« Le bac mention Port'Nawak ! » | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
« Le bac mention Port'Nawak ! »
©

Sous les cahiers, la plage

« Le bac mention Port'Nawak ! »

Mardi 5 juillet, le suspense se terminera pour les 654.548 candidats du baccalauréat 2011, avec la divulgation des résultats. Que les parents se rassurent : malgré les conditions surréalistes dans lesquelles leurs enfants ont passé leur premier grand examen, ces couacs ne devraient pas les pénaliser pour la suite de leurs études. Au contraire.

Jean-Noël Leblanc

Jean-Noël Leblanc

Jean-Noël Leblanc est professeur de Lettres et blogueur.

Il est l'auteur du Manuel de survie à l'usage des lycéens (Presses de la Renaissance, 2007), de Passe ton bac d'abord (Horay, 2008) et de Le Bac français est un jeu (Librio, 2009).

 

 

Voir la bio »

Atlantico : Organisation perturbée, triche et couacs divers sont-ils une nouveauté pour le bac ?

Jean-Noël Leblanc : Cette année, plus encore que les précédentes, on a pu assister à une organisation plutôt gratinée... Je pense qu'il y a eu d'un côté les épreuves qu'ont subies les candidats, et celles qu'ont subies aussi les politiques et les fonctionnaires en charge. « Méga-bug » ! Euh, pardon, quelques « dysfonctionnements inhérents à l'ampleur de l'organisation de l'examen »... Ma foi, un petit coup de stress de l'autre côté, ça permet aux élèves de rigoler un peu de nos couacs, à nous les adultes, et d'observer comment fonctionne une gestion de crise, pour leurs études de futurs managers.

Concernant l'éventualité d'annuler une épreuve, c'est pénible, mais ça s'est déjà vu dans le passé, « de mon temps ». Vous savez, j'appartiens à la dynastie des bacheliers et des capésiens du siècle dernier, et j'ai dû repasser une épreuve : on racontait qu'un professeur-correcteur avait rangé les copies dans une armoire, et que des cambrioleurs avaient emporté cette armoire... Vrai ? Faux ? En tout cas, il nous a bien fallu plancher à nouveau !

Quant à la triche, elle a toujours existé, elle s'adapte seulement aux nouvelles technologies, voilà tout. Pour les oraux de rattrapage de la semaine, je conseille à tout le monde de réviser Les sous-doués passent le bac !

Le bac risque-t-il d'être "bradé" cette année ?

Franchement, cet exercice de probabilités du bac de maths en série S ne changera pas grand chose aux résultats des élèves, pour qui les correcteurs auront forcément la plus grande mansuétude en adaptant le barème. Et, rassurons bien les parents, les grandes écoles recrutent sur dossier, donc bien avant les résultats du bac et les mentions.

Je vais même aller plus loin : en 1968, souvenez-nous, les lycéens étaient dans la rue au moment du bac et l'année scolaire s'était retrouvé amputée de nombreuses semaines de cours. Du coup, l'examen a été simplifié, et on est arrivé à 81,3 % de réussite. Il faut dire que l'année précédente, ils n'étaient que de 59,6%...

Alors, scandale, bac bradé ? Peut-être, mais ce bac "facilité" a permis à 15 ou 20% de candidats supplémentaires - des jeunes issus de classes moyennes - d'accéder miraculeusement à l'Université. Des chercheurs ont montré que ce succès exceptionnel leur a permis ensuite d'obtenir un diplôme universitaire, puis un meilleur emploi que prévu. Et cette réussite professionnelle s'est ensuite transmise à leurs enfants, qui ont mieux réussi à l'école ! Ah, le cercle vertueux du bazar !

Les incidents du bac 2011 montrent-ils que l'examen a besoin d'un coup de neuf ?

Quand mes élèves disent que notre programme du bac est difficile, voire impossible, j'acquiesce et je confirme qu'ils ont raison, qu'ils n'y arriveront jamais, comme les dizaines de générations d'élèves qui l'ont passé et réussi avant eux. Au final, plus de 85% des élèves l'auront. Allez, un petit effort et une grande confiance, c'est le secret de votre réussite !

On saura ce mardi le nom des candidats chanceux de la première vague ceux qui pourront justement se jeter plus vite que les autres dans les vagues de leurs vacances. Ça n'a pas changé depuis 1968 : derrière le bac, la plage !

Mais quand même, c'est sûr, il y a de grandes chances que nos élèves se souviennent d'avoir appartenu à cette fameuse promo du « Bac Foutraque, mention Port'Nawak ».

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !