C’est Noël : tout ce que vous devez absolument savoir pour éviter les catastrophes de réveillon (avant, pendant et après) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
C’est Noël : tout ce que vous devez absolument savoir pour éviter les catastrophes de réveillon (avant, pendant et après)
©Reuters

Mieux vaut prévenir...

C’est Noël : tout ce que vous devez absolument savoir pour éviter les catastrophes de réveillon (avant, pendant et après)

Voici des conseils de dernière minute pour réussir un bon réveillon, profiter au maximum de ce moment privilégié et en toute tranquillité. Les achats de dernière minute, l'assurance pour les conducteurs et les techniques d'emballage de cadeaux permettront de s'assurer un formidable moment.

Nicolas Godfroy

Nicolas Godfroy

Nicolas Godfroy est responsable du département juridique à l'UFC-Que Choisir.

 

Voir la bio »
Richard Etienne

Richard Etienne

Richard Etienne est professeur en sciences de l'éducation. Il travaille notamment sur le changement en éducation, sur l'éducation du citoyen, ainsi que sur la pédagogie du voyage scolaire.

Voir la bio »
Jérôme  Chasques

Jérôme Chasques

Jérôme Chasques est le Directeur général d’Hyperassur.com.

Voir la bio »

I. Fête et alcool : quelle assurance pour les conducteurs ?


Atlantico : Lors des fêtes de fin d'années, plus de conducteurs prennent leur véhicule en ayant trop bu. Sont-ils au courant des risques assuranciels qu'ils encourent s’ils ont un accident en état d’ivresse ?


Jérôme Chasques : Non, absolument pas, et c'est bien pour cela que nous avons voulu faire et communiquer sur ces sondages, qui montrent que la dangerosité de prendre la voiture en état d'ivresse est encore plus importante que les gens ne le pensent. Le sujet n'est pas de savoir si une assurance vous couvrirait mieux qu'une autre si vous avez un accident en état d'ivresse. Le but de ce sondage est simplement de souligner le fait qu'il y a une méconnaissance totale du grand public du système assuranciel dans ce cas précis. La majorité des gens pense qu'à partir du moment où ils ont une assurance, ils sont toujours couverts. Or si, à un moment donné, vous avez une conduite vraiment fautive et donc responsable, comme c'est le cas pour la conduite en état d'ivresse, cela annihile la partie "garantie conducteur", et donc tous les dommages que vous subirez vous-mêmes à titre corporel ou matériel ne seront pas pris en charge par votre assurance.

Ce n'est en effet pas la voiture qui est assurée mais le conducteur et ce qu'il fait avec. C'est important de le savoir, parce que le conducteur ne sera pas du tout dédommagé en cas d'accident en état d'ébriété sur le plan matériel, donc il n'aura plus de voiture, et sur le plan de la santé, le conducteur sera dédommagé pour tout ce qui est couvert par l'assurance maladie ou éventuellement sa mutuelle, mais pas sur des frais annexes qui peuvent être importants, comme les frais d'hospitalisation ou des soins complémentaires.

Ce sont des conséquences dramatiques dont les gens ont peu conscience. On pense parfois bien sûr au fait qu'on n'a pas envie d'avoir un accident et qu'on pourrait en avoir un, surtout les lendemains de réveillon où les médias donnent toujours le nombre de morts qu'il y a eu sur les routes dans la nuit. Mais on n'imagine pas qu'en plus, on n'est pas couvert si on conduit en état d'ivresse. Et comme l'indique notre deuxième sondage, certains conducteurs pensent même qu'ils le sont, ce qui est quand même un comble !

Qu'en est-il pour les passagers et les tiers à l'accident ?

Les passagers ou les tiers à l'accident seront, eux, toujours couverts, car ce ne sont pas eux qui sont responsables de vos propres fautes. Ce sera leurs compagnies d'assurance qui prendront le relais.

Que faire pour s'assurer au mieux en tant que conducteur ?

Il n'y a évidemment aucune compagnie d'assurance qui vous proposera l'option "couverture des risques en cas d'état d'ivresse", étant donné que c'est illégal. Mais il y a des compagnies d'assurance qui proposent des offres spécifiques pour le jeune public, qui est une des catégories de la population les plus touchées par ce phénomène. Elles proposent une police d'assurance avantageuse pour ceux qui ne conduiraient pas leur voiture du samedi soir au dimanche matin. Il y a alors un boitier dans la voiture qui vérifie que le véhicule ne bouge pas à ces horaires-là. Cela responsabilise le jeune conducteur, qui accepte d'emblée de ne pas prendre sa voiture le samedi soir.

C'est une piste intéressante à explorer, surtout quand on sait qu'en 2014, Hyperassur avait déjà interrogé les internautes sur l’alcool au volant. À la question "Vous venez de dîner chez des amis, à partir de combien de verres ne prendriez-vous pas le volant ?", 28% ont répondu 1 verre, 34% 2 verres, 24% 3 verres, 6% 4 verres, 3% 5 verres et enfin 5% plus de 5 verres. En France, je rappelle qu’il est interdit de conduire avec une alcoolémie supérieure à 0,5 g d’alcool par litre de sang (ou 0,25 mg d’alcool par litre d’air expiré) pour les conducteurs expérimentés, et 0,2 g/l pour les personnes titulaires d’un permis probatoire.

II. L'extension de garantie est elle un mal nécessaire ?


Nicolas Godefroy : La majorité des extensions de garanties permettent de faire des marges pour les vendeurs. Il suffit de faire un calcul assez simple. Les prix s'effondrent assez rapidement. Prenons l'exemple qui date un peu maintenant. Un ebook à 300 euros à sa sortie coutait 90 euros un peu moins d'un an après puisqu'il fallait se débarrasser des stocks en raison de la nouvelle version. L'extension de garantie quant à elle tournait autour de 100 euros. Nous critiquons l'obsolescence organisée qui permet de vendre ces extensions de garantie puisque ce sont des pièces à changer à chaque fois. La majorité des produits fonctionnent bien.

Il existe déjà des garanties contractuelles et légales qui permettent de garantir la plupart des produits pour un an. Au mois de mars nous passerons à 2 ans de garantie sur chaque produit. Prendre une extension de garantie pour un jouet destiné à un enfant ne sera peut être pas nécessaire sachant que le produit est déjà garanti pour 1 an. Les objets sont garantis contractuellement c'est-à-dire par le professionnel pour 1 ou 2 ans. La loi quant à elle est un peu plus complexe mais sera simplifiée en mars. Aujourd'hui il y a une garantie de 2 ans mais réellement applicable les 6 premiers mois puisque dans cette période le consommateur n'a pas à apporter la preuve que le produit est défectueux. Au-delà des 6 mois la charge de la preuve s'inverse. Il existe en plus une garantie contre les vices cachés.

Si l'objet est défectueux il faudra retourner voir le vendeur ce qui peut être compliqué quand c'est un cadeau puisqu'il faut soit la facture soit le ticket de caisse. Certains marchands font des bons d'échange ou de tickets de caisse sans prix pour faire jouer la garantie voire de remplacer le produit. Il n'y aura donc pas besoin d'extension de garantie. En ce qui concerne les produits cassés il faut tout d'abord se demander si le produit a été livré cassé. Si c'est le cas, à nouveau il faudra se tourner vers le vendeur. Souvent il sera dit qu'il faut voir avec le transporteur mais en réalité le vendeur est pleinement responsable sur la base de la garantie légale de conformité qui prévoit que tous les défauts constatés dans les 6 mois de la délivrance sont présumés exister au jour de la délivrance.


III. Quelques conseils pour les cadeaux achetés le jour J

C'est le jour J et vous n'avez toujours pas acheté tous vos cadeaux. Les magasins sont fermés ou trop de fréquentés, il est possible de se tourner vers des achats en ligne. Il faudra cependant passer par un coursier pour les consommateurs habitants dans une grande ville puisque les livraisons peuvent prendre jusqu'à 48H.

Attention tout de même puisque internet permet de faire de bonnes affaires mais les prix sont souvent très variables avec des tarifs pouvant changer de 40% du jour au lendemain. Faire une petite comparaison même en dernière minute est toujours souhaitable.

Les produits de cosmétiques de très bonne facture peuvent être livrés par coursier tandis que des objets de déco originaux seront forts appréciés aussi. Pour ne pas céder à la carte-cadeau impersonnelle, offrir un bon pour un costume ou une chemise sur mesure ou demi-mesure sera très apprécié. Il suffira de le commander en quelques clics et d'imprimer le reçu si le bon ne peut être livré à temps. (lu sur le Figaro)

Il faudra cependant prendre quelques mesures pour se méfier des sites pratiquant le "drop shipping" c'est-à-dire la vente sans stock et autres manœuvres frauduleuses. Prendre le temps de faire une petite recherche pour s'assurer de la réputation du vendeur et faire attention au mode de paiement est indispensable pour éviter toute mauvaise surprise. Pour aller plus loin.

Si vous n'avez pas eu le temps d'acheter du champagne pour le repas pas de panique. Un bon crémant ou un grand blanc d'Alsace ou de Bourgogne mis de côté seront également très appréciés. Un Sauternes ou un vin rouge… explosif peuvent tout à fait convenir. Le plus simple et le plus efficace est d'ouvrir une bouteille reçue ou achetée à une occasion particulière ! Pour aller plus loin.

Attention aux cadeaux qui causent le plus d'accidents. Certaines précautions doivent être prises au moment de l'achat même s'il se fait en dernière minute. Il faut impérativement vérifier si l'adresse de l'importateur ou du fabricant est indiquée pour savoir contre qui se retourner en cas de pépin. Pour aller plus loin.

IV. Offrir un jouet éducatif

Quels sont les réflexes à avoir pour acheter un jouet vraiment éducatif ?

Richard Etienne : Un jouet éducatif ne doit pas forcément délivrer des connaissances, mais amener l'enfant à se poser des questions en le perturbant dans sa réalité. Toutes les recherches montrent depuis Piaget que l’enfant n’apprend que s’il est déstabilisé dans ses représentations. Un jouet éducatif doit donc faire se poser des questions au lieu de vouloir simplement transmettre des connaissances comme le font certains jeux de société.

Le jouet doit être le moins sophistiqué possible. L’activité d’un enfant est en effet en général très exploratoire et il va voir son imagination bridée par un jouet trop proche de la réalité ou surchargé d’informations. Les grands succès durables en matière de jeux et jouets se font autour de produits comme le Meccano  ou les briques de construction. En revanche, les trains électriques ne passionnent en général que les adultes.
Le jouet doit exister en dehors de toute campagne de publicité. Certaines campagnes peuvent redonner un public à un jeu ou à un jouet qui se vend moins bien. Cela a été le cas du Meccano  qui a été relancé. Les jouets qui bénéficient d’une campagne de publicité ne sont pas mauvais en soi. Il suffit que les parents se donnent quelques critères, notamment celui de la possibilité de le détourner pour en faire des usages imprévus, dictés par l’imagination.

Quelle place tient le jouet dans la relation entre le parent et l'enfant ?

Le jouet n'est pas un substitut parental. Le parent qui a choisi un jouet éducatif ne doit pas lui confier le rôle d’éducateur, faire comme s’il était éducatif. Il peut, par exemple, s'asseoir avec l'enfant, le laisser découvrir le jouet sans l'enfermer dans les consignes de la notice, sans vouloir lui faire faire tout de suite l’usage prévu par les fabricants. Il peut parler avec l’enfant s’il le désire mais sans rien imposer et en montrant qu’il s’intéresse à ce qu’il fait et pense. On peut aussi penser à un moment collectif où plusieurs enfants du même âge ou de la même famille vont découvrir le jouet sans la pression qu’entraîne la présence d’adultes. Ce sera seulement après ce moment collectif que se fera l’entretien avec l’ensemble des enfants en pensant à leur permettre de s’exprimer tous et en s’efforçant de poser des questions ouvertes qui ne réclament pas des réponses par oui ou non. On pourra aller d’une appréciation sur l’intérêt éprouvé dans le jeu à une réflexion sur les usages du jouet. En résumé, il faut accompagner l’enfant ou les enfants tout en leur laissant le temps d’explorer le jouet à leur manière. Un pédagogue américain a dit qu’on apprend en faisant mais il faut reconnaître que pendant une bonne partie de l’enfance on apprend en jouant.

Quelles conditions doit remplir un jeu pour être réellement éducatif ?  

Le jeu éducatif n'est qu'un prétexte à langage et à pensée. C’est ce qui le distingue de jeux qui ont d’autres finalités comme le divertissement ou la compétition et qui sont éminemment respectables. Il doit laisser une part de liberté et d’imagination à l'enfant. La vraie clé de l’apprentissage, - que ce soit à l’aide d’un jeu ou dans une séquence scolaire -, réside dans l’acquisition du savoir avec un degré élevé de confiance dans ce savoir. Le temps du jeu est un moment où l’on apprend par l’expérience et avec plaisir. Mais il faut capitaliser ce que l’on a appris et cela passe par la discussion sur les stratégies (comment t’y es-tu pris pour jouer ce coup ?) et les acquis (qu’est-ce que tu retires de ta participation à ce jeu ou de ton utilisation de ce jouet ? il est essentiel à ce moment-là d’adapter son langage à celui que comprend et maîtrise l’enfant). Seule cette verbalisation, - même imparfaite et inachevée mais assez systématique -, permet d’envisager un développement des connaissances et des compétences chez l’enfant qui a exploré un jeu ou bien profité d’un jouet.


V. Des formules mathématiques pour aider à emballer les cadeaux de toutes les formes

Voici quelques conseils qui s'appliquent pour emballer des cadeaux ayant une forme géométrique particulière comme celle d'une barre de Toblerone ou un objet de forme cylindrique. Ces conseils sont délivrés par la mathématicienne Katie Steckles. Pour suivre ces conseils il faut être muni d'une règle graduée ainsi que d'une quantité suffisante de papier cadeau.

Pour les cadeaux ayant un bout carré, une méthode existe pour que l'emballage soit esthétiquement réussi. En faisant en sorte que le papier cadeau arrive à mi-hauteur aux deux extrémités, le papier serait parfaitement ajusté pour un résultat garanti.

Pour le Toblerone il faut bien faire en sorte que le bout du papier cadeau arrive à hauteur du triangle équidistant. Lorsque le cadeau est emballé, le papier est parfaitement ajusté aux bouts et reprend la forme de triangle équidistant.

Pour une forme cylindrique l'affaire n'est pas aussi facile. La bonne quantité de papier à prendre est trois fois le diamètre du cercle pour avoir la quantité exacte de papier cadeau.

Enfin, une formule mathématique très simple permet d'emballer les cadeaux larges mais très hauts qui permettra d'assurer l'esthétique tout en utilisant moins de papier cadeau. Il faut calculer la diagonale et ajouter une fois et demie la hauteur du cadeau pour avoir la bonne quantité de cadeau. Il suffit ensuite de placer le cadeau à 45° pour rabattre les coins au centre du cadeau.

Toutes ces astuces mathématiques très simples permettent donc de se simplifier l'emballage, garantir l'esthétique et utiliser moins de papier cadeau.

Vidéo

VI. 15 conseils pour faire face au stress du réveillon et les vacances

1/ Rester Organisé

Cela permet d'éviter d'acheter tous ses cadeaux en dernière minute et laissera plus de temps pour profiter des vacances avec les proches. Faire une liste des choses à faire permet de réduire considérablement le stress selon une étude de Cal Report auteur du livre "réussir dans un monde agité".

2/ Respirer lentement

L'idée est de respirer doucement pour baisser la tension artérielle et rester plus calme.

3/ Fixer des objectifs réalistes

Un nombre important d'études révèle que de s'imposer des objectifs trop importants augmente le stress.

4/ Connaître les signes du stress

L'Association Américaine de Psychologie a identifié de nombreux signes apparents de stresse : l'irritabilité, la fatigue, le mal de tête, les maux d'estomac, les changements d'appétit, la nervosité.

5/ Fixer un budget

L'argent est l'un des facteurs les plus stressants. Être réaliste et se fixer un budget à l'avance à respecter.

6/ Manger et boire raisonnablement

L'alimentation a un impact direct sur le niveau de stress il faudra donc faire attention à manger un minimum équilibré pendant les fêtes. De même que l'alcool augmente le stress.

7/ Rire !

Le rire est bon pour la santé et également bon contre le stress.

8/ Parler avec des amis

Parler avec des amis de ce qui nous stress permet de mieux le gérer.

9/ Mettre de la musique

De nombreuses études démontrent que d'écouter des bruits de la nature ou de la musique classique permet de faire baisser la tension artérielle.

10/ Faire de l'exercice

Tous les exercices de cardio permettent de stimuler une "hormone du bonheur" qui est l'endorphine pour procurer une sensation d'apaisement.

11/ Bien dormir

Avoir une bonne nuit de sommeil est nécessaire pour être en bonne santé mais permet aussi de faire diminuer les niveaux de stress selon une étude.

12/ Faire la sieste

Rien de tel que de faire la sieste après un bon repas et en plus c'est bon contre le stress selon une étude.

13/ Anticiper sur les problèmes familiaux

Le réveillon est un moment à passer en famille mais il faut prévoir et savoir gérer les moments de tension. Si le contexte familial est difficile, prendre un membre de la famille à part 15 minutes dans la soirée dans une pièce à part est une solution envisageable avant que la tension ne soit trop importante.

14/ Se confronter directement à la situation de stress

Lorsqu'une situation stressante a lieu il ne faut pas attendre que cette situation s'aggrave mais prendre les choses en main et se confronter directement au problème.

15/ Parler de son stress à un médecin

Pour les personnes atteinte de stress chronique il faut en parler à un médecin http://www.apa.org/news/press/releases/stress/index.aspx capable de donner des conseils pour ne pas se laisser envahir par celui. Le stress n'est pas anodin, au contraire c'est une cause nationale de santé publique.

Lu sur businessinsider

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !