Au pied du sapin d'Emmanuel Macron | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Au pied du sapin d'Emmanuel Macron
©NICOLAS TUCAT / AFP

Les entrepreneurs parlent aux Français

Au pied du sapin d'Emmanuel Macron

Petit papa noël, toi qui descendrait bien du ciel, si les gilets jaunes te faisaient un peu de place et nous lâchaient un peu, maintenant qu’ils ont obtenu des cadeaux que nous allons tous payer, et cassé ce que nous allons devoir réparer.

Denis Jacquet

Denis Jacquet

Denis Jacquet est fondateur du Day One Movement. Il a publié Covid: le début de la peur, la fin d'une démocratie aux éditions Eyrolles.  

Voir la bio »

Toi qui préfère le rouge au jaune, et aimerait ne pas finir en noir, calciné dans une cheminée allumée par un des gilets jaunes hésitant à passer franchement au salut nazi pour se « contenter » de la quenelle de Dieudonné, qui porte bien mal son nom.

Toi qui constate que même les gilets jaunes, malgré leur détresse, vont bien acheter dans les magasins, qu’ils n’auront pas pillé, dans lesquels ils n’auront pas volé, pour nous rendre en consommation provisoire, ce qu’ils nous ont volé pour longtemps, le commerce traditionnel qui non seulement va souffrir et licencier en décembre et détourner les touristes dont nous avions tant besoin en fin d’année. Qui hésiteront à venir pour des mois. Et cela, petit Papa Noël, nous allons aussi le payer pour eux, mais ils le paieront aussi, quand ils réaliseront que les cadeaux d’un jour, sont la tombe du lendemain. La Croissance qu’ils ont contribué à casser et brûler, creusera non seulement le déficit, mais condamnera leur avenir. L’Etat « donne » du déficit, avec notre argent, un argent qui n’ira pas alimenter la croissance, mais la détresse. La leur. Quand ils reviendront casser, il n’y aura plus rien à voler.

Toi qui est synonyme de paix, mais aussi de travail acharné, en heures supplémentaires non payées, tu auras au moins un point commun avec eux. Elles ne seront ni fiscalisées, ni socialisées, ce qui est enfin une mesure de bon sens. Toi, qui contrairement à de nombreux politiques ou épouses de politiques, occupe un emploi non fictif, et non rémunéré, tu dois te demander dans quel pays ère une France pleine de talent et pourtant tellement capable de le gâcher pour moins de 300 000 personnes, au pic de leur manifestation, pendant que 68 700 000, sont restées chez elles.

Bien entendu, les  sondages toujours aussi aveugles et dénués de perspective, attribuent un coefficient de sympathie aux GJ, de la part de ceux qui les soutiennent au chaud dans leur canapé, comme tout pays « boboisé » pour qui il est de bon ton de soutenir l’insoutenable. La faim dans le monde, le climat, la pauvreté, la guerre…en rentrant de leurs courses de noël dans leur voiture diesel, dans un appartement surchauffé, en se gavant de fois gras et en appuyant sur leur appli mondiale de livraison préférée, forfaitisée à l’année, au détriment de celui qui pédale pour les livrer.

Alors petit Papa Noël, je te propose, en tant que modeste entrepreneur, quelques cadeaux pour le président Macron, que je n’aimerais pas voir déposer par les extrêmes en 2022.

Offre à Emmanuel Macron, des députés moins aveugles et plus probes. Moins contents d’eux. Qui finissent pas me faire regretter des années de combat pour l’arrivée de la société civile, et particulièrement des entrepreneurs, dans l’arène politique. Je les ai encore entendu la semaine passée lors d’une réunion à l’Assemblée Nationale, satisfaits d’une Loi Pacte vide de vision et de contenu, criant leur enracinement dans leur expérience entrepreneuriale, pour défendre un fourre-tout, digne d’un étalage chez Tati, dans laquelle on peut trouver quelques bons articles, mais jamais une tenue complète de qualité.

Il faut qu’ils se souviennent d’où ils viennent et ce qu’attends un pays avide de leadership mondial. Pour lequel aucune mesure n’existe dans la loi Pacte. Qu’ils se souviennent qu’un entrepreneur ce n’est pas celui qui une fois sur mille, réussit à vendre sa boîte cher, boîte qui parfois n’existe plus 5 ans après, surtout quand on a été accusé de détournement, d’évasion fiscale, de trafic de comptes… C’st d’ailleurs amusant que ce même député notamment, soit celui qui ait augmenté le seuil à partir duquel le CAC était obligatoire… Qu’ils se souviennent que le véritable entrepreneur qui ne triche pas, doit être payé à la fin du mois, et que l’unique mesure qu’il attendait était la réduction des délais de paiement. Mais surtout attendait à travers la Loi Pacte une déclaration d’amour pour la PME, une stratégie folle pour en faire des ETI, une ambition démesurée pour le numérique dont nous sommes, en Europe, les nains. Ou plutôt les borgnes dans ces pays aveugles.

Que Papa Noël puisse offrir à Emmanuel Macron des jeunes conseillers moins…jeunes. Plus proche des hommes et moins des statistiques. La culture et les hommes ne se lisent pas dans les chiffres, mais sur les visages des hommes. Mieux entouré, il n’aurait pas ainsi stigmatisé la province face à Paris. Plus expérimentés, ils auraient compris la détresse montante, dans le monde entier, non pas face au présent, elle existe, mais pas en France, le moins pauvre des pays Européens, le plus dotés en amortisseurs sociaux divers. Non, face à l’avenir, dans lequel, les occidentaux ne se projettent plus. Faute de vision d’avenir. Les territoires meurent. Avec notre identité et notre culture. Le travail quitte les territoires ruraux et moyens. Et personne, pour y travailler, y réfléchir. Ne pas avoir de conseillers d’origine plus diverse, moins exclusivement jeunes, moins d’économistes et plus d’hommes de terrain, et cet enchaînement d’erreurs aurait été ainsi évité. N’offrons pas en 2018, un cadeau de Noël anticipé aux extrêmes pour 2022.

Que notre petit Papa Noël, nous offre un Président qui résistera à l’isolement dans lequel le pousse son entourage immédiat et qu’il aille à la rencontre des hommes. Qu’il écoute, comme il le faisait quand nous lui parlions. Avant. Et réfléchisse. En conscience. En provincial du Nord et non en énarque Parisien, dont les amis de promo envahissent tous les postes disponibles. Rupture avec la politique du passé, ne se fait pas en reproduisant les schémas claniques tellement éculés.

Que le petit Papa Noël, offre aux gilets jaunes la sagesse et le réalisme. Faire payer un Etat endetté se retournera contre eux. Au centuple. Que Noël, ne deviennent pas l’occasion d’une course indécente, à laquelle on assiste ces derniers jours, de chaque corporation, venant quémander ce qui lui serait dû, quand la seule chose qui soit due à qui que ce soit, est le résultat de son travail et son implication. Pas un prime pour être là. A tous les corporatistes qui veulent contribuer au hold-up de notre avenir, en réclamant des primes, en quémandant comme des miséreux que vous n’êtes pas, rappelez vous ce que les générations précédentes ont sacrifié pour que vous ayez le privilège de réclamer sans mériter. Sans rien faire. Nous avons une dette envers nos aînés. Capitaliser sur leur travail et non le dilapider.

Le seul cadeau à vous faire est de vous offrir votre Noël par votre ambition, votre implication, votre travail. Le risque. L’innovation. L’altruisme aussi. La France ce n’est pas la soupe populaire. La France était une ambition, un beau projet. Petit papa noël, ne les laisse pas nous priver d’avenir. Petit Papa Noël, revient vite, ils sont devenus fous.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !