Brésil-Colombie : bataille au sommet pour un maillot jaune | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Sport
Neymar et ses coéquipiers jouent gros ce vendredi soir
Neymar et ses coéquipiers jouent gros ce vendredi soir
©Reuters

Chercheurs d'or

Brésil-Colombie : bataille au sommet pour un maillot jaune

Les Brésiliens et les Colombiens jouent leur qualification pour les demi-finales ce vendredi soir à 22h00.

Vincent Roger

Vincent Roger

Vincent Roger est Conseiller du 4ème arrondissement de Paris et conseiller régional d'Ile-de-France.

Voir la bio »

Le jaune sera de mise ce soir à Fortaleza. Après 3 semaines de compétition, incontestablement le jaune colombien brille plus que celui de la Seleção. Faisons les compte! Les Auriverdes ont volé leur premier match aux Croates – Merci Monsieur Yuichi Nishimura-, fait un match nul face au gardien mexicain Ochoa-certes en état de grâce- battu le Cameroun –déjà éliminé- et enfin gagné face à des Chiliens exceptionnels mais malchanceux (un tir sur la barre à la fin des prolongations et l’ultime pénalty sur le poteau gauche). Conclusion : le grandissime favori du Mondial à domicile n’a pas la grande forme. Le sélectionneur Scolari a recours désormais à un psychologue pour l’aider !

En parallèle, à chaque but marqué, les Colombiens ont lancé une nouvelle chorégraphie : "la danse du plat du pied". Le contraste est saisissant entre des Brésiliens qui jouent la peur au ventre et des Colombiens joyeux qui enflamment la compétition. Est-ce une surprise ? Pas vraiment si on se remémore les éliminatoires durant lesquels les joueurs de Pekerman marquèrent 26 points en 13 matches. L’actuel classement FIFA de la Colombie (4ème) est tout sauf une coïncidence. Pour l’instant, elle a fourni le plus beau jeu depuis le début de la compétition, et en prime avec des résultats : 11 buts marqués, 2 encaissés, 4 matches, 4 victoires. Qui dit mieux ? Personne, surtout si on a l’esprit que la Colombie est la seule équipe à avoir gagné son huitième finale sans coup férir. Les 7 autres équipes qualifiées pour les quarts ont dû soit attendre les dernières minutes du temps réglementaire pour l’emporter (France, Pays-Bas), soit disputer la bataille des prolongations (Argentine, Belgique, Allemagne), soit jouer à la roulette russe des tirs au but (Brésil, Costa-Rica). En menant 2 à 0, dès la 50’, face aux Uruguayens, les Colombiens avaient rapidement plié leur huitième.

La Colombie est-elle pour autant favorite ce vendredi soir ? Se poser cette question, c’est déjà en partie y répondre. Certes, au regard de l’histoire, les deux sélections ne jouent pas dans la même division : 5ème participation pour le pays de James Rodrigues, 20ème (sur 20) pour la nation de Neymar. Pour la première fois les Colombiens atteignent ce niveau de la compétition, les Brésiliens l’ont atteint à 15 reprises (si on prend en compte les coupes du monde avec des seconds tours en forme de poule) et l’ont dépassé 10 fois. Mais, au vu du jeu produit par les deux équipes, il n’y a pas photo. Celui des Colombiens est aussi fluide qu’enchantant, celui des Brésiliens semble incertain et n’a que pour objectif de mettre Neymar sur orbite. C’est pour l’heure efficace mais, vous me l’accorderez, il n’y a pas de quoi illuminer la planète foot. Le gardien brésilien –même s’il fut décisif durant les tirs au but contre les chiliens- ne donne pas à sa défense le même sentiment de sécurité que son confrère colombien. En matière de rempart défensif, il en est de même, le quatuor colombien  - Zuniga-Zapata-Yepes-Armero- parait imperméable. Quant au milieu et à l’attaque - privé de Falcao- les Colombiens semblent actuellement touchés par la grâce. Espérons pour le Brésil qu’il en soit de même pour Neymar. Il en va du salut de tout un peuple. Je ne me risquerais pas à un pronostic, chacun aura compris ma préférence, mais j’ai une certitude : ça va être explosif. A la moindre action l’Estadio Castelào va s’embraser. Les flammes seront jaunes. Un seul prono : ça va être torride !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !