Baisse de vente des cigarettes : ce qu'on ne vous dit pas sur ce qu'elle signifie vraiment | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Pour tous les types de tabac, les buralistes sont gagnants et vont encore être gagnants en 2013.
Pour tous les types de tabac, les buralistes sont gagnants et vont encore être gagnants en 2013.
©

Le tabac, c'est tabou

Baisse de vente des cigarettes : ce qu'on ne vous dit pas sur ce qu'elle signifie vraiment

Moins de cigarettes vendues en 2012 (-4,9%). C'est le résultat des taxes successives sur le tabac. Une nouvelle taxe devrait arriver en juillet prochain. Malgré cela, l'industrie du tabac ne connait pas la crise et prospère devant un Etat qui acquiesce.

Bertrand  Dautzenberg

Bertrand Dautzenberg

Bertrand Dautzenberg est professeur de pneumologie à l'université Paris VI. Il exerce à l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris au CHU Pitié-Salpêtrière. Il est également président de l'Office français du tabagisme et auteur de plusieurs ouvrages dont "Le petit livre pour arrêter de fumer"" (Editions First).

 
 
Voir la bio »

Atlantico : Malgré un repli de 4,9% des ventes de tabac, les cigarettiers semblent ne pas souffrir : comment l'expliquer ? Qu'en est-il des buralistes ?

Bertrand Dautzenberg : La baisse plus de 4% de la vente des cigarettes s’est accompagnée d’une forte augmentation de plus de 6% des ventes de tabac à rouler (qui permet de faire des cigarettes près de 2 fois moins coûteuses), et une augmentation de plus de 3% de la vente des cigares (en particulier des cigarillos, vendus moins chers que la cigarette). Au total, la baisse de la consommation de tabac n’est que de 3%.

Comme le prix du tabac a augmenté de plus de 6% malgré la baisse de 3% des ventes, ils ont gagné plus en 2012 qu’en 2011 pour vendre moins de cigarettes, augmentant ainsi leur profits.

Les buralistes sont encore plus bénéficiaires que les cigarettiers car chaque année ils voient leur marge augmenter de 0,1%. La Cours des comptes pose la question des raisons pour lesquelles l’état à planifié un versement de 1,5 milliard d’Euro à une profession qui avait vu ses revenus augmenter de 54% !

Pour tous les types de tabac, les buralistes sont gagnants et vont encore être gagnants en 2013. Les buralistes continuent à vendre pour la moitié d’entre eux du tabac aux enfants de 12 ans, alors qu’ils reçoivent des primes pour participer au service public et que par le plan d’avenir des buralistes ils s’engageaient à ne pas le faire. Les buralistes français gagnent probablement 3 fois plus que leurs collègues européens pour vendre les cigarettes.

 

Que révèle cette baisse des ventes sur la consommation de tabac en France ?

Il est plausible de penser que cette baisse de ventes s’accompagne d’une baisse de la consommation, mais pour en être sur il faudrait que la France mesure plus que tous les 5 ans le taux de fumeur (on attend pour 2015 la prochaine mesure par l’INPES ! ! !).

Il est certain qu’il y a un report des cigarettes industrielles vers le tabac à rouler qui coute quasiment 2 fois moins cher par cigarette. Malheureusement la fumée contient encore  plus de toxiques. Et il n’y a aucun bénéfice pour la santé

 

Que représente le commerce parallèle de tabac en France et quel est son influence sur la consommation ?

Il y a en France entre 15% et 20% des cigarettes achetées hors buralistes, ce taux est stable.

75% de ces cigarettes hors réseau sont des cigarettes achetées dans les pays voisin de façon légale avec des cigarettes de marques ayant payé les taxes dans les pays d’origine (12-15% du tabac vendu)

Parmi les 4-5% des cigarettes achetées illégalement en France (La vraie contrebande) la moitié sont des cigarettes de marque, fabriquées par l’industrie du tabac. Récemment, les compagnies cigarettières ont accepté de payer 1,7 milliard pour ne pas être poursuivies par 10 pays européens et l’UE pour l’organisation de cette contrebande et le blanchiment d’argent : les cigarettiers étaient (sont) organisateurs de la contrebande.

Les 2% restant sont effectivement des contrefaçons parfois grossières le plus souvent fabriquées en Chine, mais rien ne prouve que ces cigarettes ne soient plus toxiques (Il faut dire que les vraies cigarettes tuent la moitié de leur consommateurs ; un record strictement inégalé pour un produit de consommation courante !)

 

La ministre de la Santé annonce de nouvelles hausses pour juillet. Faut-il un voir un tournant volontariste en matière de lutte anti-tabac ?

Les prix des cigarettes sont fixés par les cigarettiers et non par l’Etat (c’est la règle en Europe).

La modification des taxes votée et qui va s’appliquer en Juillet va produire plusieurs effets :

  • 1/ Les cigarettiers ont augmenté un peu leur prix pour conserver leurs marges, mais une augmentation de 20 centimes du paquet le plus vendu suffit à préserver la marge (6,6 à 6,8 euros). L’expérience prouve qu’une si basse augmentation n’apporte aucun bénéfice à la santé (et est même nuisible car elle empêchera dans l’avenir d’augmenter de façon efficace les prix)

 

  • 2/ Le prix des cigares n'a pas besoin d'augmenter pour que les profits augmentent, car à prix constant, l’Etat a fait une loi selon laquelle il touche moins de taxes et laisse plus d’argent aux cigarettiers

 

  • 3/ Pour le tabac à rouler le plus vendu (4,6 euros les 20 grammes) jusqu’en juillet, l’Etat va toucher moins et les fabricants de cigares toucheront davantage. En juillet, en augmentant de 15 centimes les 20 grammes, les marchands de tabac en vrac peuvent protéger leurs marges et ainsi préserver l’importance du marché.

 

Ainsi le vote du PFLSS  n’est pas adéquat et parions qu'il va conduire les cigarettiers à augmenter de seulement 30 centimes le paquet de cigarette, chiffre qui, cela a été prouvé à 4 reprises en France, n’a pas d’incidence sur la consommation. Il faut forcer par les taxes les cigarettiers à augmenter leur prix par des touches plus importantes (même si elles sont moins fréquentes).

A ce jour il y a quelques déclarations mais aucun acte objectif pour le contrôle de la première cause de mortalité en France alors que le premier plan cancer avait montré de 2003 à 2005 la fantastique capacité des politiques à agir.  50 000 français sont décédés de cette maladie évitable qu’est la dépendance tabagique depuis que François Hollande, Jean-Marc Ayrault,  Jérôme Cahuzac et Marisol Touraine sont aux commandes. Espérons qu’en 2013, ils écourteront la demande des ¾ des français qui leurs intiment d’agir.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !