Avant c’était "juden verboten" : maintenant c’est "interdit aux juifs" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Strasbourg police
Strasbourg police
©PATRICK HERTZOG / AFP

Etoile jaune

Avant c’était "juden verboten" : maintenant c’est "interdit aux juifs"

Les temps changent et presque rien ne change.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Un employé de la ville de Strasbourg décorait avec sa bombe à peinture un boitier électrique près de la cité Spach. Un travail visant à rendre la ville plus gaie et plus colorée.

Mais il n’a pas eu le temps d’achever sa tâche. Pour son plus grand malheur, il portait un t-shirt avec l’inscription « Israël ». Autant arborer une étoile jaune… Des « jeunes » (c’est comme ça que les appellent Les Dernières Nouvelles d’Alsace) ont jugé qu’il y avait là une provocation inacceptable.

L’employé a été agressé, bousculé et sa bombe de peinture lui a été arrachée. Avec elle les « jeunes » ont inscrit sur la chaussée : « interdit aux juifs et aux salopes ». Un écho un peu déformé du « juden verboten » des nazis.

Il est vrai que ça s’écrivait aussi en français du temps de Vichy. L’employé de la ville de Strasbourg est quand même un peu responsable de ce qui lui était arrivé. En effet, il aurait mieux fait de porter un t-shirt marqué « Palestine ».

Reste que l’inscription « interdit aux juifs et aux salopes » ne cesse de nous interroger. Quel mal ont donc fait les salopes ? Pourquoi ne sont-elles pas les bienvenues à la cité Spach ou tant de jeunes rêvent de torrides étreintes amoureuses ? On ne comprend pas. C’est sans doute qu’il n y a rien à comprendre.

Tout comme dans une très célèbre histoire juive. Elle se passe dans une petite ville de Pologne. Des rumeurs annoncent des jours sombres. Le rabbin de la ville très inquiet va voir le chef de la police. « Il se murmure qu’on va massacrer les Juifs et les cyclistes. Le chef de la police s’étonne : « tiens pourquoi les cyclistes ? ».

Ps : A Strasbourg également un homme a été poignardé pour un « mauvais regard ». Pourtant, il ne portait pas de t-shirt marqué « Israël ». Nous sommes heureux de constater que les Juifs ne sont pas seuls. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !