“C’est mon tour” (de France) : quand le web-documentaire devient populaire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
“C’est mon tour” (de France) : quand le web-documentaire devient populaire
©

Pour l'amour du docu !

“C’est mon tour” (de France) : quand le web-documentaire devient populaire

Mardi dernier, les professionnels de l’audiovisuel lançaient dans Libération un appel pour que plus d’importance soit accordée aux documentaires sportifs… Avec la création numérique « C’est Mon Tour ! », le producteur et réalisateur Pierre Guyot plaide, lui, pour ne pas réserver les web documentaires à une élite.

Pierre Guyot

Pierre Guyot

Pierre Guyot est journaliste, producteur et réalisateur de documentaires. Il est l’un des fondateurs et actionnaires d’Atlantico.

 

Voir la bio »

Si l’Histoire ne se répète jamais si ce n’est sous forme de farce, celle qui consiste à voir les web documentaires suivre dès leur naissance le chemin de leurs aînés, les documentaires télévisés, n’est pas forcément très drôle.

Depuis quelques années, ces nouveaux objets culturels apparaissent sur la toile. Ces derniers mélangent narration interactive (l’internaute choisit d’écouter telle interview plutôt que telle autre), le crossmédia (la narration utilise plusieurs plateformes technologiques comme un documentaire audiovisuel et un site internet par exemple), le journalisme de données (Il s’agit de trouver, parmi les énormes quantités de données mises en ligne par les institutions et les gouvernements notamment, les informations les plus pertinentes pour le public et à les rendre accessibles) ou encore l’interactivité avec l’internaute, susceptible de passer du rôle de simple spectateur à celui de témoin, un peu à la façon des lanceurs d’alerte.

Or il est surprenant de constater que dans une (très) large majorité des cas, ces créations numériques suivent, dans le choix des sujets traités et dans la forme choisie pour le faire (il est parfois recommandé d’être un bon geek ou grand amateur d’art conceptuel pour pouvoir comprendre…), la même direction que celle dans laquelle on cantonne trop souvent le documentaire télévisé, celui du déterminisme culturel, fort souvent lié au déterminisme social.

Le documentaire télé reste trop souvent l’apanage d’un public cultivé et plutôt intellectuel. Prenons garde à ne pas enfermer le web documentaire et le crossmédia dans le même carcan ! Attention, il ne s’agit pas de dénoncer un quelconque sectarisme – nombreux sont les web documentaires qui sont passionnants et bien faits – mais d’être vigilant à ne pas prendre involontairement une mauvaise direction.

Auteurs, réalisateurs, producteurs, diffuseurs : nous avons la chance rare et précieuse de vivre une révolution technologique qui nous permet d’inventer un nouveau genre. Il est donc de notre responsabilité d’imaginer des créations numériques attirantes pour tous et accessibles à tous.

«C’est Mon Tour ! » est conçue sur ce cahier des charges : Être une création numérique populaire, capable de dire au public, à tous les publics, que les web documentaires peuvent s’adresser à tous.

En ligne depuis une semaine, C’est Mon Tour !  réunit  un documentaire télé, un site internet et une exposition photographique et s’intéresse à un sujet très fédérateur : vivre et découvrir le Tour de France « autrement ». Cette création dévoile ce que les spectateurs ne connaissent habituellement pas de cette course - les coulisses et es préparatifs d’une étape - et pose un regard nouveau sur cet évènement parmi les plus médiatiques au monde. Pour cela, elle se penche tout particulièrement sur l’étape du 3 juillet prochain dans le Nord Pas de Calais, terre sacrée du cyclisme.

Dans sa forme, C’est Mon Tour ! donne la priorité à la simplicité, loin de ces œuvres qui appartiennent autant à la sphère de l’art contemporain qu’à celui du web documentaire. Il s’agit surtout de ne pas ressembler à ces boutiques de luxe où le quidam, même s’il en a les moyens financiers, n’ose pousser la porte pour se faire plaisir car  ce n’est pas « un endroit pour lui ».

Mais plus encore : C’est Mon Tour ! est un projet interactif et collectif. La participation du spectateur est indispensable au processus de sa création.

Grâce à une application pour téléphone mobile, les spectateurs sont en effet invités à devenir coauteur de C’est mon Tour !, en publiant, le 3 juillet prochain, leurs photos du Tour de France en temps réel. Leurs smartphones, géolocalisés, permettront de replacer leurs clichés sur une carte.

A l’arrivée, c’est à participer activement à la plus grande exposition photo jamais consacrée à la grande boucle que le peuple du Tour de France est convié.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !