qui ne savent pas vraiment sur quel site s’inscrire et qui ont des difficultés à dialoguer sur ces sites. Un dirigeant d’entreprise qui manage de grosses équipes ne sait pas forcément communiquer avec des personnes qu’il ne connaît pas. La démarche de chercher l’amour sur internet n’est pas une démarche facile.

Le fait que la personne rencontrée ne soit pas choisie par le célibataire lui-même peut-il fausser la relation ?

Sabrina Philippe : Non, Net Dating Assistant fait simplement une présélection. Ensuite c’est le célibataire qui choisit. Ce service épargne les célibataires de l’étape longue et fastidieuse de recherche. Au lieu de se retrouver devant une centaine de profils, le célibataire se retrouve face à une dizaine de profils. Le procédé est différent mais la finalité est la même.

Avoir recours à un professionnel de la drague a-t-il des conséquences sur la pérennité d’une relation ?

Sabrina Philippe : Ce type de service n’a aucune conséquence sur la pérennité d’une relation puisque c’est uniquement la méthode qui diffère.

Comment expliquer un tel engouement pour les sites de rencontres ?

Sabrina Philippe : Le célibat ne se pose pas tellement pour les jeunes. A 20 ans, on est entourés de célibataires. A la fac, dans les soirées, les rencontres sont simples. Mais à la trentaine, l’entourage commence à se marier et avoir des enfants et à la quarantaine, il est encore plus difficile de rencontrer l’amour. On sort beaucoup moins, on n’a pas le temps de faire des rencontres à part pour ceux qui ont des métiers de contact mais ce n’est pas la majorité. Les sites de rencontres sont alors presque la seule façon de ne plus rester célibataire.

Propos recueillis par Karen Holcman

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !