Bien plus fortes que les Google glass, ces lunettes d’espion | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Style de vie
Bien plus fortes que les Google glass, ces lunettes d’espion
©Reuters

Je te vois !

Bien plus fortes que les Google glass, ces lunettes d’espion

La société Osterhout vient de signer la vente de 500 lunettes à réalité augmentée au ministère de la Défense américain. Un outil au caractère bien plus militaire que les fameuses Google Glass et dont les potentialités font froid dans le dos...

Michel Nesterenko

Michel Nesterenko

Directeur de recherche au Centre Français de Recherche sur le Renseignement (CF2R).

Spécialiste du cyberterrorisme et de la sécurité aérienne. Après une carrière passée dans plusieurs grandes entreprises du transport aérien, il devient consultant et expert dans le domaine des infrastructures et de la sécurité.

 

Voir la bio »

Atlantico : Des lunettes sobrement baptisées "X6" et produites par la société Osterhout ont été achetées au nombre de 500 par le ministère de la défense américain. Elles fonctionnent sur la base de la "réalité augmentée". Que faut-il entendre par là ? Quel en est le fonctionnement ?

Michel Nesterenko : Ces lunettes qui se veulent le plus "normales" possible, pour ne pas attirer l'attention, ont pour but de superposer des informations électroniques transmises sans fil sur une personne ou un objet que regarde celui qui porte les lunettes.

En quoi ce concept est-il supérieur à celui développé par Google avec ses lunettes connectées ?

Google transmets des informations publiques accessible sur internet. Les lunettes militaires peuvent superposer des données de nature militaire, confidentielles ou non, y compris des informations biométriques sur la personne qui est regardée.

Quels sont les domaines dans lesquels ces lunettes peuvent être exploitées ?

Ce type d'information est déjà courant depuis plusieurs années sur les casques de pilotes d'avion militaires. Elles sont très utiles et permettent une grande précision de nuit ou dans le contexte de mauvaise visibilité extérieure. Avec ces nouvelles lunettes ce sont les forces de l'ordre et les forces d'intervention qui pourront avoir une comparaison automatique des données biométriques vues avec celles d'une banque de données issues du renseignement gouvernemental.

A quelle dérives pourraient-elles donner lieu, notamment si les forces de sécurité en sont équipées ? Mesure-t-on les conséquences de cette révolution technologique ?

Nous savons que la TSA (Ministère de la sécurité intérieure américain) prévoit de commencer à collecter les informations biométriques de 100 % des ressortissants non citoyens américains au moment de leur départ des USA. Ces informations seront stockées et ajoutées à une immense Banque de Données qui a pour objectif de recenser, a terme, la quasi totalité des êtres humains non américains (mais aussi les américains secrètement).

La TSA et le Gouvernement américain viennent de tirer la sonnette d'alarme sur le fait que plusieurs milliers d'Européens, jeunes et moins jeunes, reviennent d'un stage de formation au terrorisme en Syrie et en Irak. Pour les américains tous ces jeunes ont pour seul but de détruire la démocratie et ils doivent donc être neutralisés sans s'encombrer des contraintes de la justice puisque ce sont tous des soldats ennemis dans une guerre mondiale et planétaire.

A très courte échéance, un an ou plus, la logique implacable utilisée par le gouvernement américain, fera que des officiers en civil seront en faction dans les aéroports où avions et tireront pour tuer à vue. Si la cible, un jeune européen, entends derrière lui quelqu'un crier quelques paroles incompréhensibles et se retourne brusquement, la balle ira se loger dans son front, car peut être porte-t-il un gilet explosif.

La vraie bavure viendra du fait que les Banques de données américaines ont déjà près de 50 % ou plus d'innocents fichés comme criminels voire terroristes potentiels. Même quand l'erreur patente est reconnue il est impossible de corriger la Banque de Données.  Avec ce nouveau système tout Européen peut devenir une cible potentielle pour les Forces de l'Ordre américaines, et ou mercenaires, qui croiront en toute bonne foi qu'ils sont en train d'abattre un dangereux terroriste identifié comme tel par un ordinateur.

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

Quantiques, biologiques, réalité augmentée : ce que les ordinateurs feront du monde de demainRéalité virtuelle à la ferme : des lunettes pour convaincre les poulets de batterie qu’ils sont des volailles de plein airLes Google Glasses débarquent en grand public pour 24h : voilà ce que pourront faire ceux qui auront mis la main sur des prototypes

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !