Le modèle allemand, cette tartufferie économique ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Les vertus économiques de l'Allemagne font l'unanimité.
Les vertus économiques de l'Allemagne font l'unanimité.
©Reuters

Deutsche qualitet

Le modèle allemand, cette tartufferie économique !

Première économie de la zone euro, peu ébranlée en apparence par la crise, les vertus économiques de l'Allemagne font l'unanimité. Une image qui fait oublier que le pays traîne quelques casseroles.

Mathieu  Mucherie

Mathieu Mucherie

Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.

Voir la bio »

Ce qui est admirable, avec les germanolâtres qui pullulent ces derniers temps, c’est leur désinvolture au sujet de la croissance. Alors qu’un économiste consacre 90% de son agenda à la croissance économique (études sur la « soutenabilité » de la dite croissance, comparaisons dans le temps et dans l’espace), le RFA-baba et l’allemaniste primaire ne semblent pas gênés des performances minables enregistrées outre-Rhin depuis la réunification : 1,2% de croissance en moyenne annuelle, contre 1,1% au Japon. Bien entendu, l’Allemagne est un pays de cocagne et le Japon l’homme malade de l’économie mondiale, à la lecture de ces chiffres c’est évident! 

Est-ce que cette faible croissance germanique serait vertueuse et pérenne, c’est à dire tirée par l’innovation ? Bof. Regardons la croissance annuelle moyenne de la productivité par tête de 1999 à 2011 (données Datastream) : Allemagne 0,76%, c’est mieux que la France (0,68%) ou que l’Italie (0,37%), mais c’est moins bien que la Suède (1,49%) et nettement moins bien que les Etats-Unis (2,32%). A quelques exceptions près (SAP, BASF…), l’Allemagne est peu présente dans le secteur high tech, et ses gains de productivité dans le secteur des services sont déplorables.

Ajoutons que, depuis 22 ans, les 18 millions d’attardés qui roulaient il y a peu en Trabant auraient du soutenir la croissance allemande par un effet de rattrapage (quand on part de très bas, il est plus facile de progresser) ; il n’en a rien été et l’on voit même des commentateurs inattentifs qui en font un argument de réhabilitation de la croissance allemande au motif que les transferts vers l’ex-RDA ont coûté cher, mais passons. Avec 1,3 enfant par femme et une convergence désormais aux deux tiers réalisées entre la RFA et la RDA en termes de productivité, l’Allemagne ne risque de toute façon pas d’enregistrer dans les années à venir des performances de croissance très supérieures à celles, minables, des années 90 et 2000

On nous dit qu’à défaut de croitre l’Allemagne crée de l’emploi. C’est faux. Primo, la durée de travail hebdomadaire par tête a reculé de 7% depuis 1999 (alors qu’elle a progressé de 2% en Suède et aux Etats-Unis, et n’a reculé que de 3% dans la France des 35 heures ; données Natixis). Deusio, la baisse récente du taux de chômage en Allemagne masque un faible taux de participation (en hausse certes de 2 points entre 2002 et 2006 du fait des réformes Schröder, mais encore inférieur à 60%, contre 67% en Suède et 65% aux Etats-Unis ; données Banque mondiale) : ce n’est pas difficile d’enregistrer un taux de chômage à 7% quand on paye les gens à rester chez eux ou quand ils ne font même plus l’effort de faire semblant de rechercher du travail.

On nous dit qu’à défaut d’être très productive et innovante et vectrice d’emplois l’Allemagne conquiert des parts de marchés (la « compétitivité »). C’est bien là le drame mercantiliste, cette réduction du débat à la capacité exportatrice, une réduction parfaitement affligeante dans une économie mondiale de plus en plus immatérielle et parfaitement absurde quand on connait la réalité de la fragmentation des chaines de valeur globales. Au fond, le problème avec l’Allemagne c’est qu’elle ne respecte pas l’impératif catégorique kantien : si son modèle mercantiliste était appliqué par tous les pays, il faudrait plusieurs Terre ou plus exactement il faudrait de nombreux extraterrestres avec qui commercer, car par définition tous les pays du monde ne peuvent pas avoir une balance commerciale excédentaire. Je changerai donc d’avis sur le modèle Allemand le jour où nos amis de Krypton, de Vega et de Coruscant se manifesteront.

Une des explications de la bonne santé des exportations manufacturières allemandes est par ailleurs systématiquement oubliée dans le débat public : les Allemands profitent à plein de l’euro. Ce dernier a été conçu pour faciliter une spécialisation à l’échelle du continent, sur le modèle des économies d’agglomération que l’on observe aux USA (au passage, ce projet de l’euro est foncièrement incompatible avec l’idée très française de saupoudrage industriel, mais passons) ; les allemands se sont spécialisés là où ils disposaient d’un avantage comparatif, très classiquement. De plus, ils ont été protégés des « dévaluations compétitives » (entre 1949 et 1989, le franc français par exemple a perdu environ 30% de sa valeur tous les 10 ans…), autrement dit les allemands bénéficient désormais d’une sorte de détente monétaire relative qui ne dit pas son nom avec plus de 50% de ses partenaires commerciaux. Sympa !

Ajoutons que le bilan des finances publiques allemandes n’est pas aussi sain qu’on le croit, le hors-bilan réserve bien des surprises et à peu près rien n’est provisionné pour la suite (ni la sortie du nucléaire, ni le vieillissement). L’Allemagne a en effet multiplié comme à plaisir les bombes à retardement budgétaires. Beaucoup de gens n’ont pas beaucoup entendu parler des structures de défaisance louches et de HRE (Hypo Real Estate) : dommage, ces dossiers correspondent à 20 fois le Crédit Lyonnais et échappent aux radars budgétaires pour mieux permettre toutes les tartufferies.

 Si l’Allemagne semble se porter bien (la fable du borgne au pays des aveugles, en vérité), c’est en raison de facteurs à la fois temporaires et peu avouables : un effet ciseaux positif sur les taux d’intérêt pour la période récente (du fait du flight to quality associé à une crise européenne que l’Allemagne entretien avec maestria, les taux longs allemands sont enfin très inférieurs au rythme de sa croissance nominale, après une longue période où les taux étaient trop hauts en Allemagne pour permettre comme ailleurs des folies immobilières), et l’hypocrisie budgétaire la plus éhontée (faites ce que je dis, l’austérité, ne faites surtout pas ce que je fais, subventionner le temps partiel et les banques).

Mais le pire, ce n’est pas tant la trahison par rapport à Kant que la trahison par rapport à Clausewitz (le refus de tout Schwerpunkt monétaire), c’est cette influence germanique calamiteuse sur la politique monétaire en zone euro, cette fausse orthodoxie, cette version pervertie du monétarisme qui conduit toujours à agir trop peu et trop tard. Milton Friedman se retournerait en effet dans sa tombe s’il écoutait les logorrhées verbales d’Axel Weber et de Jürgen Stark depuis le début de la crise (en caricaturant à peine : « une inflation par les coûts ou par le pétrole, ça existe », « la politique monétaire est accommodante puisque les taux baissent », « on peut supporter un taux de change euro-USD à 1,50 », « étendre le bilan de la BCE, c’est forcément inflationniste », « la déflation est un fantasme », « les agrégats monétaires n’ont plus rien à nous apprendre », « le banquier central peut donner des leçons aux gouvernements démocratiquement élus et les discipliner », etc.). Nous sommes tous victimes d’une secte (la Bundesbank) à qui on aurait donné les clés du Vatican et les codes de la force de frappe nucléaire. Et l’on feint de s’étonner ensuite de la « japonisation » du continent.    

Est-ce à dire qu’il n’y a rien à prendre dans ce « modèle », pour nous français ? Effectivement : les seuls points positifs du modèle allemand (un vieux fonds capitaliste familial qui fait que l’on traite sérieusement la question de la profitabilité des PME en ne les surchargeant pas trop d’impôts comme l’ISF ou de réglementations comme le SMIC, un fédéralisme accompagné d’un très faible nombre de fonctionnaires fédéraux…) ne sont pas spécifiquement allemands et feraient plutôt penser à un pays anglo-saxon (horrensco referens !). Dès que les allemands germanisent en rond (cogestion, retour au charbon, mercantilisme…), ils font du sur-place, et nous font reculer.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !