Annette Herfkens, seule rescapée du crash de l'avion qui la menait elle et son fiancé au Vietnam, a survécu huit jours dans la jungle | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Annette Herfkens, seule rescapée du crash de l'avion qui la menait elle et son fiancé au Vietnam, a survécu huit jours dans la jungle
©Reuters

Bonnes feuilles

Annette Herfkens, seule rescapée du crash de l'avion qui la menait elle et son fiancé au Vietnam, a survécu huit jours dans la jungle

Huit heures avec 400 personnes à bord et pas un rouleau de papier-toilette, des commandants qui s’offrent un petit somme sans personne aux commandes, un passager qui passe son trajet coincé dans les toilettes... Ces histoires délirantes, mais vraies que se racontent les personnels naviguant entre deux voyages sont croustillantes. Extraits de "Vols de merde - Les pires histoires de l'aviation", de François Nénin, aux éditions Mazarine 2/2

François  Nénin

François Nénin

François Nénin est journaliste enquêteur spécialiste de l'aérien et professeur d'investigation au CFPJ. Il a publié trois livre-enquêtes sur l'aérien dont Transport aérien le dossier noir et Ces avions qui nous font peur aux éditions Flammarion. Collaborateur des magazines Marianne et VSD, il a réalisé le film "Air France la chute libre" pour l'émission Special Investigation de Canal Plus et "Où est passé le MH 370" pour Complément d'enquête (France 2). Ayant suivi une formation de pilote privé, il avait créé le site bénévole securvol.fr pour combler le manque d'informations sur les compagnies. Il vient de sortir deux livres de récits : "Oups, on a oublié de sortir le train d'atterrissage" et "Vols de merde, les pires histoires de l'aviation".

Voir la bio »

Philosophie de la chute

Annette Herfkens a fait sa place dans le monde de la finance en jouant des coudes pour s’affirmer face aux machos à col blanc. Son tailleur- pantalon tiré à quatre épingles est la marque de fabrique qu’elle promène entre les classes business. Tradeuse de talent, trentenaire aussi jolie que brillante, cette Néerlandaise file le parfait amour depuis treize ans avec son cher et tendre Willem. 

Aujourd’hui, la jeune femme s’éveille à côté de lui après un mois entier de séparation. Depuis six mois, son compagnon est parti implanter de nouvelles filiales au Vietnam pour la banque dans laquelle il travaille. Willem lui réserve une surprise : un séjour dans un magnifique hôtel les pieds dans l’eau au sein de la cité balnéaire de Nha Trang. Au programme : détente, massages, plage et dîners en amoureux… 

Les tourtereaux embarquent le 14 novembre 1992 au matin à bord d’un avion de la compagnie Vietnam Airlines. Un Yak-40, petit appareil russe, 24 passagers et 6 membres du personnel navigant. Le vol 474 s’est très bien déroulé, l’atterrissage est prévu dans cinq minutes. Tout le monde boucle sa ceinture et Annette pose sa tête contre son fiancé. Soudain, un grondement terrible se fait entendre : le Yakovlev pique vers le sol et s’y écrase dans un nuage de fumée.

Annette ouvre progressivement les paupières. Elle n’arrive pas à bouger. Ses hanches sont fracturées, ses os ont traversé la peau, provoquant une douleur terrible. Et son fiancé ne respire plus.

La jeune femme parvient après de terribles efforts à s’extraire de la carlingue. Perdue en plein milieu de la jungle vietnamienne, entourée par les morts, elle va décider de tout faire pour survivre, convaincue que les secours sont en route. Pendant huit jours, tiraillée par la faim, recueillant l’eau de pluie sur la mousse, l’unique survivante fait montre d’un courage exceptionnel et d’une force de caractère sidérant. Pour échapper aux idées noires, Annette s’abandonne aussi à la contemplation de la nature luxuriante.

Après huit jours, elle choisit de s’enfoncer dans la jungle pour trouver à manger et peut-être de l’aide. À bout de forces, elle ne parvient plus à bouger. Au loin, elle distingue comme des silhouettes qui semblent courir vers elle, mais sombre dans les ténèbres.

Vingt-deux ans plus tard, Annette est en pleine séance de dédicace. Elle commence à avoir des crampes dans la main, le stylo tremble un peu, mais elle avait besoin d’écrire ce livre. De raconter son expérience pour se reconstruire. 

Après le crash, la route a été longue. Mourir aurait été presque plus simple, vivre est plus compliqué, comme l’écrit Annette. Ses blessures ont guéri, les médecins ont assuré qu’elle pourrait avoir des enfants à nouveau. Quelques années plus tard, elle a effectivement fondé une famille, mais le traumatisme psychologique provoqué par cette expérience hors du commun reste encore très présent, enfoui. Côté job, tout se passe bien, elle est revenue sur le devant de la scène, encore plus battante que jamais. À la différence près que, maintenant, elle pianote sur sa Game Boy pendant les vols d’affaires. Tout est bon pour s’occuper l’esprit et ne pas penser au pire. 

Annette est retournée au Vietnam. Une première fois en 2006, sur une invitation de Vietnam Airlines pour une commémoration. Une deuxième fois en 2014, à l’occasion de la parution de son livre dans le pays. Turbulences, le récit d’une survivante vient d’être traduit en français. Une formidable leçon qui montre l’importance d’apprécier chaque instant de la vie quand on frôle la mort de si près.

Extraits de "Vols de merde - Les pires histoires de l'aviation", de François Nénin, publié aux éditions Mazarine, juin 2016. Pour acheter cet ouvrage, cliquez ici

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !