Ce que l’irruption de Nicolas Dupont-Aignan pourrait changer aux rapports de force au sein du FN | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Ce que l’irruption de Nicolas Dupont-Aignan pourrait changer aux rapports de force au sein du FN
©Reuters

Fractures internes

Ce que l’irruption de Nicolas Dupont-Aignan pourrait changer aux rapports de force au sein du FN

L'alliance politique entre NDA et MLP est certes stratégique, mais elle devrait aussi avoir des conséquences idéologiques.

Nathalie Krikorian-Duronsoy

Nathalie Krikorian-Duronsoy

Nathalie Krikorian-Duronsoy est philosophe, analyste du discours politique et des idéologies.
 
Voir la bio »

Atlantico : Quel peut être l'impact de l'arrivée de Nicolas Dupont-Aignan au sein même des rapports de force internes au Front national?

Nathalie Krikorian-Duronsoy : Il est évident, que dans le contexte actuel d’éclatement des partis de gouvernement, produit sur la base de dissensions idéologiques profondes opposant, à gauche : la sinueuse ligne Valls/Hollande/Macron à celle des Frondeurs, autant que celle du PS contre l’extrême-gauche, de Mélenchon à Poutou, et à droite : Fillon vs Sarkozy vs Juppé, adversaires sérieux lors de la Primaire, « l’accord de gouvernement" signé entre Nicolas Dupont Aignan et Marine Le Pen, s’il doit se lire aussi en termes de stratégies politiques et électorales en vue des législatives prochaines, repose pour l’essentiel sur un rapprochement idéologique notoire.

D’un côté, pour Marine Le Pen et le FN cet engagement à gouverner avec le Président de Debout la France, en cas de victoire de « Marine », réalise, autant qu’il symbolise, la rupture du FN avec son histoire passée.

En rejoignant le projet mariniste, Nicolas Dupont Aignan lui apporte, de l’extérieur, une caution politique qui vient confirmer qu’un travail de normalisation idéologique préalable a bien été opéré par l’ex-parti d’extrême-droite. Par ce geste il rend crédible aux yeux de l’opinion et de l’électorat la légitimité démocratique et républicaine du FN, que sa Présidente tente d’imposer sur l’échiquier politique depuis plus de quinze ans.

L’arrivée de NDA, dans un contexte qui révèle la formidable avancée de Marine Le Pen, en vue de la prise électorale du pouvoir par son parti, ne saurait produire dans l’immédiat des dissensions internes. Au contraire, elle représente déjà une immense victoire sur le chemin rendu moins escarpé de sa conquête des mentalités. Le dernier sondage Elabe-BFM-L’Express, effectué ce week-end donnant 41% d’intentions de vote  pour la candidate du FN, au second tour de la Présidentielle dimanche prochain.

La signature de cet « accord de gouvernement » auquel s’ajoutent  sans doute des accords pour les élections législatives, représente donc une étape politique essentielle dont l’objectif central est de rendre crédible le tournant idéologique auquel travaille avec acharnement Marine Le Pen depuis son arrivée à la tête du FN. De ce point de vue les dirigeantsdu parti, au premier rang desquels Louis Alliot, Florian Philippot et plus récemment, Marion Maréchal Le Pen ainsi que, ne l’oublions pas, l’ensemble des nouveaux élus locaux, sortis des urnes aux dernière municipales, dont la plupart sont très jeunes, soutiennent l’initiative de cette alliance qui renforce leurs soutiens dans l’électorat comme dans l’opinion.

Les acclamations des militants et sympathisants, lors du meeting de Villepinte, le 1er mai, en témoignent. NDA qui ne cachait pas sa stupéfaction, y fut accueilli en héros. Son geste est perçu comme celui d’un homme courageux ayant franchi le Rubicon de la bien-pensance au nom de l’idéal qu’il incarne, d’autant plus respectable que ses fondements sont gaullistes.

Le souverainisme de NDA ne devrait-il pas faire pencher la balance en faveur de la ligne Florian Philippot plus que vers la branche Marion Maréchal-Le Pen ? Ou sa proximité avec cette dernière pourrait-elle équilibrer l'alliage entre les deux partis ? 

Si par « souverainisme de NDA » vous entendez son anti-européisme fondé sur la tradition gaulliste de l’autonomie nationale, héritage de Charles Pasqua ou Philippe de Villiers dont il fut proche à l’époque des origines de Debout la France, en 1999, celui-ci trouve au FN une convergence avec l’ensemble de ses représentants. Qui plus est, ce souverainisme à caractère nationaliste est quelque peu teinté d’une forme de « populisme », dont NDA expliquait l’objectif, dans sa lettre aux évêques en novembre 2016 : « Redonner le pouvoir aux Français, c’est aussi donner tout son sens et toute sa force à la souveraineté du peuple. »

Les dissensions bien connues entre Marine Le Pen, Florian Philippot et Marion Maréchal Le Pen sont, nonobstant l’instrumentalisation qui en est faite par les adversaires idéologiques du FN, réelles. MLP est très attachée à la laïcité et NDA est un fervent défenseur de l’école laïque. Alors que MMLP est profondément catholique. Elles s’opposent donc sur les questions dites sociétales (avortement, mariage pour tous). Mais il ne faut pas négliger en l’occurrence la part de querelles de personnes liées à l’ambition et à la stratégie politiques.

Il y a aujourd’hui un consensus évident chez tous les dirigeants du FN autour de la démarche de Nicolas Dupont Aignan pour les raisons que je viens d’évoquer plus haut. En particulier sur la dénonciation de « la soumission à Bruxelles », sur la nécessité de supprimer l’Aide médicale d’Etat, ou encore sur cette question majeure qui fait l’unanimité, en fondant le projet souverainiste sur une virulente critique anti-capitaliste qui prétend que « l’Europe est le bras armé de la mondialisation ».

Quelles sont les personnalités, au sein du Front national, qui pourraient être renforcées par cette nouvelle alliance ? De la même façon, quelles sont celles qui pourraient être affaiblies ? Avec quelles conséquences ?

Je ne suis pas certaine que le renforcement doit se percevoir  en termes de personnalités. Pour l’instant c’est surtout la crédibilité politique du FN et donc l’ensemble de sa base qui se trouvent renforcés par cet apport, dont il convient de dire qu’il se compte aussi en nombre de militants et de candidats, unissant leur forces pour une cause commune.

Il est fort probable, en revanche, que des évolutions se dessinent au moment des législatives.

Il est évident cependant que Florian Philippot issu du sérail chevènementiste et également converti au marinisme via Paul- Marie Coûteaux, soit l’un de ceux qui adhèrent avec le plus d’enthousiasme à l’évolution actuelle du FN, puisqu’il en a au fond été l’un des précurseurs. En outre l’indéniable forme d’ouverture inaugurée par l’arrivée de NDA et de son parti multiplie les perspectives d’avenir politique.

Les médias s’intéressent beaucoup à Marion Maréchal Le Pen qui est, comme sa tante une surdouée de la politique. Reste qu’elle est encore très jeune et les derniers événements, en dehors des divergences de fond auxquelles ils renvoient, sont aussi la manifestation d’erreurs à mettre au rang d’une certaine impatience, vecteur de maladresses, en témoigne le fait qu’elle ait été ouvertement reprise par la Présidente du FN ces derniers temps.

Mais surtout, et Marine le Pen l'a clairement dit, sa stratégie d'ouverture à des alliences d'ou qu'elles viennent, pourvu qu'elles soutiennent les fondements nationalistes d'un retour à une souveraineté économique, sociale et culturellre de la France, ne saurait être compatible avec la présence de deux Le Pen à la direction de l'Etat.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !