Ce risque que prend Jean-Luc Mélenchon à rester seul maître à bord du navire LFI | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Ce risque que prend Jean-Luc Mélenchon à rester seul maître à bord du navire LFI
©GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Gare au naufrage

Ce risque que prend Jean-Luc Mélenchon à rester seul maître à bord du navire LFI

Jean-Luc Mélenchon a tenu ce dimanche un discours à la Convention nationale du parti un discours dans lequel il a réaffirmé son autorité à la tête de La France insoumise.

Sylvain Boulouque

Sylvain Boulouque

Sylvain Boulouque est historien, spécialiste du communisme, de l'anarchisme, du syndicalisme et de l'extrême gauche. Il est l'auteur de Mensonges en gilet jaune : Quand les réseaux sociaux et les bobards d'État font l'histoire (Serge Safran éditeur) ou bien encore de La gauche radicale : liens, lieux et luttes (2012-2017), à la Fondapol (Fondation pour l'innovation politique). 

Voir la bio »

Atlantico : Jean-Luc Mélenchon a tenu ce dimanche un discours à la Convention nationale du parti pour répondre notamment aux critiques qui le concernent alors que des voix se sont récemment timidement élevées pour demander son départ. Que retenir de ce discours du leader de La France insoumise ?

Sylvain Boulouque : Il y a plusieurs choses à retenir. Ce discours de Jean-Luc Mélenchon qui a aussi répondu aux critiques le concernant et demandant son départ a répondu qu'il garderait le cap et la main sur la barre. En substance il a fait comprendre également que "critiquer le mouvement c'est faire le jeu de nos ennemis" et, in extenso, "si vous me critiquez, vous critiquez le mouvement, car c'est moi qui le porte". Les critiques doivent donc ne pas s'étaler sur la place publique.

Il a fait comprendre qu'il est le seul capable de faire tenir la cohésion du mouvement et d'être un candidat crédible pour la prochaine élection présidentielle notamment grâce à ses qualités de tribun qu'il a encore parfaitement démontré. Pour l'instant, et même s'il y a des talents qui ont émergé de LFI, aucune autre personnalité ne serait aussi apte que lui à mener ce combat.

Face aux critiques notamment sur l'absence de "démocratie" en interne et face aux différents départs qu'a eu à subir le mouvement (dont le souverainistes), il fait comprendre que cela n'a pas affecté le mouvement dans son cœur et que la lutte continue.

Quand il dit "une page se tourne", il parle de l'échec des européennes qu'il reconnaît et sonne là le ralliement, met en marche les troupes pour les prochaines élections et oppose aux critiques une fin de non-recevoir.  

Alors qu'est-ce qui va changer notamment au cœur du mouvement ?

Mélenchon est dans le temps long et il faut garder cela en tête. Il y a des changements "techniques" à La France insoumise. SI l'hypothèse du départ de Jean-Luc Mélenchon au profit de Mathilde Panot est écartée cette dernière a été nommée vice-présidente".

Le député Adrien Quatennens a été quant à lui nommé samedi "coordinateur" et prend en un sens la suite de Manuel Bompard qui est parti à Bruxelles. Il y a donc cette volonté de promouvoir les plus aptes et les plus actifs au sein de La France insoumise.

Le vrai problème est que Jean-Luc n'a rien dit pour calmer, les critiques et les questions de fond qui inquiètent LFI. De fait, il prend le risque de créer des frustrations et de s'aliéner d'autres soutiens qui pourraient être frustrés de ne pas avoir plus voix au chapitre sur certains sujets d'ordre stratégique.

Peut-on voir dans ce discours de Jean-Luc Mélenchon le lancement de la campagne insoumise aux élections municipales ?

Une bonne partie du discours a été centré sur la lutte sociale, les fermetures d'entreprise. Pas de quoi surprendre quand on connaît Jean-Luc Mélenchon, mais on est obligé d'y voir peut-être le premier acte politique en vue des élections municipales. En parlant de ces situations "micro" (sans délaisser le "macro") on peut penser que Jean-Luc Mélenchon s'adresse là à ceux qui sont déçu de la politique, à ceux qui ne votent plus et qu'il espère ramener dans son giron, notamment dans le cadre des élections municipales de 2020… Mais aussi au-delà.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !