Aux Etats-Unis, Schlumberger condamné pour avoir commercé illégalement avec l’Iran et le Soudan | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Aux Etats-Unis, Schlumberger condamné pour avoir commercé illégalement avec l’Iran et le Soudan
©Reuters

USA Business

Aux Etats-Unis, Schlumberger condamné pour avoir commercé illégalement avec l’Iran et le Soudan

Le géant franco-américain de services pétroliers a reconnu mercredi avoir violé les embargos américains sur le Soudan et l’Iran. L’une des filiales du groupe a été condamnée à verser une amende de 232,7 millions de dollars aux autorités américaines.

France USA Media

France USA Media

France USA Media est une agence de presse basée à Los Angeles. Elle couvre l'actualité des Etats-Unis en Français pour la presse, la télévision et l'internet, avec des correspondants à New York, Washington, Austin, San Francisco et L.A.

Voir la bio »

Le groupe Schlumberger a plaidé coupable dans une affaire de violations d’embargos contre l’Iran et le Soudan, a annoncé le Département de la justice des Etats-Unis mercredi. Pointée du doigt, la filiale Schlumberger Oilfield Holdings a avoué avoir commercé illégalement avec ces deux pays entre 2004 et 2010. Elle devra en conséquence payer une amende de 232,7 millions de dollars aux autorités américaines.

Depuis ses bureaux situés à Sugar-Land au Texas, cette filiale a “fourni des services pétroliers à des clients en Iran et au Soudan”, deux pays inscrits sur la liste noire des Etats-Unis, rapporte le Financial Times. Puis elle a essayé de dissimuler ces activités commerciales: “Schlumberger Oilfield Holdings Ltd. a pris des mesures pour déguiser ces transactions, violant ainsi les sanctions américaines contre ces régimes”, a déclaré le ministre adjoint de la Justice chargé de la Sécurité nationale, John Carlin.

Le Département de la justice a imposé au groupe Schlumberger une période probatoire de trois ans durant laquelle la compagnie pétrolière ne pourra plus mener d’activité en Iran et au Soudan. Le cas échéant, elle devra présenter des preuves de conformité avec les embargos américains.

“Les entreprises rattachées au secteur de l’énergie ont tendance à faire du business avec des régimes qui sont sanctionnés. Nous tenons à souligner que ces détournements de sanctions sont illégaux”, a affirmé John Carlin. “Cette affaire est emblématique: elle montre clairement que les multinationales doivent respecter les lois commerciales quand elles sont sur le sol américain”, a-t-il ajouté.

“Des améliorations appropriées ont été faites pour répondre aux problèmes soulevés par l’enquête”, a certifié Schlumberger dans un communiqué. Le groupe a expliqué qu’il “coopérerait avec les enquêteurs”, et qu’il “acceptait la résolution”, rapporte le quotidien USA Today.

En juin 2014, BNP Paribas avait également été condamnée pour avoir violé les embargos américains contre l’Iran, le Soudan et Cuba. La compagnie française avait dû payer une “amende de 140 millions de dollars” aux Etats-Unis, rappelle le Wall Street Journal.

Le sujet vous intéresse ?

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !