Ce mois d’août va-t-il battre des records de chaleur ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
L'excédent de température remarquable observé en juillet ne devrait pas se reproduire en août.
L'excédent de température remarquable observé en juillet ne devrait pas se reproduire en août.
©Reuters

Hot

Ce mois d’août va-t-il battre des records de chaleur ?

Le mois de juillet écoulé a été le troisième plus chaud depuis plus d’un siècle en France, juste derrière ceux de 2006 et de 1983, a indiqué jeudi Météo-France. Quelles sont les prévisions pour le mois d'août ?

Frédéric Decker

Frédéric Decker

Météorologue - Climatologue à MeteoNews et Lameteo.org

Voir la bio »

Atlantico : Le mois de juillet, selon les relevés de Meteo France de ce jeudi, se classe à la troisième place des mois de juillet les plus chauds après ceux de 2006 et 1983 avec 22,7°C de moyenne (soit deux degrés de plus que la moyenne). Comment expliquer l'apparent paradoxe entre ces données et le printemps et le début d'été en dessous des normales de saison que nous avons connus ?

Frédéric Decker : Les conditions météo ont brutalement changé début juillet. Nous avons été soumis pendant plusieurs mois, depuis l'automne dernier, à des conditions dépressionnaires récurrentes, des masses d'air froid très présentes et des "gouttes froides" (air froid en altitude occasionnant beaucoup d'instabilité). Cette anomalie a fini par se terminer début juillet lorsqu'un anticyclone est venu se bloquer entre les îles Britanniques et la Scandinavie, phénomène qui se produit assez régulièrement. Ce type de blocage apporte alors un temps sec et chaud, notamment au nord de la Loire, comme ce fut le cas en juillet ou lors d'étés chauds (1976 par exemple).

Un pic de chaleur a été constaté ce jeudi 1er août (la barre des 40°C a été dépassée) et de très fortes températures sont attendues pour les prochains jours. Peut-on dès lors envisager un nouveau mois record ? 

A priori non. L'excédent remarquable observé en juillet ne devrait pas se reproduire en août. Les températures pourraient rester supérieures aux normales saisonnières, mais dans une moindre mesure. Les tendances saisonnières les plus récentes embellissent d'ailleurs ce mois d'août 2013 qui était prévu frais et humide il y a encore quelques semaines. D'autre part, les records d'août 2003 sont quasiment "intouchables". On estime qu'une canicule de ce type ne se produit qu'une fois tous les 500 voire 1 000 ans !

Comment expliquer qu'il existe des divergences de prévisions météorologiques même à moyen terme (par exemple Laurent Cabrol continue d'être pessimiste pour cet été) ? 

Il faudrait poser la question à Laurent Cabrol... Certains professionnels - La Chaîne Météo / Météoconsult en particulier - ont quelque peu créé le "buzz" en mai en annonçant un été 2013 très froid, voire le plus froid depuis 200 ans ! Cet effet d'annonce a d'ailleurs été dénoncé par MeteoNews auprès des médias via des communiqués beaucoup plus modérés et réalistes. Ces "prévisions" ne s'appuyaient sur aucun fait scientifique.

La preuve ? Après un mois de juin légèrement plus frais que la normale, nous avons connu un des mois de juillet les plus chauds. Nous avions calculé des probabilités à MeteoNews démontrant que nous avions tout de même 36% de chances de connaître un été chaud, contre 56% de risques de connaître un été frais (communiqués établis en mai et juin), les 8% restants se rapportant à un été dit "normal". Et comme souvent lorsque nous nous plongeons dans les statistiques pour établir une tendance saisonnière, le ciel s'amuse à déjouer ces pronostics.

Les tendances saisonnières ne sont fiables qu'à 60-65% en France. On ne peut donc absolument rien affirmer quant aux tendances pour les mois à venir, mais juste proposer des scénarios se basant sur des probabilités (entre autres méthodes que nous recoupons). Je pense que tous les professionnels de la météo devraient prendre beaucoup plus de recul dans ce domaine, et apprendre à rester humbles face à Dame Nature. Car c'est elle qui dicte sa loi, certainement pas nous...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !