Bronzé et détendu… ou pas : c’est les vacances et la saison de tous les dangers pour les couples et les familles | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Bronzé et détendu… ou pas : c’est les vacances et la saison de tous les dangers pour les couples et les familles
©Reuters

Conflits

Bronzé et détendu… ou pas : c’est les vacances et la saison de tous les dangers pour les couples et les familles

Pourtant synonyme de détente et de retrouvailles, les vacances, passées en familles, peuvent être le théâtre de conflits ouverts.

Gérard  Neyrand

Gérard Neyrand

Gérard Neyrand est sociologue, est professeur à l’université de Toulouse), directeur du Centre interdisciplinaire méditerranéen d’études et recherches en sciences sociales (CIMERSS, laboratoire associatif) à Bouc-Bel-Air. 

Il a publié de nombreux ouvrages dont Corps sexué de l’enfant et normes sociales. La normativité corporelle en société néolibérale  (avec  Sahra Mekboul, érès, 2014) et, Père, mère, des fonctions incertaines. Les parents changent, les normes restent ?  (avec Michel Tort et Marie-Dominique Wilpert, érès, 2013).
Voir la bio »

Atlantico : L'été et les vacances sont un moment ou les couples et les familles se réunissent pendant quelques semaines. Cependant, dans certains cas, les liens ne sont pas toujours aussi étroits. En quoi les vacances peuvent représenter une menace sur les familles ou les couples qui peuvent parvenir à s'éviter le reste de l'année ?

Gérard Neyrand : Les relations entre les personnes sont soumises à ce que Goffman appelle des rites d'interaction, qui permettent de rendre les contacts plus faciles et d'éviter que les sujets conflictuels soient immédiatement abordés sans retenue. Lorsque des relations amicales, et a fortiori des relations familiales (qui par définition ne sont pas choisies) sont tendues, le fait de se voir peu ou de façon intermittente permet de faire en sorte d'éviter au maximum les sujets de friction, surtout si on veut conserver des relations qui sont utiles et satisfaisantes par ailleurs.

Le fait de se retrouver durant de longues périodes ensemble, notamment au moment de vacances, où les gens sont plus disponibles, risque souvent de gêner cette régulation, car la fréquence des contacts est propice à l'abord des sujets de conflit, qui finissent souvent par venir sur le tapis, alors que durant l'année on a réussi à les éviter du fait de la faible fréquence et la faible durée des rencontres.

Quels sont les problèmes qui peuvent surgir dans les familles pendant la période de vacances ?

La période de vacances est en outre une période de détente, où on est moins enclins à se contrôler, surtout si on en profite pour s'adonner à des activités inhabituelles ou des modes de relation qui poussent à se laisser aller. La pratique de l'apéro, souvent suivie d'un repas arrosé, par exemple, peut fréquemment déboucher sur l'actualisation de difficultés qui restaient jusque là sous-jacentes, mais que la levée d'inhibition que permet l'alcool va ramener à la surface...

Et puis, des problèmes liés à la période de vacances elle-même peuvent surgir, comme son nom l'indique on est "en vacance", c'est-à-dire libéré des contraintes que la vie habituelle dressait autour de nous, et on peut être ouvert à de nouvelles expériences qui nous éloignent du cadre contraignant de la vie habituelle. Au niveau des couples, on sait bien que cela peut parfois déboucher sur des crises, liées aux nouvelles rencontres que l'un ou l'autre des partenaires a pu réaliser dans cet espace de vie que les vacances ont libéré.

Quelles sont les solutions pour éviter les crises qui peuvent faire exploser la bonne entente d'un couple ou de familles pendant les vacances ?

Il n'y a pas de recettes pour éviter les conflits. Peut-être faut-il être attentif au moment où peut démarrer une difficulté relationnelle, qui, si on ne la détourne pas aussitôt, va très vite déboucher sur l'actualisation d'un conflit.

De la même façon, les partenaires conjugaux sont bien conscients que s'il y a eu un "dérapage" considéré sans lendemain, il est important de préserver l'autre conjoint de toute information à ce sujet.

Tout dépend, bien sûr, des modes de fonctionnement et des normes auxquelles font référence les couples et les familles, mais il faut bien voir que la diversification des modèles et des façons de fonctionner, aussi bien au niveau conjugal que familial, favorise les possibilités de tension et demande à actualiser la communication visant à désamorcer les possibilités de conflits par incompréhension de la façon dont les autres se positionnent.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !